Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Politique monétaire : la BCE maintient le statu quo malgré les craintes déflationnistes


Il n’y a pas eu de grande surprise à l’occasion de la première réunion de la Banque Centrale Européenne de l’année. La banque centrale a maintenu ses taux inchangés, à 0,25% pour le taux de refinancement et à 0% pour le taux de facilité de dépôt. Mais plus que d’éventuels effets d’annonce, c’est surtout la tonalité du discours du président de la BCE, Mario Draghi, qu’il était important d’apprécier.




Alors que les craintes de voir émerger un environnement de trop faible inflation, voire même purement déflationniste (un frein pour la reprise économique), sont de plus en plus consistantes en zone euro, le gouverneur de la BCE a évoqué l’hypothèse d’une période prolongée d’inflation très modérée. L’inflation en zone euro est ressortie en recul à +0,8% en décembre, après +0,9% le mois précédent, en ligne avec les attentes. Cela fait désormais onze mois que l’inflation évolue en dessous de la cible de 2% de la BCE. Dans ce contexte, Mario Draghi a réitéré la volonté de la BCE d’appliquer une communication anticipée dite de « forward guidance », à l’instar de son homologue américaine. En résumé, la BCE maintiendra ses taux directeurs à des niveaux extrêmement bas, c’est-à-dire au niveau actuel ou même inférieur, tant que l’inflation restera très modeste.

Compte tenu de cette faible pression sur les prix, associée à une reprise économique désormais matérialisée (rééquilibrage des balances commerciales des pays dits périphériques, amélioration des exportations de la zone, taux de croissance du PIB de la zone euro en voie d’amélioration) mais encore très graduelle en Europe, avec un taux de chômage toujours excessivement haut, Mario Draghi a confirmé une fois de plus le soutien irréversible que continuera d’apporter la banque centrale aux marchés financiers et à l’économie. Via une politique monétaire « accommodante aussi longtemps que nécessaire ».

Ces perspectives sont plutôt favorables aux marchés boursiers, qui dans un contexte de normalisation progressive de la croissance européenne vont continuer à bénéficier de mesures monétaires expansionnistes dans les prochains trimestres. Pourtant, paradoxalement, les investisseurs n’ont pas dissimulé leurs doutes après la conférence de presse de Mario Draghi (l’indice Cac 40 a clôturé dans le rouge hier, à - 0,84%, soit -1.65% depuis le 1er janvier). Si la garantie d’une politique encore accommodante pendant une longue période est acquise, l’optimisme (mesuré) du président de la BCE quant à l’amélioration en cours des indicateurs économiques européens a probablement privé les marchés d’une nouvelle baisse de taux à court terme. Et donc d’un catalyseur haussier supplémentaire pour les actions au fil des prochaines séances. À croire que les investisseurs pariaient sur la montée d’un hypothétique risque déflationniste pour procurer encore davantage de carburant aux marchés boursiers.

Le Commentaire de CMC Markets France - 10 janvier 2014.
Par Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France

Ce commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers.

A propos de CMC Markets : Fondé en 1989 par Peter Cruddas, CMC Markets est l’un des principaux courtiers en CFD dans le monde. A l’origine spécialisé sur le marché des devises (Forex), CMC Markets s’est rapidement positionné sur les CFD (Contract for Difference), avant de lancer en 1996 la première plate-forme globale de trading en temps réel sur le Forex. Présent en France depuis fin 2010, CMC Markets est agréé par la FCA au Royaume-Uni (Financial Conduct Authority) et enregistré auprès de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution en France.

Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers à effet de levier comportant un risque de perte supérieure au capital investi. Ces produits présentent un caractère hautement spéculatif. Ils sont destinés à des investisseurs avisés pouvant surveiller leurs positions de façon continue et ayant les moyens financiers de supporter un risque de perte en capital. Les CFD sont liés à des actifs sous-jacents extrêmement variés. Les CFD présentent des risques spécifiques qui peuvent varier grandement d’un produit à l’autre, par exemple s’agissant de la rapidité des variations des cours ou en matière de liquidité.

Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct : www.finyear.com/newsletter

Lisez chaque mois notre magazine digital sur www.finyear.com/magazine

Mardi 14 Janvier 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs