Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Point de vue économique - Perspectives mondiales du 14 août 2007





Point de vue économique - Perspectives mondiales du 14 août 2007
Par Keith Wade Économiste en chef Schroders, Richard Batley Économiste Europe, Tina Fong
Analyste économique


• Les marchés financiers traversent actuellement une période d’importantes turbulences. La crise touche essentiellement le marché du crédit et les banques centrales ont dû injecter d’importantes liquidités sur les marchés monétaires. En effet, inquiètes des risques de pertes sur le crédit, et notamment sur les crédits de type « subprime », les banques commençaient à se montrer réticentes à se financer les unes les autres.

• Ces problèmes se traduiront à terme par un renchérissement du crédit pour certains emprunteurs, mais aussi par un effet d’entraînement sur l’activité économique. Cela dit, bien des observateurs considèrent qu’il ne s’agit de rien de plus qu’un ajustement brutal du coût du risque, après une période de surabondance de crédit.

• Sauf à croire que la crise pourrait sensiblement modifier les perspectives économiques mondiales, l’appétit pour le risque devrait finir par revenir à un niveau normal. L’histoire nous montre que la hausse des spreads de crédit ne constitue pas un indicateur avancé pertinent du risque de récession.

• Dans le contexte actuel, les entreprises sont bien armées pour résister aux problèmes des marchés : les bilans sont sains et les excédents de trésorerie confortables. Dès lors, une moindre abondance de liquidités sur les marchés ne devrait pas nuire à leur activité.
14 August 2007
• Les résultats du secteur bancaire vont souffrir et entraîner des pertes d’emplois et des baisses salariales. À ce stade, il nous semble cependant prématuré de voir la situation empirer jusqu’à un véritable tarissement du crédit pour les entreprises.

• De même, les ménages bénéficient de la bonne santé des entreprises et d’une période durable de prospérité économique. Il va de soi qu’aux États-Unis, l’effondrement du marché du crédit hypothécaire « subprime » aura des répercussions sur le logement, au gré des saisies immobilières, elles-mêmes source de baisse des prix. L’ajustement sera plus sensible et plus étendu qu'initialement prévu.

• Les emprunteurs de qualité ne devraient pas trop souffrir, d’autant qu’ils sont le plus souvent à taux fixe. Quant aux nouveaux emprunteurs, la baisse des taux des emprunts d’État compense l’augmentation de la prime de risque de crédit, assurant une certaine stabilité des taux hypothécaires.

• Les banques centrales hésitent à laisser des événements de marché influer sur la trajectoire de leur politique monétaire. Toutefois, suite à la décision de la Fed de baisser son taux d’escompte le 17 août dernier, nous avons modifié nos prévisions de taux directeurs et prévoyons désormais deux baisses des taux consécutives des Fed funds lors des réunions du 18 septembre et du 31 octobre, ce qui ramènera le principal taux directeur américain à 4,75%. Face à ce panorama, nous ne prévoyons plus que la Banque d’Angleterre et la BCE remontent leurs taux directeurs et anticipons qu’ils seront maintenus à 5,75% et 4% respectivement.

Suite dans le document pdf ci-dessous :

2007_08_Perspectives_economiques.pdf 2007 08_Perspectives économiques.pdf  (641.38 Ko)


Mardi 11 Septembre 2007
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs