Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Plateforme collaborative All-in-One, kezako ?


Par Christophe Viry, Product Marketing Manager Integration & Collaboration multi-entreprises chez Generix Group.




Christophe Viry
Christophe Viry
Initiée au début des années 90, l’Echange de Données Informatisées interentreprises – ou EDI - est (déjà !) une pratique ancienne.

Aujourd’hui, la majorité des grandes et moyennes entreprises dispose de ce type de dispositif. Des secteurs tels que l’aéronautique, l’automobile, les biens de grands consommation, la pharmacie ou la logistique affichent même des taux d’équipement supérieurs à 70% !

Toutefois, une solution informatique, par définition, doit évoluer régulièrement pour s’adapter aux pratiques, aux technologies et aux nouvelles attentes des directions métiers.

L’EDI n’échappe pas à la règle. Or, selon une étude récente menée par un célèbre cabinet d’analyse américain, moins de 30 % des solutions EDI en entreprises permettent de répondre facilement aux demandes des directions métier !

Comment expliquer la permanence d’équipements aussi vétustes ? Et comment les entreprises peuvent-elles les moderniser ?

A la source de la vétusté des plateformes EDI en entreprise

Les plates-formes EDI interagissent avec plusieurs applications dans l’entreprise et parfois plusieurs centaines ou milliers de partenaires extérieurs.

C’est pourquoi, le commissionnement et le changement de solution EDI sont souvent reportés et la fréquence des évolutions la plus limitée possible. Ce sont des projets comportant une part de risque et pouvant mobiliser des ressources expertes durant plusieurs mois.

Pour autant, plus l’entreprise tarde et plus la maintenance de sa solution devient complexe et coûteuse. Souvent en contournant la mise à niveau de leur équipement, les sociétés ont tendance à multiplier l’acquisition de nouvelles solutions pour traiter les nouveaux besoins métiers. C’est un scénario dramatique à moyenne échéance en termes de coût (T.C.O.), de gouvernance des flux, de traçabilité ou de sécurité des échanges !

A l’évidence, il est dans l’intérêt de l’entreprise et de l’ensemble de ses parties prenantes de moderniser sa plateforme dès que la situation l’impose. Mais comment opérer cette modernisation ?

La plateforme collaborative All-in-one : l’avenir de l’EDI ?

Avec l’accélération de la digitalisation, le volume de flux électronique augmente de manière exponentielle. Tout comme le nombre d’interfaces interentreprises. Il est donc vital pour l’organisation de supporter sa transformation digitale et de disposer des solutions informatiques adéquates.

Dans ce contexte, la migration de la plate-forme EDI dans une Gateway B2B plus globale, capable d’accompagner toutes les facettes de la collaboration électronique entre les entreprises et même de soutenir l’effort de transformation numérique des sociétés, est incontournable.

En effet, cette gateway B2B ou plateforme collaborative All-in-one, accessible en mode SaaS, a pour vocation de regrouper dans une technologie unique tous les usages en matière de réseau ou d’échanges B2B, d’intégration inter-entreprise et d’application collaborative multi-tiers. Quels en sont les avantages ?

Tout d’abord, en rationalisant son architecture, l’entreprise va réduire considérablement ses coûts d’investissement et de possession. Elle disposera d’une plate-forme unique de gouvernance des flux électroniques en s’appuyant sur un référentiel lui aussi unifié et supprimera les interfaces entre les solutions B2B.

Ensuite, en concentrant ses investissements sur une solution unique, elle améliorera la sécurité des échanges, la disponibilité et les niveaux de services de l’application.

Enfin, l’entreprise fera jouer les synergies entre ses projets. Par exemple, lors d’un projet de dématérialisation de factures, cette dernière aura besoin d’un coffre-fort électronique ; une fois ce coffre-fort déployé, elle pourra s’en resservir pour pérenniser d’autres catégories de flux réglementés ou non.

A la faveur de la migration de sa plateforme EDI, l’entreprise accède ainsi à un ensemble de services applicatifs régulièrement mis à jour et renouvelés. Ces derniers, qu’elle sollicite au fur et à mesure de ses besoins, offrent des fonctions sociales extraites des principaux réseaux sociaux telles que la possibilité de « profiler » chaque partenaire B2B, d’automatiser des demandes d’affiliation, de réunir des utilisateurs sur des forums thématiques… autant d’usages uniquement possibles par le modèle SaaS !

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Blockchain révolution & Digital transformation.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Blockchain Officer
- The Chief Digital Officer

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 11 Mai 2016
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs