Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Pierre Michel Directeur Général Dimension Data France


Dimension Data vient d'adopter une nouvelle image de marque. Quels sont les effets pour les clients ?




Pierre Michel
Pierre Michel
"Notre passion et notre sens de l’innovation sont intacts, mais l’optique dans laquelle nous travaillons a évolué : nous accordons encore plus d’importance à la manière dont nous pouvons aider nos clients à atteindre leurs objectifs métier — actuels et futurs. Aujourd’hui, nos clients cherchent avant tout à obtenir un résultat pour son entreprise et ne s’arrêtent plus au simple aspect technologique : la priorité réside dans ce que nous pouvons faire pour l’entreprise de notre client et pas dans la fonction de telle technologie au sein d’une architecture réseau. Dimension Data a adopté progressivement une approche plus orientée services, offrant à ses clients des prestations de services informatiques de bout en bout allant de la fourniture de technologies jusqu’aux services managés totalement intégrés avec engagement de résultats et ce, dans le monde entier. Autre facteur pris en compte par Dimension Data dans l’adoption de sa nouvelle image de marque : la volonté de forger une identité mondiale unique ayant la même résonance sur le marché et le même impact à travers le monde, quel que soit le lieu de résidence ou d’activité des clients de l’entreprise"

D’après un rapport récent de Dimension Data, les entreprises misent sur la pleine utilisation de leurs actifs ... mais ne prennent pas bien la mesure des risques que cela implique ; Pouvez-vous nous en dire plus ?

En effet, mais le pourcentage total de périphériques réseau ayant dépassé la fin de la période d’assistance a néanmoins considérablement baissé, passant de 31 % en 2009 à 9 % en 2010. Cependant, la proportion globale des infrastructures en fin de phase d’obsolescence reste élevée, avec un pourcentage conséquent — établi à 47 % — de périphériques se trouvant au dernier stade de leur cycle de vie. On peut en déduire qu’un plus grand nombre d’entreprises optent pour la pleine utilisation de leurs actifs jusqu’au stade où les risques sont les plus grands — mais pas au-delà. Alors que certaines entreprises semblent entrevoir les avantages financiers d’une stratégie misant sur la pleine utilisation intelligente de leurs périphériques réseau, elles doivent veiller à mettre en balance les économies potentielles et les risques auxquels elles s’exposent : en effet, elles pourraient gravement mettre en péril la poursuite de leurs activités. Il semble que les clients portent une plus grande attention à leurs ressources réseau et veillent à remplacer les périphériques présentant le plus de risques. La plus grande vulnérabilité des périphériques en fin de vie est un fait établi par les normes en vigueur et les organismes de conformité.

Les entreprises se tiennent-elles informées de l’obsolescence de leurs ressources ?

Comme l’ont révélé des travaux de recherche menés précédemment par Dimension Data hors du cadre du Network Barometer Report, les clients ignorent l’existence de près de 25 % de leurs périphériques réseau. Or, il est absolument indispensable d’avoir une visibilité complète de son infrastructure technologique pour être en mesure de gérer intelligemment ses ressources et de faire une pleine utilisation ciblée de certains actifs .Les entreprises doivent connaître l’emplacement de tous leurs périphériques, ainsi que leurs fonctions et les implications en cas de panne et de dépassement de la période d’assistance. Elles doivent donc suivre l’évolution du cycle de vie de leurs ressources pour pouvoir évaluer correctement leur âge et leur viabilité. Dans le cas contraire, certains périphériques ne seront pas remplacés à temps et rencontreront des problèmes dont les effets pourront s’avérer dévastateurs pour la productivité et l’efficacité de l’entreprise dans son ensemble. Les services informatiques s’exposent ainsi à des frais de gestion de crise supplémentaires en cas de défaillance sur le réseau. En outre, d’un point de vue stratégique, il est tout à fait possible qu’ils se rendent compte après coup que les anciens périphériques ne prennent pas en charge les nouvelles applications et solutions dans lesquelles l’entreprise a investi. »

Lundi 7 Novembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs