Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Pierre Lasry, Président du Directoire de LowendalMasaï





CFO-news : Pierre Lasry, bonjour. Vous êtes Président du directoire et fondateur de LowendalMasaï. Présentez-nous votre société en quelques mots.

Pierre Lasry
Pierre Lasry
Pierre Lasry : LowendalMasaï est l’un des leaders du conseil en optimisation des coûts. Notre métier est d’aider les entreprises à diminuer leurs coûts opérationnels et à améliorer leurs marges, sans risque financier, technique ou humain. Nous constatons qu’il existe dans chaque entreprise de nombreux gisements d’économie, et nous proposons une démarche globale et transverse en agissant sur l’ensemble des leviers d’optimisation : charges sociales, fiscalité, besoin en fonds de roulement, environnement, achats et coûts stratégiques.

Notre modèle économique se distingue clairement de celui du conseil traditionnel car nous nous engageons sur la production de résultats mesurables et concrets, nous assurons nous même la mise en œuvre opérationnelle et concrète de nos recommandations et nous sommes rémunérés en fonction des résultats obtenus.
LowendalMasaï a été fondée en 1992, compte aujourd’hui 425 collaborateurs dans 9 pays en Europe et en Asie, et conseille plus de 1.650 clients dans le monde.

Vous venez de publier vos résultats pour l’année 2009-2010. Quel bilan dressez-vous ?

Notre chiffre d’affaires s’élève à 61 millions d’euros, ce qui représente une croissance purement organique de 6% par rapport à l’exercice précédent. C’est une bonne performance dans une période de crise économique sans précédent, qui contraste nettement avec la forte récession du conseil en management qui a beaucoup souffert de la crise.

Ces bons résultats nous permettent d’envisager l’avenir sereinement, de nous concentrer sur notre développement à l’international (qui représente déjà 28% de notre chiffre d’affaires) et de dédier des moyens importants à l’innovation. Afin de proposer de nouveaux leviers d’économies à nos clients, nous demandons à nos consultants de dédier 5 % de leur temps, soit 1 jour par mois, à bâtir de nouvelles offres.

Quels enseignements tirez-vous de la crise ?

Nous n’avons pas échappé à l’immobilisme qui a caractérisé cette crise, et notre carnet de commandes s’est rempli de manière nettement ralentie. Néanmoins, cette crise a incontestablement permis à notre métier d’acquérir de nouvelles lettres de noblesse, dans la mesure où nous avons contribué au rétablissement voire au sauvetage de nombreuses entreprises. Confrontées à une récession sans précédent et une forte pénurie de liquidités, elles ont dû trouver de nouvelles sources de financement. Nos interventions rapides et efficaces leur ont permis de dégager rapidement du cash et du résultat supplémentaires.

Beaucoup d’entreprises ont compris que piloter ses dépenses opérationnelles est un enjeu stratégique et un indicateur-clé de bonne gestion à long terme. Celles qui choisissent de lancer une démarche de recherche d’économies indolores sur le plan humain pérennisent leur avenir en préservant leur capacité d’investissement et leur capital humain. Signe qui ne trompe pas : nos interlocuteurs ne sont plus uniquement les directions opérationnelles mais de plus en plus les directions générales.
Elles sont également de plus en plus nombreuses à avoir recours à des spécialistes comme LowendalMasaï pour mettre en œuvre des économies durables dans de nombreux domaines, comme l’optimisation du besoin en fonds de roulement, les achats directs et indirects, le management de l’innovation (CIR, statut JEI, etc.).

Enfin, on peut dire qu’avec la crise, le mode de rémunération en fonction des économies réalisées que nous prônons depuis la création de LowendalMasaï s’est imposé comme un standard sur le marché du conseil. Et c’est une bonne nouvelle pour les entreprises !

Quelles sont vos perspectives de développement pour l’année à venir ?

Notre développement passera essentiellement par l’innovation et notre consolidation à l’international. Ainsi, nous prévoyons de renforcer les équipes de direction étrangères et de recruter 150 nouveaux collaborateurs.
Nous allons déployer nos offres globales dans nos 9 bureaux étrangers : TVA et fiscalité internationale, management de l’innovation, achats et besoin en fonds de roulement. Autre exemple de nos ambitions à l’international : nous avons ouvert début 2010 un véritable bureau de conseil en optimisation de coûts en Chine afin d’accompagner nos clients, filiales chinoises de grands groupes internationaux.

Pierre Lasry, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de CFO-news.

© Copyright CFO-news. Propos recueillis par la rédaction de CFO-news


Mardi 15 Juin 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News