Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Pierre Decré, Associé Parquest


Polyexpert est le premier investissement de Parquest Capital, anciennement ING Parcom PE, qu’est-ce qui a motivé ce choix ?




Pierre Decré
Pierre Decré
Nous regardons de près le secteur de Polyexpert depuis plusieurs années. Ce groupe est un des leaders français dans la gestion et l’expertise des sinistres pour le compte de compagnies d’assurances, courtiers et entreprises. Nous avions d’ailleurs approché son dirigeant Emmanuel Géli dès juillet 2012. Il nourrissait alors une réflexion pour transformer les différentes sociétés régionales indépendantes de l’ensemble en un véritable groupe national et était déjà conscient de l’importance du soutien d’un partenaire financier pour y parvenir. C’est donc une opération menée de gré à gré, qui a mis 18 mois à se finaliser.

Pourquoi un délai aussi long ?

Du fait de la nature du groupe. Créé en 1997 par l’association de cabinets d’expertise régionaux indépendants, Polyexpert s’est rapidement développé au cours des années 2000, connaissant une forte croissance, aussi bien organique que via l’association de cabinets indépendants. En parallèle, le groupe a engagé un processus progressif d’intégration aux niveaux fonctionnel, opérationnel et capitalistique. Chaque cabinet régional était donc indépendant et détenu par des experts actionnaires. Au terme de ces travaux, huit des neuf sociétés régionales ont fusionné pour donner naissance à un groupe intégré, permettant au passage l’entrée au capital d’une nouvelle génération de jeunes experts. Au final, nous sommes le premier actionnaire avec une participation minoritaire significative, aux côtés de 125 experts actionnaires.

Quels sont les objectifs du groupe ?

Notre entrée au capital a pour but d’aider le groupe à se structurer et se développer dans le cadre d’un projet de croissance ambitieux. Polyexpert affiche déjà une forte présence sur son marché, avec un chiffre d’affaires d’environ 120 M€ en 2013 et un maillage dense du territoire au travers de 98 bureaux rassemblant plus de 1 100 collaborateurs (dont 550 experts en assurance). Le groupe dirigé par Emmanuel Géli intervient dans tous les segments de l’assurance dommage, entreprises et particuliers (incendie, dégât des eaux, vol, dommage aux biens, responsabilité civile, perte d'exploitation, construction…), à l’exception de l’assurance automobile. Les objectifs de développement sont basés sur un accroissement du maillage territorial, des métiers couverts (notamment vers le bâtiment et l’industrie) et la mise en place de nouveaux outils. La création d’un groupe intégré est un atout majeur dans la mise en place d’une telle stratégie de croissance.

Revenons à Parquest Capital : pourquoi être sorti du giron du groupe ING dont vous étiez la filiale française dédiée au private equity ?

Comme nombre de banques et assurances, NN Group N.V., la compagnie d’assurances du groupe ING en phase d’introduction en Bourse, a souhaité revoir son exposition au capital-investissement, notamment en se retirant de la gestion directe hors de ses frontières comme elle l’a réalisé en 2013 en Allemagne, pour se concentrer sur de l’investissement à travers des fonds. Notons à ce propos que le lien demeure fort avec notre ancien actionnaire qui renouvelle sa confiance dans notre modèle en étant le principal investisseur de notre nouveau fonds de 300 millions d’euros, Parquest Capital 1 levé à cette occasion. En complément de NN Group N.V., le tour de table de ce véhicule réunit une dizaine d’investisseurs de premier plan emmenés par LGT Capital Partners, Idinvest et Five Arrows. C’est une très grande satisfaction d’avoir levé ce fonds malgré des conditions de marché difficiles.

Cela amène-t-il à un changement de stratégie ?

Pas du tout, notre équipe demeure absolument la même ainsi que la stratégie d’investissement mise en œuvre avec succès depuis plus de dix ans : nous investissons dans des PME (rachat de filiales non stratégiques de groupes industriels, transmissions familiales et MBO secondaires) valorisées entre 30 et 150 millions d’euros, et ce dans une philosophie d’accompagnement dans la durée. Nous avons d’ailleurs en général une vraie relation intuitu personae avec les dirigeants que nous accompagnons, car nous croyons que ce qui fait la réussite de nos investissements, c’est avant tout une question d’hommes et de femmes.

Quel genre d’opérations avez-vous menées ? Avez-vous d’autres projets en cours ?

Depuis 2002, nous avons réalisé 14 investissements dans de multiples secteurs : parmi les entreprises accompagnées, on peut citer notamment Unither, Safic-Alcan, Courtepaille, 5àSec, Materne-Mont Blanc, Sogec marketing, Vivalto Santé, B&B Hotels… A ces opérations initiales, il faut ajouter 36 croissances externes (build-up) destinées à soutenir le développement de nos participations. Nous avons toujours un rôle actif auprès de nos entreprises, dans le respect de la gestion de leurs dirigeants, bien évidemment ! Du côté des investissements, nous venons donc d’annoncer celui dans Polyexpert, et nous devrions dans les tout prochains mois officialiser une nouvelle prise de participation.


Pierre Decré, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de Finyear.

© Copyright Finyear. Propos recueillis par la rédaction de Finyear.


Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "GRC Manager" sur www.finyear.com/grcmanager
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres



Vendredi 4 Juillet 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs