Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Perspectives de marché 2016


Par M&G Multi Asset Team.




Perspectives de marché 2016
L'activité des banques centrales du monde entier continue d’accaparer l’attention des investisseurs qui sont ainsi à l’affut de toute décision de politique monétaire. A ce stade, même une modeste surprise de la part des banques centrales serait susceptible de provoquer des fluctuations extrêmes de cours. Dans un tel environnement, nous sommes convaincus qu’il est plus important que jamais de se concentrer sur les fondamentaux, au vu de ce que les statistiques nous enseignent sur l’état de santé de l’économie mondiale. Rien de ce que nous avons pu observer dans ces dernières ne nous a conduits à sensiblement reconsidérer notre opinion selon laquelle la croissance de l’économie mondiale se poursuit à un rythme modéré et l’inflation demeure peu élevée. Par conséquent, nos perspectives à l'égard de l'économie mondiale demeurent globalement favorables bien que, selon nous, la volatilité qui a marqué l'environnement de marché en 2015 restera l'une des caractéristiques dominantes de 2016.

Les limites de l'exercice de prévision

À cette époque de l'année, les professionnels de l'investissement nous demandent souvent notre point de vue sur les perspectives de marchés pour l'année à venir. Selon nous, il est nécessaire de reconnaître que personne ne peut avoir la moindre certitude à ropos de l'avenir, aussi peu agréable à admettre que cela puisse être. Nous considérons donc qu’une dépense excessive de temps et d'énergie à tenter des prévisions économiques peut nous distraire inutilement de ce qui importe vraiment : une analyse approfondie des faits qui sous-tendent l'environnement dans lequel nous nous trouvons aujourd'hui, et des observations mûrement réfléchies sur ce que la valorisation actuelle des actifs, dans ce contexte, nous dit des principales opportunités et des principaux risques en cours à ce moment précis.
Ainsi, bien que nous ne soyons pas en mesure d'affirmer ce qui nous attend, nous pouvons formuler quelques observations essentielles au sujet de l’environnement d’investissement actuel.

La volatilité va persister

Le retour de la volatilité sur les marchés a été une des caractéristiques les plus marquantes de l’année 2015, et ce particulièrement sur les marchés actions et les marchés émergents, mais également à travers la plupart des classes d'actifs et des régions. Durant certaines périodes, le marché a été confronté à d'importantes fluctuations, parfois au cours d'une même séance. Ces variations ne correspondaient pas à la tendance des statistiques économiques - sur les marchés développés tout du moins - qui indiquaient une reprise économique persistante. Selon nous, l'explication la plus plausible de cette rupture entre le cours des actions et les fondamentaux est que les investisseurs, encore traumatisés par le choc de la crise financière mondiale, ont du mal à se fier à cette croissance. Ils vont avoir besoin de preuves solides pendant une période prolongée pour accepter l'idée qu'une reprise soutenue est bel et bien en cours.

Nous nous attendons à ce que la volatilité persiste pendant encore quelque temps étant donné la fragilité et la sensibilité du sentiment des investisseurs. Il est néanmoins important de garder à l'esprit que la volatilité à court terme n'est pas toujours le signe d'un risque à long terme. Elle présente souvent des opportunités attrayantes pour ceux qui possèdent suffisamment de caractère pour l'encaisser.

Les banques centrales sous les projecteurs

Le niveau d'intervention sans précédent des banques centrales depuis 2008 signifie que les marchés ont développé une grande sensibilité à leur discours et leurs actions ces dernières années. Nous nous attendons à que Janet Yellen, Mario Draghi ou Haruhiko Kuroda continuent à faire parler d'eux en 2016 puisque, d'une part, les responsables de la Fed tentent de relever les taux d'intérêt sans affoler les marchés et que, d'autre part, la BCE, la BoJ et la Banque populaire de Chine envisagent des mesures supplémentaires pour stimuler la croissance. En résumé, tous ces facteurs contribuent à créer un environnement instable, au sein duquel tous les yeux sont tournés vers les prochaines décisions des autorités monétaires, particulièrement en matière de taux d’intérêt dont les niveaux historiquement bas ont eu des répercussions sur les prix des actifs dans l’ensemble de l’univers d’investissement mondial.

Un monde divisé

Le paysage économique mondial actuel témoigne d’une profonde division entre, d’un côté, l’Asie et les pays émergents et, de l’autre, les États-Unis et l’Europe. L’Asie et les pays émergents enregistrent un ralentissement manifeste. À l’inverse, les statistiques économiques en provenance des États-Unis et d’Europe continuent d’indiquer une reprise solide.

La situation des pays émergents pourrait certes représenter un risque fondamental réel pour certaines régions, mais elle n’aurait selon nous qu’un impact limité sur la demande intérieure dans les pays développés, surtout en comparaison avec l’impact d’une contraction de l’activité économique d’un grand pays développé. Nous conservons par conséquent des perspectives positives pour l'ensemble de l'économie mondiale. Toutefois, le manque global de confiance dans la croissance mondiale couplé aux tentatives de démêler les messages importants contenus dans chaque communiqué de politique monétaire (quelle que soit leur insignifiance apparente) mettent les investisseurs face à un nombre élevé de facteurs à évaluer. Nous pensons que cela engendre beaucoup de confusion autour de la valorisation « réelle » de chaque actif dans l'environnement actuel. Cette confusion devrait, selon nous, continuer d'alimenter des périodes marquées par d'importantes anomalies de valorisation - et ainsi d'opportunités d'investissement - au sein des différentes classes d'actifs.

L'effet de la chute des cours du pétrole pourrait encore se faire sentir

Au cours des douze derniers mois environ, nous avons été de ceux qui croyaient que la chute des cours du pétrole était un facteur économique positif à l'échelle mondiale, générant une réduction fiscale substantielle pour les entreprises et les ménages. Mais nous estimons qu'il faudra attendre un certain temps avant que l'effet se fasse sentir. Les indicateurs de consommation des pays développés semblent indiquer que la chute a récemment commencé à produire ses effets, et nous pensons que cela devrait continuer à être le cas l'année prochaine. Ceci conforte encore davantage notre opinion selon laquelle l'environnement fondamental soutient la croissance et donc les actifs risqués dans leur ensemble. Dans le contexte de la baisse des cours des matières premières, nous estimons également que le taux d'inflation devrait rester bas, permettant aux autorités monétaires de poursuivre leur politique monétaire accommodante même dans un contexte de croissance. Nous estimons pourtant que l'inflation pourrait progressivement commencer à se redresser dans certaines régions au cours des mois à venir.

La prime de risque des actions constitue le signal le plus évident

Nos perspectives favorables à l'égard de la croissance mondiale signifient que les actions restent la classe d'actifs que nous privilégions, que ce soit sur le plan des fondamentaux ou sur celui des valorisations. Il est certain que la plupart des marchés actions ne sont pas aussi bon marché qu'ils ne l'étaient il y a 2 ans, mais le montant significatif de la prime de risque des actions demeure le signal de valorisation le plus attrayant aujourd'hui. Il faut garder à l'esprit que cette prime de risque se justifie par le caractère onéreux des obligations plutôt que par le caractère bon marché des actions. Nous pensons donc que le positionnement prudent à adopter serait de rester neutre, voire de surpondérer, les actions et de sous-pondérer les obligations. Pour autant, le monde est tellement divisé qu'il est crucial de se montrer sélectif au sein des différentes classes d'actifs.

Selon nous, les cours des actions européennes et japonaises intègrent des perspectives de résultats supérieures à celles des actions américaines – bien que certains segments du marché américain tels que le secteur bancaire, semblent intéressants, surtout compte tenu de leur potentiel de performance dans un environnement de hausse des taux d'intérêt.
Certaines actions émergentes affichent également une valorisation qui semble attrayante, mais le niveau réel de risque fondamental implique que notre exposition à ces actifs est plus limitée.

Les rendements obligataires devraient augmenter

Ces dernières années, l'opinion largement partagée par les investisseurs selon laquelle l'économie mondiale fait face à des difficultés - malgré les preuves du contraire - a entraîné les rendements des obligations traditionnelles vers des niveaux historiquement bas qui, à nos yeux, ne se justifient pas. Nous pensons que les obligations gouvernementales sont généralement surévaluées, particulièrement sur la partie courte. Toutefois, nous identifions certaines opportunités sur la partie à plus long terme de la courbe des taux américaine. Le fait que l'effondrement des rendements à des niveaux historiquement bas ait persisté beaucoup plus longtemps que ce que l'on pouvait anticiper met en lumière la difficulté de prévoir la façon dont cette situation va évoluer. Nous pensons néanmoins que les rendements augmenteront en 2016, et nous restons vigilants à l'égard des opportunités qui pourraient apparaître dans cet univers.

Pour l'heure, la dette des pays périphériques européens et de certains pays émergents semble offrir des niveaux de rendement attrayants. L'ampleur des spreads entre les rendements des pays périphériques de la zone euro et ceux des pays core nous paraît insensée, puisqu'il s'agit dans tous les cas d'obligations libellées en euro qui bénéficient théoriquement du soutien de la même banque centrale. S'agissant de la dette émergente, nous sommes attentifs aux risques réels qu'elle véhicule et à sa sensibilité potentielle à la hausse des taux d'intérêt américains. Pour autant, nous observons que lorsqu'une affirmation telle que « les marchés émergents corrigent lorsque les taux d'intérêt américains augmentent » fait autant l'unanimité, l'essentiel du risque est sans doute déjà intégré dans les cours.

Attendez-vous à des surprises

Il est intéressant de se repencher sur les thèmes qui ont fait les gros titres en 2015, et sur leur caractère éphémère d'une semaine, voire d'un jour, sur l'autre. La crise ukrainienne, la sortie de la Grèce ou du Royaume-Uni de l'Union européenne, le ralentissement de l'économie chinoise, la hausse des taux d'intérêt américains, les incertitudes politiques persistantes en Europe, et ainsi de suite. Cela souligne à quel point le moral des investisseurs peut varier d'un instant à l'autre, mais également le fait que les facteurs qui influencent les marchés sont rarement ceux sur lesquels table le consensus. La plupart de ces crises ne sont toujours pas résolues même si, pour l'heure, elles sont passées au second plan.
N'importe laquelle d'entre elles pourrait donc à nouveau se raviver en 2016, ou les craintes pourraient naître de tout autre chose. Le fait est qu'il serait illusoire d'accorder trop d'importance aux prévisions économiques. Nous estimons que l'attitude la plus raisonnable consiste à s'attendre à des surprises, à être attentif à nos convictions basées sur les fondamentaux avant que les effets de la volatilité ne se fassent sentir, et à se tenir prêt à réagir aux risques et aux opportunités qui en découleront ensuite.

Les informations contenues dans ce document s’adressent exclusivement aux journalistes et les professionnels des médias. Elles ne doivent pas être considérées comme un conseil en placement par les investisseurs privés ou les conseillers en investissement. Document publié par M&G International Investments Limited (Siège : Laurence Pountney Hill, London EC4R 0HH), société agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority, et immatriculée auprès de la CNMV en Espagne sous le numéro 79.

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL & TAUX INTERBANCAIRES

L'ordonnance du 20 août 2014 (n°2014-947) a introduit deux taux différents, l'un s'appliquant aux créanciers personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels, l'autre "pour tous les autres cas".

Le gouvernement a également instauré un calcul semestriel du taux légal calculé "en fonction du taux directeur de la Banque centrale européenne sur les opérations principales de refinancement et des taux pratiqués par les établissements de crédit et les sociétés de financement".

Comme prévu par l'article 2 de l'ordonnance du 20 août 2014, les deux nouveaux taux ont été fixés par arrêté pour leur entrée en vigueur dès le 1er janvier 2015.

L'arrêté du 23 décembre 2014 publié au JO le 27 décembre 2014 indique ainsi que :
"Pour le premier semestre 2015, le taux de l'intérêt légal est fixé :
1° Pour les créances des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels : à 4,06% ;
2° Pour tous les autres cas : à 0,93%."


Rappelons que :
- En 2014, il était de 0,04%
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- The Blockchainer
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Vendredi 18 Décembre 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News