Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Opportunités et défis majeurs sur les marchés non cotés


L’étude intitulée Private Markets Navigator publiée par Partners Group met en avant les opportunités et les défis majeurs sur les marchés non cotés




Partners Group annonce aujourd’hui les résultats de son étude semi-annuelle, le Private Markets Navigator. Cette étude tient compte de la crise budgétaire qui traverse l’eurozone, de l’incertitude économique globale et de la volatilité des marchés financiers. Elle présente les conclusions suivantes :
- Private equity : investir dans des sociétés mid-cap bénéficiant de marges élevées
- Private real estate : les investisseurs contrarians peuvent trouver de la vraie sécurité là où les autres ne regardent pas
- Private infrastructure : combiner stabilité et protection contre l’inflation
- Private deb t: des changements majeurs à venir sur le marché du crédit

La dette souveraine et la crise bancaire offrent des opportunités attrayantes

Dans sa dernière étude, Partners Group estime que des opportunités d’investissement attrayantes apparaissent pour des acteurs alternatifs en fonds propres ou en dette en raison du dysfonctionnement du système bancaire. La situation de l’eurozone va probablement continuer à se dégrader avant de s’améliorer et Partners Group n’intègre pas la dislocation de l’union monétaire dans ses prévisions.

De manière générale, Partners Group s’en tient à son scénario de stagflation sur le long terme dans les pays développés avec un risque d’ augmentation de l’inflation à terme et reste concentré sur des sociétés résilientes et des actifs réels protégés contre l’inflation, tels certains actifs immobiliers et d’infrastructure. La crise de confiance européenne sera très vraisemblablement résolue par une intervention accrue de la Banque Centrale Européenne sur le marché des obligations d’Etat ainsi que par des réformes structurelles et fiscales. La vague attendue d’excès de liquidités devrait conduire à une augmentation du prix des actifs qui ne sera initialement pas ressentie par le consommateur. En supposant qu’il n’y ait pas d’escalade de la crise de l’eurozone, les Etats-Unis devraient trouver leurs propres solutions par tâtonnements au niveau fiscal pour s’en sortir. La croissance aux Etats-Unis va d’ailleurs probablement être limitée. Les marchés émergents devraient bénéficier d’une croissance plus forte en raison de fondamentaux solides, même si les régions exportatrices devraient être affectées par le ralentissement des pays développés.
Les investisseurs institutionnels sont confrontés quant à eux à la volatilité des marchés financiers, à la volatilité des changes et à des taux d’intérêts réels bas.

Private equity : investir dans des sociétés mid-cap bénéficiant de marges élevées

La combinaison d’incertitudes économiques et d’une activité de crédit restreinte de la part des banques devraient impacter l’industrie du «buyout», les packages de dette seront limités et plus couteux notamment pour les transactions les plus importantes. Par contraste, l’impact d’un accès au crédit plus restrictif devrait être moins fort pour les sociétés mid-cap dans la mesure où leurs leviers sont moins élevés et où le financement reste accessible.

Pays développés : focus sur les sociétés small/mid-cap résistantes au cycle qui ont un prix attractif avec des marges élevées et une structure de capital conservatrice, et sur les sociétés ayant une forte exposition aux marchés en croissance.

Pays émergents : focus sur les secteurs liés à la consommation qui bénéficient d’une augmentation de la richesse avec une surpondération de l’Amérique Latine où la croissance est principalement tirée par la demande domestique et par les améliorations en matière de gouvernance d’entreprise.
Partners Group s’attend à ce que le marché secondaire reste actif. En plus d’un deal flow soutenu provenant d’institutions financières, les grands investisseurs institutionnels vont de plus en plus utiliser le marché secondaire comme un outil de gestion active de leur portefeuille plutôt qu’uniquement comme une solution à des problèmes de liquidité.

Private Real Estate : les investisseurs contrarians peuvent trouver de la vraie sécurité là où les autres ne regardent pas

Dans un contexte de grande incertitude macro-économique, l’aversion au risque est élevée et les actifs réels sont très demandés.
Les investissements immobiliers sont tangibles et offrent une protection contre l’inflation, la demande des investisseurs est forte même si les fondamentaux sont mitigés.
Ainsi le marché apparait comme binaire: l’immobilier core semble pleinement valorisé là ou l’immobilier non-core attire peu l’intérêt des investisseurs.
Nous croyons fermement que les investisseurs immobiliers avisés devraient rester conservateurs sur leurs hypothèses d’investissement et être très sélectifs. Nous pensons que la vraie sécurité est le plus souvent trouvée en dehors des sentiers battus. Les biens situés dans des emplacements secondaires dans des villes tier 1 de même que les meilleurs emplacements dans les villes tier 2 n’attirent pas l’intérêt des investisseurs en général et peuvent offrir des valorisations attrayantes, même là où les fondamentaux locaux sont solides. Nous surpondérons les biens qui offrent un potentiel d’augmentation du cash-flow au niveau de l’actif de même que les investissements en dette, qui offrent une protection à la baisse.
Le marché secondaire reste un marché d’acheteur.

Private infrastructure : combiner stabilité et protection contre l’inflation

La dette souveraine et la crise bancaire forcent de nombreux propriétaires d’infrastructures à vendre des actifs et à offrir des opportunités intéressantes pour les investisseurs en capital sur les marchés non cotés.
Des fondamentaux solides, une stabilité réglementaire accrue et une capacité de financer des infrastructures dans de nombreux pays émergents élargissent la liste des pays où l’on peut investir.
Avec le risque d’une augmentation de l’inflation à moyen et long terme, la protection contre l’inflation demeure un critère important pour les investisseurs en infrastructure. Au travers des transactions récentes, la protection contre l’inflation reste en effet valorisée de façon attrayante.

Private debt : des changements majeurs à venir sur le marché du crédit

Les marchés globaux de la dette ont subi des changements majeurs. Après un démarrage calme en 2011, le marché de la mezzanine s’est développé de façon significative au troisième trimestre 2011 notamment tiré par plusieurs transactions importantes.
Avec des banques sous pression pour se désendetter, Partners Group s’attend à une augmentation de l’aversion au risque sur le marché du crédit amenant des opportunités intéressantes sur le marché de la dette privée. Ces opportunités devraient en particulier concerner les fonds de dettes senior qui bénéficient de spreads élevés en valeur relative, d’un risque plus faible et d’une position solide dans la structure du capital.
Partners Group anticipe un retour possible à un marché du crédit similaire à celui de 2009 après le pic de la crise financière, et donc à des financements accessibles uniquement aux meilleurs crédits.

Steffen Meister, Partner et Chief Executive Officer, déclare “Les périodes de difficultés économiques offrent un environnement particulièrement favorable aux investisseurs à long terme globaux spécialisés sur les private markets. Notre approche intégrée de l’investissement nous a permis d’investir avec succès à travers différents cycles et de trouver des opportunités d’investissement attrayantes sur les private markets pour nos clients.

A propos de Partners Group
Partners Group est un gérant d’actifs global spécialisé dans les private markets. La société gère de 25 milliards d’euros dans des programmes d’investissement en private equity, private infrastructure, private real estate, private debt. La société gère une gamme étendue de portefeuilles dédiés à une clientèle internationale d’investisseurs institutionnels. Partners Group a son siège social à Zug en Suisse et des bureaux à San Francisco, New York, Sao Paulo, Londres, Guernesey, Paris, Luxembourg, Munich, Dubaï, Singapour, Beijing, Seoul, Tokyo et Sydney. La société emploie plus de 550 personnes et est cotée sur le SIX Swiss Exchange (symbol:PGHN) avec une capitalisation supérieure à 4 milliards de Francs Suisses. La grande majorité du capital est détenue par les associés et tous les employés.
www.partnersgroup.com

Jeudi 26 Janvier 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs