Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Olivier Novasque PDG Sidetrade





CFO-news : Olivier Novasque bonjour, vous êtes le PDG de Sidetrade, parlez-nous de votre offre

Olivier Novasque
Olivier Novasque
Olivier Novasque : Avec près de 10 M€ de chiffre d’affaires, le Groupe Sidetrade est aujourd’hui le leader européen des solutions SaaS dédiées à la gestion des encours clients. Nous accompagnons les groupes nationaux et multinationaux dans la baisse de leurs retards de paiement et la sécurisation de leur risque client. Depuis 10 ans, nous avons à notre actif le déploiement de plus de 400 projets de génération de cash à travers 14 pays différents et servant plus de 15 000 utilisateurs. Ce savoir faire, nous l’avons capitalisé tant dans l’innovation continue de notre plate-forme Sidetrade Network que dans l’expérience acquise par nos équipes projet et conseil en Crédit Management, partie prenante du succès de nos clients. L’apport d’une technologie est réellement payant lorsqu’elle est au service d’une organisation et de processus de gestion efficients. Les sociétés les plus performantes ont désormais conscience de l’enjeu majeur que représente la modernisation de leur gestion de leurs comptes clients.

...de vos derniers clients

Depuis le début de l’année, Sidetrade a enregistré de nouvelles références clients de taille significative telles que Altergaz, Darty... Le trimestre a également été marqué par l’extension en Europe de notre collaboration avec le Groupe LOXAM sur la Suisse, l’Allemagne, l’Irlande, l’Angleterre et la Belgique ainsi qu’avec le Groupe ADECCO pour sa filiale au Luxembourg.

Quels avantages en retirent-ils ?

Avec une augmentation de 48% des volumes de factures traitées en 2009 via notre solution, nous gérons à ce jour près de 19 millions d’expériences de paiement interentreprises représentant plus de 37 Mds d’€ de transactions. Nous avons une connaissance réelle des comportements de paiement sur plus de quatre millions d’entreprises en Europe.

Sur l’exercice 2009, le top20 de nos clients a largement surperformé le marché avec une réduction moyenne de 18 jours de leurs délais de paiement générant 497 M€ de cash additionnel, soit un gain moyen en cash de 24,85 M€ par société. Nous nous réjouissons de ce niveau record de réduction des délais de paiement atteint par nos utilisateurs. Bien sûr, la LME a œuvré dans le bon sens, en dépit de la confusion orchestrée par la multitude d’accords dérogatoires sectoriels homologués par la DGCCRF. Nous sommes pleinement satisfaits d’avoir pu accompagner nos clients avec succès dans leur transition rapide à la LME, rendue difficile dans le contexte économique ambiant de 2009. Les grands gagnants de la LME sont indiscutablement ceux qui ont fait l’effort de moderniser leurs processus et leurs outils de pilotage.

Vous venez de publier vos comptes pour le 1er trimestre 2010. Pouvez-vous nous les commenter brièvement ?

Sidetrade a publié un chiffre d’affaires en hausse de 19,2% sachant que le chiffre d’affaires du 1er trimestre 2009 avait déjà enregistré une croissance de 19,6%. Il s’agit du 6ème trimestre consécutif de croissance à deux chiffres. Cette progression régulière de nos ventes et de nos résultats financiers récompense le travail fourni par nos équipes pour apporter à nos clients une proposition de valeur concrète ayant un impact direct sur leur performance financière. Nous sommes fiers de représenter aux yeux de nos actionnaires un des tous premiers véhicules d’investissement sur le marché du SaaS (Software as a Service) en étant un des rares « pure player » du secteur coté à la Bourse de Paris. Pour l’exercice à venir, nous nous engageons à leur délivrer un équilibre parfaitement maîtrisé entre croissance et rentabilité.

Quel est l’intérêt d’investir dans une solution en mode SaaS plutôt qu’un logiciel traditionnel vendu en licence ?

Face à la crise, les entreprises ont privilégié les nouveaux modèles économiques de consommation du logiciel leur garantissant un retour sur investissement plus rapide. Le contexte économique dégradé a révélé la pertinence du modèle SaaS. Rapide à déployer, celui-ci ne requiert aucun investissement initial lourd en licence infrastructure technique et formation des équipes IT et garantit une maîtrise des coûts prévisibles et lissés dans le temps. De plus, nos clients abonnés bénéficient d'un accès utilisateurs en illimité propice à diffuser la culture du cash en interne, le tout avec un simple navigateur Internet et une interface intuitive. Enfin, nous garantissons à nos utilisateurs le bénéfice permanent des dernières nouveautés de notre logiciel sans aucun surcoût ni nouveau projet à déployer. Le SaaS replace l’Utilisateur au centre du débat en se focalisant sur les résultats délivrés par la solution en s’affranchissant des problèmes informatiques qui ne sont plus le sujet.

Olivier Novasque, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de CFO-news.

© Copyright CFO-news. Propos recueillis par la rédaction de CFO-news


Dimanche 6 Juin 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs