Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Observatoire des défaillances de Coface - 8ème édition


Défaillances d’entreprises : le décalage entre coût économique et coût social s’accentue. Coface publie les premiers chiffres mensuels complets sur les défaillances.




Comment sont-ils obtenus ?
Coface Services extrait tous les mois de sa base de données des 6,6 millions d’entreprises françaises le nombre d’entreprises défaillantes (redressements judiciaires + liquidations judiciaires, dédoublonnés). L’extraction est réalisée en début de mois suivant, après régularisations des données du mois étudié (enregistrement de la totalité des jugements), garantissant ainsi l’exhaustivité des données mensuelles de Coface Services.

Le 8ème observatoire des défaillances publié aujourd’hui par Coface annonce que pour la première fois depuis le début de la crise, le coût sur 12 mois des défaillances pour les entreprises fournisseurs repasse au dessous de son niveau d’il y a un an. En revanche le nombre d’emplois menacés par les faillites suit la tendance inverse, accentuant ainsi le décalage entre coût économique et coût social des défaillances.

Après 2 années de crise, l’observatoire de Coface analyse la résistance de certains secteurs, dont les niveaux de défaillances n’ont pratiquement pas varié par rapport à avant la crise. Parmi les secteurs pleinement impactés figure sans surprise le BTP, mais aussi les Services et les Biens d’équipement.

Observatoire des défaillances de Coface - 8ème édition

Le nombre de défaillances apparaît s'être stabilisé depuis septembre 2009

Le nombre de défaillances au mois de mars 2010 recule de 2,5% par rapport à mars 2009, à 6287 contre 6446. Sur les 3 premiers mois, le montant cumulé est revenu au même niveau qu'au premier trimestre 2009 (17 461 contre 17 442 il y a un an). Cumulé sur 12 mois, le nombre de défaillances est désormais pratiquement stable depuis septembre: 64335 à fin mars 2010, contre 64316 à fin décembre (donc pour l'ensemble de l'année 2010) et 64162 à fin septembre 2009.

Le coût des défaillances continue de reculer et repasse sous le niveau d'il y a un an

Le coût financier des défaillances pour les fournisseurs connaît en mars 2010 un recul de 43% par rapport à mars 2009. Les défaillances ont représenté une charge de 362 M€ pour le seul mois de mars contre 636 M€ le même mois l’an dernier. Le coût cumulé des défaillances sur un an est ramené à 4134 M€, repassant au dessous de son niveau il y a un an. Rappelons que ce coût à son maximum en août 2009, était de 4836 M€.

Les défaillances continuent d’avoir un impact très lourd sur l’emploi

Le recul des défaillances en mars ne permet toujours pas d’amélioration sur le front social. En effet, même si les PME et les Grandes entreprises confirment la baisse de leurs défaillances, l’impact social s’est avéré très lourd en raison principalement de la défaillance de 5 entreprises qui à elles seules représentent 3 300 personnes. Avec 22 754 emplois menacés pour le mois, on retrouve ainsi des niveaux de pleine crise, la hausse atteignant 13% par rapport à mars 2009. Sur 12 mois glissants, le cumul d’emplois menacés continuent son ascension atteignant 221 974 emplois menacés à fin mars, soit 24% de plus que l’an passé.
Le décalage entre le coût économique et le coût social des faillites indique que les entreprises de main d'oeuvre restent beaucoup plus touchées, en moyenne.

Observatoire des défaillances de Coface - 8ème édition

Parmi les secteurs étudiés par Coface, 5 se sont distingués par leur capacité de résistance face à l’augmentation générale des défaillances. Le secteur des Biens de consommation est le plus symbolique de cette résilience puisqu’il n’a jamais depuis fin 2007 connu de hausse de défaillances. L’Agriculture & pêche, les Produits minéraux & Chimie et les Télécommunications affichent à l’heure actuelle des baisses respectives de 3,5%, 1,7% et 3,5% par rapport à décembre 2006. Enfin, l’Agroalimentaire a maintenu la hausse de ses défaillances à un niveau inférieur à 10% pendant la crise.

A l’inverse, 5 autres secteurs se distinguent par une situation encore très préoccupante avec aujourd’hui un niveau de défaillances supérieur de plus 30% par rapport à avant la crise : le BTP (+55%), les Services aux particuliers et les Biens d’équipement du foyer (respectivement +36% et +37%). La Pharmacie (+65% par rapport à 2006) et les Services Financiers (+64%), habituellement stables, affichent des résultats altérés par les mauvaises performances de certains de leurs sous secteurs : les pharmacies pour le premier et les Fonds de placement pour les services financiers.

« Il y a clairement aujourd'hui un décalage entre la stabilisation du nombre de faillites, la baisse de leur coût financier, et la hausse de leur coût en emplois » explique Jérôme Cazes, Directeur général de Coface. « Ceci constitue une double alerte, quant aux difficultés des entreprises de main d'oeuvre, notamment les plus petites, et quant à la solidité de la reprise.»

Coface Services est le n°1 de la notation, l’information d’entreprises et la gestion de créances en France.
Coface Services note la situation financière des 6,6 millions d’entreprises françaises.
Le score @rating de Coface Services mesure la probabilité de défaillance des entreprises à un an, qu’il s’agisse de grandes entreprises ou de PME. Il a été certifié ECAI (compatible Bâle II pour les banques) en juin 2007. La Charte transparence de Coface, lancée en novembre 2008, permet à toute entreprise d’accéder gratuitement et de
manière permanente à sa note, de dialoguer sur ses modifications et d’être prévenue un mois à l’avance en cas de baisse d’encours.

A propos de Coface
Coface a pour mission de faciliter les échanges entre toutes les entreprises partout dans le monde. Pour cela, Coface offre à ses 130 000 clients quatre outils pour externaliser en tout ou partie la gestion, le financement et la protection de leur Poste clients : l’assurance-crédit, l’affacturage, la notation et l’information d’entreprise et la gestion de créances. Coface propose également, en France, la gestion des garanties publiques à l’exportation pour le compte de l’Etat. Grâce à un service de proximité de qualité et 6 600 collaborateurs répartis dans 67 pays, plus de 45% des 500 plus grands groupes mondiaux sont déjà clients de Coface. Coface est filiale de Natixis dont les fonds propres (Tier 1) s’élèvent à fin décembre 2009 à 12,7 milliards d’euros.
www.coface.fr

Lundi 3 Mai 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs