Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Observatoire des Projets : la réussite des projets peut-elle être programmée ?


Le 14 décembre a eu lieu la présentation des résultats de la 2ème édition de l'Observatoire des Projets. Les résultats présentés à cette occasion montrent les difficultés que rencontrent les entreprises à réussir leurs projets, une situation inquiétante alors même qu’il existe des pratiques et des méthodes pour améliorer les chances de réussite des projets.




Le 14 décembre à l'Observatoire de Paris a eu lieu la présentation de la deuxième édition de l'enquête annuelle de l'Observatoire des Projets

L’« Observatoire des projets » a été lancé en 2010 par Daylight, cabinet de conseil en ingénierie organisationnelle, l'ENSIIE, grande école d'ingénieurs spécialisée en informatique et l'IAE Lille, première formation en France à avoir lancé le management par projets en partenariat avec Adeli, PMI France, le club des MOA, l’itSMF France), Le Monde Informatique, CIO Online et avec le soutien financier de ONE2TEAM, éditeur de logiciel pour le pilotage des projets.

La communauté des acteurs des projets à composante organisationnelle et SI ne dispose pas aujourd’hui de données statistiques fiables sur l’état des projets en France. Afin de palier à ce manque l’Observatoire des Projets a été lancé en 2010 dans le but de collecter des données pour mieux comprendre les facteurs de réussite et d’échecs des projets en France. Concrètement, les experts mobilisés autour de l’Observatoire des projets ont mis en place une série d’une vingtaine de questions pour étudier le niveau de réussite et de maîtrise des projets (respect des délais, des budgets, etc.) et pour comprendre sa corrélation avec les moyens que les entreprises déploient à cette fin (référentiels méthodologiques, capitalisation, organisation, etc.).

Une étude scientifique unique

L’étude a été menée sous la forme d’une enquête anonyme auto-administrée adressée aux décideurs en SI au sein des entreprises publiques et privées de plus de 250 salariés. A partir de l’échantillon de réponses collectées, l’équipe scientifique de l’Observatoire s’est attaché à identifier des traits caractéristiques au sein de la population et à mettre en évidence les associations pertinentes entre les structures déployées au sein des entreprises et leurs performances en termes de réussite et de maîtrise des projets.
L’équipe de l’Observatoire a pris toutes les mesures nécessaires afin de garantir l’anonymat des traitements en séparant les résultats collectés des données d'identification qui sont mises sous la protection de l'ENSIIE.

Dans sa démarche et ses résultats, l’étude de l’Observatoire est essentiellement exploratoire et cherche à identifier des tendances éventuellement extrapolables à l’ensemble de la population. Cependant, la taille et la composition de l’échantillon ne permettent pas de contrôler a priori l’erreur faite en faisant cette généralisation. Néanmoins, l’étude permet de mettre en évidence chez les répondants, des associations et des tendances significatives, qui sont cohérentes avec les connaissances empiriques et théoriques sur la réussite des projets. Ainsi, à travers la rigueur apportée à l’analyse des résultats, l’étude de l’Observatoire présente une source unique d’information sur la réussite des projets en France.

Un taux d’échec des projets alarmant

Sans surprise, les résultats de l’enquête révèlent que le taux d’échec des projets reste élevé. Si 47% des sondés estiment que plus de la moitié de leurs projets réussissent, ils sont près de 26% à déclarer que plus de la moitié de leurs projets dérapent de plus de 15% en termes de coûts, de délais ou de périmètre. Les projets stratégiques semblent encore plus délicats à réussir. 55% des répondants estiment qu’entre 16% et 50% de leurs projets stratégiques sont purement et simplement abandonnés.

Ces résultats confirment un constat inquiétant déjà fait au moment de l'édition 2010 et qui se retrouve sur le terrain : les entreprises ont toujours autant de mal à réussir leurs projets. Si les référentiels de bonnes pratiques se multiplient, force est de constater que les entreprises ont du mal à améliorer leur capacité à réussir leurs projets. Le détail des réponses donnent des éléments d'explication. On constate ainsi que la phase de contractualisation des projets n’existe pas en tant que telle chez la moitié des répondants et dans 46% des cas, il n’y a pas de véritable référentiel ou méthode de management de projets mis en place. Dans les faits, on constate toujours un manque de maturité et de méthode dans l’organisation de la gestion de projet.

En considérant les trois paramètres : coût, délais, respect de référentiel des exigences (cahier des charges de la solution), quelle est la répartition de votre portefeuille de projet stratégiques en fonction du niveau de respect de l'engagement initial projet ?

Observatoire des Projets : la réussite des projets peut-elle être programmée ?

En considérant les trois paramètres : coût, délais, respect de référentiel des exigences (cahier des charges de la solution), quelle est la répartition de votre portefeuille de projet stratégiques en fonction du niveau de respect de l'engagement initial projet ?

Observatoire des Projets : la réussite des projets peut-elle être programmée ?

Les principaux facteurs de réussite et d’échec des projets

En plus de ce panorama des pratiques et des résultats des entreprises et des administrations en termes de gestion des projets en France, les équipes de Daylight, l'ENSIIE et l'IAE de Lille se sont livrées à une analyse détaillées des données de manière à analyser les relations entre les différentes variables de moyens (les pratiques mises en oeuvres ou pas par les entreprises) et le taux de réussite et de maîtrise des projets. Premier constat opéré par les chercheurs : il existe une relation objective entre les moyens mis en place pour professionnaliser et industrialiser la gestion des projets (comme par ex. l’utilisation d’un référentiel de gestion de projet ou l’existence d’une phase de contractualisation au lancement du projet) et la capacité d'une organisation à réussir et à maîtriser ses projets.
A terme, l'équipe de l'Observatoire des Projets et ses partenaires souhaitent modéliser et avec le plus de fiabilité possible les facteurs d'échec et de réussite des projets.

Comment nos entreprises et nos administrations peuvent-elles faire face au défi de l'innovation si leur incapacité à réussir leurs projets les empêche d'évoluer ?

Au-delà du coût des retards et des dérapages budgétaires, l'incapacité des grands comptes à réussir leurs projets remet en cause leur capacité à conduire des chantiers de transformation organisationnelle. Le projet est le vecteur même du mouvement et la capacité à lancer et réussir des projets doit avoir une importance stratégique pour les organisations. Les résultats dévoilés par l'Observatoire des Projets sont inquiétants pour la compétitivité de nos entreprises et de nos administrations. Cette problématique doit faire l'objet d'une prise de conscience au niveau des décideurs politiques et économiques. L'idée semble faire son chemin au niveau de l'Etat qui a mis en place une DISIC pour mettre fin aux échecs à répétition de ses grands chantiers informatiques.

Dans votre organisation, existe-t-il un référentiel ou une méthode pour gérer des projets ?

Observatoire des Projets : la réussite des projets peut-elle être programmée ?

www.observatoireprojets.org

Vendredi 6 Janvier 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News