Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Observatoire des Achats – 5ème édition


La fonction Achats en temps de crise : se positionner au-delà des coûts !




L’optimisation des coûts d’achats, l’objectif prioritaire
Selon le 5ème Observatoire des Achats* (un partenariat entre BearingPoint, l’ESSEC, Microsoft France et Novamétrie), si l’optimisation des coûts demeure l’objectif prioritaire des Directions Achats, elles s’organisent pour être force de proposition et apporter plus de services et de valeur auprès de leurs clients internes. De « gardien du temple », elles évoluent vers un positionnement « d’acteur opérationnel » qui cherche une emprise sur le processus de décisions. 40% de notre panel identifient l’apport de solutions comme l’action la plus efficace, contre 34% pour une meilleure explication de la valeur ajoutée. La crise et la fragilité de certains marchés fournisseurs a fait aussi prendre conscience à un tiers des entreprises qu’elles devaient changer en profondeur leur Direction Achats. Cela constitue l’un des enjeux majeurs des années à venir.

L’effet « crise » est nettement visible dans la baisse des budgets de fonctionnement. Alors que 54% du panel déclaraient en 2008 une baisse ou une stagnation du budget de fonctionnement, 75 % des entreprises consultées déclarent être dans cette situation en 2009.

Pourtant, la couverture des dépenses supportées par les Achats fait un bon quantitatif : 78 % des Directions Achats couvrent plus de 60% des dépenses, contre 64% en 2008. Manifestement, le degré d’urgence dans la recherche d’économies a fait « sauter des verrous » donnant l’opportunité à la fonction Achats d’étendre son périmètre d’actions.

Le taux de couverture de la fonction Achats :

La fonction Achats continue de se professionnaliser
60% de profils ont plus de cinq ans d’expérience, ainsi 70% des ressources Achats sont composées de spécialistes Achats, avec quatre à cinq années d’études supérieures. Mais toujours seuls 28% des effectifs Achats proviennent d’autres fonctions ; elle est encore peu considérée comme une fonction « tremplin ». Ainsi, observe-t-on un décalage concernant les compétences recherchées ? Classiquement, la gestion des consultations, la négociation, le travail en équipe et la communication arrivent en tête dans la définition du profil d’acheteur. En revanche, les compétences de leadership, de vision stratégique, sont jugées moins prioritaires alors qu’essentielles. La prise de conscience n’est pas encore partagée…, mais soyons patients.

Quelques recommandations
Proposer des solutions aux clients internes demande de la part des fonctions Achats un niveau d’exigence plus élevé : être à l’écoute des clients internes de façon proactive, de comprendre leurs enjeux, les futurs problèmes à résoudre pour les aider à prendre les bonnes décisions, sur la base d’éléments quantifiés et l’éclairage des possibilités des marchés fournisseurs.

Être plus intégré avec les fournisseurs clés exige de mieux se synchroniser avec eux pour améliorer la performance globale et réduire les risques. Alors, les conditions deviennent favorables à une influence mutuelle des stratégies, du donneur d’ordre vis-à-vis des fournisseurs et réciproquement.

Enfin, saisir les opportunités de contribuer à des projets stratégiques est essentiel pour gagner en proximité avec la Direction Générale. Tout ceci pour gagner en influence auprès des Directions Générales.

Des pistes concrètes
La fonction Achats doit s’efforcer de capter des profils plus variés pour bénéficier des expériences d’autres industries. La diversité, les solutions créatives émergent en effet, du rapprochement des points de vue.

Les Directeurs Achats auraient intérêt à adopter une « attitude volontariste et directive » pour mieux allouer les ressources Achats, aussi bien vis-à-vis des clients internes et que des fournisseurs. Pour la profession, les collaborateurs Achats doivent passer 50% de leur temps à l’extérieur pour comprendre les futurs besoins de leurs clients et connaître intimement leurs fournisseurs.

La plupart des Directions Achats doivent mesurer le résultat des actions de sourcing sur le terrain, et mettre en place des contrats cadres, qui s’appuient sur des outils élaborés (ERPs…). Mais le suivi du processus Purchase to Pay est souvent négligé. Et pourtant l’enjeu est de taille : il s’agit de mesurer le résultat des actions de sourcing sur le terrain.

Que de chemin parcouru : d’une posture de « volonté de reconnaissance et d’accroissement de son pouvoir » observée dans le passé et souvent maladroitement affichée, la fonction Achats évolue vers une posture d’influence : apporter tous les éléments factuels pour orienter la décision la plus profitable pour l’entreprise.

Mais ce positionnement nécessite un niveau d’exigence élevée, des compétences qui ne sont pas d’évidence généralisées dans la plupart des Directions Achats. Cela constitue l’un des enjeux majeurs des années à venir pour la fonction Achats.

(*) Lancé en 2004, l’Observatoire des Achats est une enquête effectuée auprès de 200 Directions Achats de sociétés de tous secteurs, incluant la plupart des sociétés du CAC40. Cette étude a été conduite entre juillet et novembre 2009 à partir de 200 entretiens téléphoniques complétés de 35 entretiens individuels menés avec des Directeurs Achats.

A propos de BearingPoint
BearingPoint est un cabinet de conseil indépendant dont le cœur de métier est le Business Consulting. Il s’appuie sur la double compétence de ses consultants en management et en technologie. Animés par un véritable esprit entrepreneurial et collaboratif, nos 3200 consultants sont engagés à créer de la valeur et obtenir des résultats concrets, aux côtés de leurs clients. Ils interviennent de la définition de la stratégie jusqu’à la mise en œuvre des projets de transformation. Nous faisons nôtres les priorités de nos clients, c’est pourquoi depuis plus de 10 ans, les deux tiers de l’Eurostoxx 50 et les plus grandes administrations nous font confiance.
To get there. Together.
www.bearingpoint.fr

A propos de Microsoft
Fondée en 1975, Microsoft (cotée au NASDAQ sous le symbole MSFT) est le leader mondial du logiciel pour micro-ordinateurs. La société développe et commercialise une large gamme de logiciels, accessoires et services à usage professionnel et domestique. Ceci pour permettre à chacun d'accéder à la puissance de l'informatique depuis n'importe quel endroit et à n'importe quel moment, en utilisant l'outil numérique de son choix connecté à Internet. Créée en 1983, Microsoft France emploie plus de 1200 personnes. Depuis le 1er février 2005, la Direction Générale est assurée par Eric Boustouller.
www.microsoft.com/france

A propos du Groupe ESSEC
Le Groupe ESSEC, École Supérieure des Sciences Économiques et Commerciales, fondé en 1907, est un acteur majeur de l'enseignement de la gestion sur la scène mondiale.
L'enseignement est assuré par des professeurs chercheurs reconnus au plan international et des responsables d'entreprise de grande notoriété. Ensemble, ils perpétuent la tradition d'excellence académique, ils favorisent la créativité individuelle et la construction des personnalités ainsi que l'esprit d'ouverture de Groupe au service des activités économiques et sociales.
www.essec.fr

A propos de Novamétrie
NOVAMETRIE est un institut spécialisé dans les études stratégiques auprès des leaders d'opinion.
L'institut propose des méthodologies interdisciplinaires, globalisantes et hoslistiques intégrant l'optique quantitative et l'approche qualitative. Le Comité Scientifique de NOVAMETRIE, composé d'universitaires et d'experts, apporte une vision innovante, opérationnelle et stratégique de la conception des recherches aux recommandations effectives.
www.novametrie.com

Jeudi 4 Février 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs