Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Nouvelle enquête de l’Observatoire de la Communication Financière sur l’information trimestrielle et les normes IFRS


Dans le cadre des rencontres 2006 de l’OCF consacrées aux « Enjeux et risques des nouvelles transparences »* qui se tiendront le 13 décembre 2006 au Palais Brongniart, l’Observatoire de la Communication Financière a réalisé une enquête sur les enjeux de la directive Transparence en matière de publication et de traitement de l’information trimestrielle, ainsi que sur les impacts du passage aux normes IFRS. Conformément aux missions que s’est fixées l’Observatoire de la Communication Financière, cette enquête a pour objectif de confronter les points de vue des émetteurs et des analystes sur ces problématiques-phares de la communication financière. L’enquête porte sur 28 émetteurs, membres du CLIFF (Association Française des Investor Relations) et 45 analystes financiers, membres de la SFAF (Société Française des Analystes Financiers).




1. L'analyse met en valeur les constats suivants :

1. Enjeux de la directive Transparence en matière de publication et de traitement des informations trimestrielles

- Impacts de la publication de résultats trimestriels sur la volatilité des titres et le court-termisme : opinions croisées des analystes et émetteurs
Emetteurs et analystes estiment que la publication de résultats trimestriels serait de nature à favoriser le
« court-termisme » et la volatilité des titres. Cette affirmation est encore plus fortement soutenue par les analystes.

- Attentes et les besoins des marchés en matière d'informations trimestrielles
Du point de vue des analystes, les informations trimestrielles les plus utiles concernent l'analyse détaillée de la croissance organique, la description des facteurs-clés extérieurs, l'analyse détaillée de l'activité par secteur/zone et le récapitulatif des faits majeurs. Approximativement 50% des analystes interrogés mettent à jour leurs prévisions d'activité et de résultats sur la base des informations trimestrielles communiquées par tous les émetteurs, qu'ils publient ou non des résultats trimestriels.

- Comptes semestriels : impacts de la Directive transparence sur les relations émetteurs/marché
Les analystes financiers interrogés restent relativement partagés sur la manière d'adapter leurs méthodes de travail à la forte réduction des délais de publication des résultats semestriels. En revanche, 70% des sociétés de l'échantillon considèrent que la réduction du délai de publication des comptes semestriels aura des impacts significatifs sur leur communication au marché, notamment en termes de calendrier et de modalités.

2. Impacts du passage aux normes IFRS : opinions et attentes des émetteurs et professionnels des marchés financiers

- Impacts des normes IFRS sur la perception qu'ont les marchés de la valeur d'une société
La quasi-totalité des émetteurs considère que le passage aux IFRS n'a pas eu d'impact sur la perception qu'ont les marchés de leur valeur. L'opinion des analystes sur ce point est plus nuancée que celle des émetteurs.

- Impacts des normes IFRS sur les méthodes de travail des analystes financiers
La plupart d'entre eux considère que les normes IFRS n'ont pas eu d'impact sur les méthodes d'évaluation utilisées ou sur les taux d'actualisation, mais qu'elles ont, en revanche, modifié totalement ou partiellement leur modèle de descente de compte

- Thèmes IFRS majeurs pour les marchés financiers
Les émetteurs ont globalement bien identifié les thèmes considérés comme importants par les analystes : dépréciation d'actifs non financiers, informations sectorielles, instruments financiers, retraites et provisions sur passifs / actifs éventuels. Seule différence notable : le thème hypothèses et jugements clés du management considéré comme important par 27% des analystes et uniquement 4% des émetteurs.

- Principaux bénéfices attendus du passage aux normes IFRS
Analystes et émetteurs ont sensiblement la même analyse des bénéfices du passage aux IFRS. Une majorité d'entre eux fait état d'un manque de recul à ce stade. A court terme, les bénéfices identifiés concernent, par ordre de citation, les comparaisons sectorielles et l'amélioration de la lisibilité des performances opérationnelles des émetteurs.

- Facteurs ayant limité les bénéfices attendus du passage aux normes IFRS
Analystes et émetteurs ont une perception assez différente des principaux facteurs ayant limité les bénéfices attendus du passage aux IFRS. Pour les analystes, ils concernent le manque de précision des informations communiquées par les émetteurs et l'hétérogénéité de présentation des annexes. Pour les émetteurs, le principal facteur est lié à la difficulté pour les utilisateurs de s'approprier les normes IFRS. Globalement, l'ensemble des émetteurs considère que les professionnels des marchés financiers ont posé peu ou pas de questions sur les normes IFRS, en particulier les investisseurs institutionnels, les hedge-funds et les vendeurs.

* conférence Les Echos / OCF qui se tiendra le 13 décembre prochain au Palais Brongniart (Paris IIème)
Renseignements sur le site internet: www.observatoirecomfi.com

Source : www.pwc.com

Lundi 11 Décembre 2006
Notez




Les derniers articles publiés sur Finyear


Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News