Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Nouriel Roubini, l’homme qui avait prédit la crise...


En 2006, Nouriel Roubini avait prédit que les Etats-Unis risquaient d’être frappés par une grave récession, des déclarations qui avaient fait sourire à l’époque. Deux ans plus tard, plus personne ne rit, ainsi que l’a constaté le New York Times...




Le 7 septembre 2006, Nouriel Roubini, professeur d’économie à l’université de New York, évoque devant une assemblée d’économistes au Fonds Monétaire International qu’une crise est sur le point de se produire. Selon lui, dans « les mois et les années à venir, les Etats-Unis risquaient de connaître une grave récession » s’articulant autour des points suivants : Des propriétaires incapables d’honorer leurs engagements et des milliards de dollars de titres adossés aux crédits hypothécaires entraînant la paralysie du système financier. Ces faits, avait poursuivi l’économiste, conduiraient à la faillite de Hedge Funds, de banques d’investissements, ou d’autres institutions financières majeures comme Fannie Mae et Freddie Mac.

Evidemment, le public s’était montré sceptique, voire moqueur. Le modérateur de la conférence invita les participants à siroter un verre en oubliant ces propos alarmistes.

Mais à l’été 2007, les prédictions de Roubini commençaient à se réaliser et lorsqu’il retourna devant le FMI en septembre 2007, plus personne ne se gaussait. « Ces propos semblaient être ceux d’un fou en 2006 » a déclaré au New York Times Prakash Loungani, économiste au FMI, qui avait invité Roubini à plusieurs reprises. « Mais il était devenu un prophète quand il est revenu faire une conférence au FMI en 2007 » a-t-il ajouté.

En février 2008, alors que bon nombre d’analystes pensaient que le gros de la tempête était passé, Roubini faisait encore partie de ceux qui affirmaient qu’au moins une grosse banque d’investissement allait tomber. Six semaines plus tard, Bear Stearns sombrait. Même après l’intervention et l’aide de la FED à certaines banques d’investissements et maisons de courtages, Roubini a collé à son scénario pessimiste en disant que la faillite d’une grande banque régionale ou nationale pourrait entraîner la panique chez les épargnants.

Tous les scénarios qu’il a prédit ne se sont pas encore réalisés, voire ne se réaliseront jamais, mais la faillite récente de la banque californienne IndyMac a une fois de plus attiré l’attention sur lui...

A la suite de ses prédictions, Roubini, économiste respecté dans son milieu, mais guère connu, est devenu une figure publique du débat sur la politique économique aux Etats-Unis. Le comité des relations étrangères du congrès ou le World Economic Forum ont émis le désir de l’entendre, les gouverneurs de banques centrales et les ministres des finances de pays européens et asiatiques recherchent maintenant ses conseils. A 50 ans, c’est peut-être le début de la gloire pour cet économiste docteur en économie de Harvard, qui réfute le qualificatif de « pessimiste » que lui attribue le New York Times. L’économiste Jeffrey Sachs est flatteur au sujet de son collègue : « un mix de compétences qu’on retrouve rarement packagées chez une seule personne »...

Pour Roubini, la meilleure façon de combattre la crise est de la reconnaître. Lorsque Jim Nussle, directeur du budget de la Maison-blanche déclarait le mois dernier que « la nation avait évité la récession », Roubini s’est montré incrédule. « Nous sommes en récession et le nier est un non-sens » a-t-il confié au New York Times.

Il a approuvé l’action de la FED lors de la chute de Bear Stearns, et selon lui, soit le gouvernement américain cautionne plus de 1000 milliards de dollars de crédits hypothécaires à hauts risques, soit les banques ou les institutions qui les détiennent, ainsi que les produits dérivés qui y sont liés, vont couler. « Il faut nationaliser soit les banques, soit les crédits hypothécaires ».

Evaluant le coût de la crise des subprimes, il estime qu’il se situera autour de 1000 à 1500 milliards de dollars, soit bien plus que les 300 milliards de dollars d’aide mis sur la table par un plan du congrès américain. Il ajoute que la crise des subprimes n’est que le reflet d’une crise qui touche en réalité tous les types de crédit (étudiants, prêts aux entreprises, prêts servant à financer les LBO, prêts aux logements, prêts automobiles) qui ont le même défaut : celui d’avoir été mal ficelés, mal montés, mal garantis, mal évalués...Nous avons un système financier de type « subprime ». Selon lui, un tiers des banques régionales aux Etats-Unis ne survivront pas.

Ces milliards de dollars de perte iront s’ajouter à un déficit fédéral colossal déjà immense et il faudra bien quelqu’un pour financer tout ça : « Les plus grands financiers des Etats-Unis sont la Chine, la Russsie et les Etats du golfe. Ce sont nos rivaux, pas nos alliés ».

Les Etats-Unis sortiront certainement de la crise, prédit Roudini, « mais ils dépendront de la gentillesse des étrangers », ce qu’il voit comme un possible début « de la fin de l’empire américain ».

Au sujet des 2 dernières banques d’investissement encore indépendantes, Goldman Sachs et Morgan Stanley, il prédit la fin de leur business modèle, et les voit s’adosser à des banques de dépôts ou faire faillite, comme Merrill Lynch et Lehman Brothers...

Paul Monthe, Next Finance, le 18 septembre 2008
www.next-finance.fr

Mardi 23 Septembre 2008
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par partiot le 25/09/2008 13:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis financier ancien banquier et financier d'entreprise et je connais bien les méthodes et l'esprit américain.Depuis le 19 ème siècle , les USA ont monté un système juridico financier dans l'immobilier qui fait la part belle aux possibilités de surévaluation, non proportionné aux revenus ( au sens strict du terme) et ne correspondant pas a une création de richesse réelle par les acteurs économiques; c'est la porte ouverte a la spéculation.
Relire la crise de 29

Une extraordinaire aptitude a considérer comme acquis des flux de revenus futurs en niant les risques puis à considérer ces prévisions comme une réalité acquise sont la source de leur dynamisme et aussi leur talon d'Achille si tout ne se passe pas comme prévu.

Enfin , il faut mettre en cause les règles comptables, dont la mécanique perverse a un effet multiplicateur dévastateur sur des sociétés qui n'auraient pas du être considérés comme en faillite.Ensuite une mauvaise foi et une a moralité évidente des banques de l'immobilier d'avoir fait souscrire a des particuliers des crédits risqués pour eux ,sans produire à leur égard le devoir de conseil ceci confine à l'escroquerie en bande organisé par la sphère des financiers US Pur Jus !!!
Mais en France nous sommes allé aussi trop loin!!!!

Il est regrettable qu'en France on ne cherche pas a limiter la durée d'emprunt immobilier à des durées normales et à limiter les facultés de prêts a taux variable: ceci peut se réglementer.
De plus , a ce jour les USA ont quasiment imposé les lois SOX : de quel secours ont elle été ici : Néant.

Quelle hypocrisie que ces USA qui se drapent dans la plus grande des lois anti fraude et d'honnêteté évaluation:' fair value ) alors qu'ils détournent eux même sur le fond des choses les lois économiques qu'ils nous proclament.

Par expérience , dès qu'une loi US comptable est créée , beaucoup de personnes aux USA cherchent juridiquement et matériellement à la contourner.Enfin le souci de faire des montages de refinancement trop sophistiqués en terme financier , juridique avec des acteurs peu clairs.Dès que l'on sort des règles réalistes des banquiers classiques , on a des problèmes.

J'ai 12 ans de montages classiques et ceux ci s'ils sont bien bordés ne posent pas de problèmes.

2.Posté par spartel le 30/09/2009 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je sais, et l'on va répétant que NR aurait été le premier "annonceur" de la crise qui se préparait alors derrière l'amoncellement des bonus, des subprimes et autres fantaisies nées dans les esprits animaux de quelques banquiers et traders se prenant pour Merlin l'enchanteur.
A-t-il prévu la crise ?
NR était plus préoccupé par les fonds souverains que par la crise des subprimes ; mieux, il estimait vers août 2007 que la crise serait passagère et que le principal problème résiderait alors dans ces fonds souverains liés à l'accumulation de plus 5000 milliards de dollars de réserves de change par les économies émergentes.
J'aime bien NR, l'écouter et le lire ; mais cessons de le voir en gourou de l'économie et de la finance. C'est un excellent économiste, profond, avisé et sérieux en matière de rapprochement Politique-Economie. Sa force vient de l'étude de la crise asiatique des années fin90 et de son absence de crainte à s'exprimer alors que tout n'est pas modélisé.
Les économistes retiendront la leçon suivante : VOICE, VOICE, VOICE.

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News