Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Neuflize Private Assets réaffirme ses convictions


Pour le cinquième mois consécutif, les marchés actions accusent une baisse : le MSCI Europe et le S&P 500 perdent respectivement 4,61 % et 7,18 % ; la chute est encore plus prononcée sur les marchés émergents avec une baisse de 14,8 % de l’indice MSCI Emerging Markets. Simultanément l’indice de volatilité (VIX) a doublé depuis fin juin pour s’établir autour de 40 points. L’euro s’est nettement affaibli, perdant près de 7 % par rapport au dollar, et revenant à son niveau de fin 2010.




Cette situation traduit principalement deux éléments :
- la perte de confiance des investisseurs dans la capacité des responsables politiques et économiques à apporter des solutions à la crise,
- les craintes d’une récession économique en Europe et aux Etats-Unis, et d’un net ralentissement dans les pays émergents.

L’environnement actuel semble effectivement plus complexe qu’en 2008 : les politiques initiées alors (réduction des taux d’intérêt, relances budgétaires, injections massive de liquidités,..) n’ont pas permis une véritable relance des économies occidentales. Les marges de manœuvre sont en conséquence réduites. Seuls les pays émergents continuent d’afficher une solide croissance en 2011, même si les investisseurs commencent aussi à douter de la pérennité de leur croissance.

Face à ces perspectives, la stratégie de Neuflize Private Assets repose sur les convictions suivantes :
- L’amélioration de la situation économique en Europe comme aux Etats-Unis va prendre du temps. Il ne s’agit pas seulement de « renflouer » les banques. La fin du long cycle de prospérité basée sur l’endettement nécessite l’invention d’un nouveau modèle de croissance.
- Le ralentissement anticipé de la croissance des pays émergents nous semble piloté et non subi par les autorités politiques. A moyen terme, le poids de ces pays pourrait passer de 24 % en 2000 à près de la moitié du PIB mondial en 2014 !
- Contrairement aux Etats, les entreprises ont la faculté de s’adapter rapidement aux changements du paysage économique mondial. La plupart d’entre elles dispose d’une situation financière très saine qui les incite à investir là où il y a de la croissance.

Forts de ces convictions, nous maintenons nos investissements dans les secteurs qui nous paraissent les mieux positionnés dans cet environnement (l’énergie, l’agro-chimie, les matériaux de base, les valeurs industrielles et les mines d’or) et qui, malgré leur caractère cyclique, sont en mesure de profiter de la croissance du monde émergent.

En termes de sélection de valeurs, nous adoptons une approche opportuniste qui consiste à vendre les sociétés dont la valorisation ne nous semble pas receler de fort potentiel tout en renforçant, notamment en Europe, des positions dans les sociétés qui ont subi des corrections peu justifiées de leur cours de bourse. Aussi, nous avons maintenu des niveaux de couverture significatifs compte tenu de la faible visibilité et de la volatilité des marchés actions.

En septembre, les performances des fonds ont été décevantes, ce qui s’explique par la forte chute de nos secteurs surpondérés. Malgré cette correction récente, nous restons entièrement convaincus de la capacité de ces secteurs, sur le long terme, à générer de la surperformance.

Pour plus de détails sur nos OPCVM, vous pouvez accéder aux fiches mensuelles :
www.neuflizeprivateassets.com/asset_management/-f_9d93adcc9fe6d1d7/Toutes-les-fiches-mensuelles/Les-fiches-mensuelles-de-nos-fonds.htm

Neuflize Private Assets

Mardi 25 Octobre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs