Journal quotidien finance & innovation
Financial Year Financial Year

Journal quotidien Finyear : finance & innovation all the year

 
 
 
              



Ne confondons pas Brexit et Frexit


Comme nous l'avions annoncé avant même le vote en faveur du Brexit, ce dernier n'a, pour l'instant, pas produit d'effets négatifs sur l'économie britannique. Bien au contraire, celle-ci se porte comme un charme, continuant d'afficher une croissance soutenue et un chômage de plein-emploi.



Marc Touati
Marc Touati
Cette réussite pourrait amener certains à en déduire qu'à l'image du Brexit, le Frexit n'aurait pas de conséquences vraiment dramatiques pour l'économie française. Cette déduction est évidemment hâtive et surtout erronée. Et ce, pour au moins trois principales raisons. Premièrement, avec le Brexit, le Royaume-Uni a certes quitté l'Union européenne, mais n'a pas changé pas de devise. A l'inverse, un Frexit se traduirait par le remplacement de l'euro par le franc. Et lorsqu'on se souvient que lors du passage du franc à l'euro, il a fallu plus de trois ans pour adapter les systèmes informatiques et la comptabilité des banques et des entreprises au sens large, on imagine le capharnaüm qui suivrait le mouvement inverse. Sans parler de la valse des étiquettes et des confusions en tous genres.

Deuxièmement, en dépit du Brexit, le marché obligataire du Royaume-Uni est et restera crédible. Depuis septembre dernier, le taux à dix ans des obligations de l'Etat britannique est passé de 0,7 % à 1,2 %, soit une augmentation de seulement 50 points de base. Sur la même période, le taux de l'OAT 10 ans a augmenté de 0,1 % à 1,1 %, soit une tension double de celle observée outre-Manche. Dès lors, en cas de Frexit, la France ne pouvant plus compter sur la protection de la zone euro et de la BCE, le taux de l'OAT 10 ans montera rapidement vers les 10 %. N'oublions pas que lorsque la Grèce était sur le point de quitter l'UEM, le taux à dix ans des obligations de l'Etat grec est monté à 40 % !

A côté de ces aspects certes techniques mais non-négligeables, la troisième grande différence entre un Brexit et un Frexit réside dans le décalage, pour ne pas dire le fossé, qui existe entre les structures économiques solides du Royaume-Uni et celles particulièrement fragiles de la France.

Quelques chiffres seront bien plus explicites que de longs discours. Ainsi, du premier trimestre 2000 au quatrième trimestre 2016, le PIB réel a augmenté de 34 % au Royaume-Uni, contre 21,4 % en France et 20,5 % dans la zone euro. Les écarts de variation du PIB par habitant à prix constants depuis 1980 sont encore plus conséquents : + 93 % outre-Manche, contre + 55,7 % en France et + 69,4 % dans la zone euro.

Encore plus douloureux pour nous Français : l'évolution du classement mondial du PIB par habitant en dollars courants depuis 1995. A l'époque, la France était 12ème et le Royaume-Uni 18ème. Aujourd'hui, la France est tombée à la 22ème place, tandis que le Royaume-Uni est monté à la 14ème. Cherchez l'erreur…

Mais malheureusement, il y a pire. En l'occurrence l'évolution du chômage. Ainsi, en données harmonisées par Eurostat, le taux de chômage britannique est actuellement de 4,7 %. Il a même reculé de 0,3 point depuis le vote en faveur du Brexit. Bien loin de cette performance, le taux de chômage français atteint actuellement 10 %.

Cet écart est encore plus dramatique sur le front du chômage des jeunes. Ainsi, le taux de chômage des moins de 25 ans est actuellement de 12 % au Royaume-Uni, contre près de 24 % dans l'Hexagone (et 20 % dans la zone euro). Or, au plus fort de la dernière crise, il faut savoir que le taux de chômage des Britanniques de moins de 25 ans était quasiment identique à ceux de leurs homologues français et eurolandais. En septembre 2011, il est même passé au-dessus, à précisément 22,3 % contre 21,4 % dans la zone euro et 21,9 % en France.

En 2016, en dépit des aides pléthoriques et des nombreux « emplois » aidés, le chômage des moins de 25 ans a continué de progresser dans l'Hexagone. A l'inverse, avec beaucoup moins d'aides mais beaucoup plus de croissance et de flexibilité du marché du travail, le taux de chômage des jeunes britanniques a perdu plus de 10 points en six ans. De quoi rappeler que l'augmentation des dépenses publiques n'est absolument pas la solution pour réduire durablement le chômage.

D'ailleurs, depuis le début des années 1990, le Royaume-Uni a réussi à stabiliser le poids de ses dépenses publiques autour de 40 % de son PIB. Ce qui lui a permis de réduire la pression fiscale et de soutenir sa croissance structurelle. Cette dernière est ainsi passée d'environ 1,2 % au début des années 1990 à 2,5 % actuellement.

Bien loin de cette stratégie efficace, la France n'a cessé d'augmenter le poids des dépenses publiques dans son PIB : 49,6 % en 1990, 54,2 % en 1995 et 57,1 % aujourd'hui. Cela s'est accompagné d'une augmentation maladive de la pression fiscale et a engendré in fine un affaiblissement de sa croissance structurelle, qui est tombée de 2 % en 1995 à environ 0,8 % aujourd'hui.

Grâce à une croissance structurelle vigoureuse (environ 2,5 %), aux effets bénéfiques de la dépréciation de la livre sterling, qui reste néanmoins une devise internationale respectée (ce qui serait loin d'être le cas pour le franc français) et à un « policy mix » (c'est-à-dire les politiques budgétaire et monétaire) efficace, l'économie britannique a et devrait continuer de bien résister face au Brexit.

Bien loin de cette résilience, si la France devait sortir de la zone euro, elle pâtirait de six handicaps majeurs : une croissance structurelle moribonde (environ 0,8 %), des coûts organisationnels pléthoriques pour remplacer l'euro par le franc, un dérapage des comptes publics, une « planche à billets » de la Banque de France inefficace et créatrice d'hyper-inflation, un krach obligataire dramatique pour l'Etat, les entreprises et les ménages, sans oublier une crise politique sans précédent. Et donc, in fine, une récession durable, un chômage en augmentation et un délitement de la société française. Nous sommes prévenus.

Marc Touati
Economiste.
Président du cabinet ACDEFI (premier cabinet de conseil économique et financier indépendant).

www.acdefi.com


Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain Daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Lundi 20 Mars 2017
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Actus Nasdaq