Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Morning Briefing by Finyear Coffee - March 7, 2014


Quotidien du Financier. Marchés, cotations, indices et taux - Tableau de bord financier - Mises à jour quotidiennes. Morning Briefing by Finyear Coffee.




Commentaires du jour

Morning Briefing by Finyear Coffee - March 7, 2014
10:00 AM

Le rapport sur l'emploi américain devrait animer la fin de semaine

Marchés Actions : Sur les marchés actions, les principaux indices mondiaux ont évolué au gré des publications macroéconomiques et des réunions des banques centrales ce jeudi. En effet, la séance fut riche en nouveaux catalyseurs aussi bien sur le sol américain qu’européen : nous retiendrons notamment le recul des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis à 323 000 nouvelles demandes, qui a rassuré les investisseurs au lendemain d’une enquête ADP décevante. Sur le Vieux Continent, le taux de chômage a reculé à 9,8% au quatrième trimestre en France et les commandes industrielles ont progressé de 1,2% en Allemagne. La tendance en Europe était toutefois plus positive qu’aux Etats-Unis, les chiffres de l’emploi n’ayant pas réussi à rattraper le repli des gains de productivité et des commandes industrielles américaines. Ces annonces ont accompagné la conférence de presse de Mario Draghi : ce dernier contre toute attente a opté une nouvelle fois pour le statu quo en continuant d’affirmer sa volonté de mener une politique monétaire hautement accommodante. Alors que les investisseurs s’attendaient à des premières mesures en vue des derniers résultats économiques en zone euro, la BCE a finalement décidé de maintenir son taux directeur à 0,25%, tout comme la Banque d’Angleterre qui maintient le sien sur les 0,50%. La Banque centrale européenne a tout de même rehaussé ses prévisions de croissance du PIB à 1,2% tout en abaissant celle de l’inflation à 1%, confirmant ainsi la reprise économique en Europe. Ces rendez-vous ont brièvement éclipsé la situation ukrainienne, même si les investisseurs gardent encore à l’esprit les dernières tensions entre la Russie et les Etats-Unis. Les dernières nouvelles restent d’ailleurs inquiétantes avec le vote du rattachement de la Crimée à la Russie, une mesure qui n’est pas au goût des dirigeants de l’UE réunis en sommet à Bruxelles. Dans ce contexte, le Dow Jones américain a tout de même réussi à terminer en hausse de 0,38% à 16 421,89 points. Le S&P500 a progressé de 0,17% affichant ainsi une nouvelle clôture record à 1 877,04 points. Seul le Nasdaq a fini en territoire négatif en cédant 0,13% sur les 4 352,13 points, victime d’un mouvement de vente dans des volumes inférieurs à la normale. En Europe, le CAC 40 continue d’évoluer sur son plus haut depuis 2008 et termine la dernière séance en hausse de 0,59% sur les 4 417,04 points. Le FTSE de Londres a également gagné 0,19% à 6 788,49 points. Le Dax allemand est quant à lui resté stable sur les 9 542,87 points en légère hausse de 0,01%.

En Asie, la faiblesse du yen et les effets d’annonce en provenance des Etats-Unis et de la zone euro, ont permis à la Bourse de Tokyo de finir une nouvelle fois dans le vert. En effet, le statu quo de la Banque centrale européenne a considérablement renforcé l’euro par rapport à la devise nippone, amenant ainsi le Nikkei 225 sur un nouveau plus haut depuis janvier dernier à 15 274,07 points, en hausse de 0,92%. Le Topix, plus large, a également avancé de 0,70% pour venir s’établir sur les 1 263,97 points.

Ce vendredi, tous les regards sont tournés vers le sol américain où les investisseurs attendent avec impatience la publication du rapport mensuel de l’emploi. Les économistes s’accordent pour le moment sur 149 000 nouvelles créations de poste en février, notamment suite au mauvais chiffre de 113 000 en janvier. Dans cette attente, la prudence est de mise sur l’ensemble des places financières, toujours sur fond de tensions en Ukraine. Nous attendons ainsi les marchés américains et européens à l’équilibre à l’ouverture, voire en légère baisse. Les investisseurs pourront également suivre les balances commerciales aux Etats-Unis et en France, ainsi que la production industrielle en Allemagne.

Forex : Sur le marché des devises, la monnaie unique européenne, portée par le maintien de la politique monétaire par la BCE et des propos encourageants du président Mario Draghi, a touché son plus haut niveau de l’année face au dollar hier.

Alors que les opérateurs restaient prudents en ce début de semaine, en raison notamment de la situation géopolitique en Ukraine, les investisseurs se sont positionnés à l’achat sur la paire phare du marché des changes. L’euro a été porté par la progression plus forte qu’attendu des commandes à l’industrie allemande pour le mois de janvier, puis le mouvement haussier s’est accentué par l’annonce du maintien du taux directeur de la BCE à 0,25%, permettant à l’euro d’atteindre un plus haut annuel à 1,3873. Les propos de Mario Draghi ont également permis à l’euro de reprendre des couleurs, car celui-ci s’est montré plutôt optimiste sur la croissance en zone euro. En effet, selon les nouvelles prévisions, le produit intérieur brut de la zone euro devrait croître de 1,2% cette année contre une précédente estimation de 1,1%.

Même si certains investisseurs s’attendaient à ce que la Banque centrale européenne mette en place de nouvelles actions monétaires, le statu quo de l’institution a permis à l’euro de garder son aspect attrayant et rémunérateur auprès des opérateurs, évitant ainsi une nouvelle dilution de la monnaie. Le président a par ailleurs réitéré que le taux de change de la monnaie unique n’était pas un objectif de politique monétaire au sein de la BCE. Par conséquent, l’institution n’a pas à mettre en place de mesure dont le but est d’affaiblir l’euro.

Dans ce contexte, l’euro face au dollar a gagné près de 140 pips au cours de la séance de la veille. La monnaie unique s’est hissée jeudi à son niveau le plus haut de l’année, à 1,3873, et se stabilisait ce matin aux encablures de 1,3863 dollar pour un euro. Aujourd’hui les opérateurs se focaliseront sur le rapport officiel de l’emploi américain. Le recul des nouvelles inscriptions au chômage, annoncé hier, laisse présager un léger regain de l’emploi aux Etats-Unis. De bons chiffres de l’emploi devraient apporter de la volatilité, car la Fed fait d’une amélioration du marché du travail la condition d’un éventuel resserrement monétaire.

Quant aux autres paires de devises, l’euro et le dollar poursuivent leur progression face au yen, s’adjugeant respectivement à 142,85 yens pour un euro et 103,07 yens pour un dollar. Le dossier ukrainien continue de pousser les opérateurs à se diriger vers des actifs moins risqués.

De son côté, la livre britannique baissait face à l'euro, à 82,84 pence pour un euro, et face au dollar à 1,6729 dollar pour une livre. La devise helvétique quant à elle montait face à l'euro à 1,2183 franc suisse pour un euro et face au dollar à 0,8790 franc suisse pour un dollar.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent évoluent dans le vert ce matin. Le brut de référence américain progresse de 0,30% à 101,86$, tout comme le Brent qui grappille 0,27% à 108,39$. Le WTI rebondit après la plus forte perte en près de deux mois et trois jours consécutifs dans le rouge suite au rapport publié par le gouvernement américain qui a montré que les stocks de brut et de produits distillés ont augmenté la semaine dernière. Le renforcement de l’euro contre le dollar a également entrainé les prix vers le haut. Suite à la déclaration du président Barack Obama qui a indiqué que les Etats-Unis et ses alliés allaient continuer de mettre la pression sur la Russie pour que cette dernière fasse marche arrière en Ukraine. Il a également précisé que des sanctions financières pourraient être prises. Rappelons que la Russie a produit 9,9 millions de barils par jour dont environ 5 millions sont exportés en 2012. Les demandes d’allocations chômage ont diminué de 26 000 la semaine dernière, ce qui tire également les prix du WTI vers le haut. Selon l’Energy Information Administration, les Etats-Unis devraient utiliser près de 18,9 millions de barils par jour en 2014.

Du côté des métaux précieux, on évolue en ordre dispersé ce matin. Le métal jaune ouvre proche de la neutralité en cédant 0,01% à 1 350,63$ tandis que l’argent progresse de 0,25% à 21,53$. L’or s’échange proche de son niveau le plus haut en plus de quatre mois et se dirige pour le moment vers une cinquième semaine consécutive dans le vert avant les chiffres de l’emploi cette après-midi. Le métal jaune profite d’une situation tendue notamment en Ukraine mais également de signes de « fatigue » de la reprise économique américaine impactée en partie par le froid et les tempêtes de neige qui touche le pays depuis le début de l’année. Le palladium se négocie à son niveau le plus élevé depuis le 1 Avril dernier alors que l’approvisionnement pourrait être perturbé. En effet les deux plus gros exportateurs mondiaux sont la Russie et l’Afrique du Sud.

Saxo banque



Commentaire UBP / BCE : un chemin encore long vers les 2%

La magie des 2% revient et a gagné les prévisions de la Banque Centrale Européenne(BCE) pour 2016. Si tout va bien, la BCE espère que la croissance atteindra 1.8% en 2016 en zone euro et que l’inflation sera autour de 1.5%, et même 1.7% au dernier trimestre 2016.

Il n’y a donc pas d’urgence, selon la BCE, à changer une stratégie donnée comme gagnante. Les marchés financiers comme les économistes devront donc encore patienter pour voir une action concrète, malgré les nombreuses promesses de Mr. Draghi.

Il est vrai que la reprise se met en place très progressivement et que la direction semble positive. Mais un petit coup de pouce au crédit aurait été tout à fait justifié, de façon à être sûr que la trajectoire de reprise, surtout dans les économies périphériques, est bien établie. L’investissement des entreprises et la consommation des ménages aurait ainsi certainement pu repartir encore plus vite et le cycle européen se rapprocher du cycle américain.

Le risque pour la zone euro est que sa lente reprise et son niveau très bas d’inflation ne lui laisse que peu de marge si elle devait faire face à des chocs extérieurs. L’appréciation de l’euro semble d’ailleurs le facteur le plus préoccupant en ce moment et pourrait être la cause d’une baisse de l’inflation ces prochains mois – qui pourrait même s’approcher de 0% si la tendance se poursuit. Mais Mr. Draghi l’a rappelé, le taux de change n’est pas une variable de politique monétaire pour la BCE et il faut donc prier pour que les perspectives de reprise européenne n’attirent pas trop les capitaux des autres zones. Mais n’y a-t-il pas là un paradoxe dont il faudrait sortir d’une façon ou d’une autre?

"Si la BCE n'a pas pris de disposition pour l'injection de liquidités aujourd'hui, cela se fera dans les mois à venir au travers de la fin de la stérilisation du programme SMP. Ces injections devraient modifier la dynamique sur le marché des changes et favoriser une baisse de l'euro", souligne Patrice Gautry, Chef Economiste d'Union Bancaire Privée.

Patrice Gautry, Chef Economiste d'Union Bancaire Privée
6 mars 2014


Point marchés monétaires - Quilvest Gestion

Suite à la traditionnelle conférence de presse mensuelle de la BCE, veuillez trouver en pièce jointe ci-dessous le tout dernier Point Marché Monétaire proposé par l’équipe Taux de Quilvest Gestion.

Point Marché Monétaire mars 2014 (PDF 2 pages)

point_marches_monetaires_mars_2014.pdf Point marchés monétaires mars 2014.pdf  (279.4 Ko)


Chiffres du jour

Avis de parution d'un Stat Info - Crédits aux sociétés non financières -Janvier 2014

La Banque de France vous informe de la parution du stat info Crédits aux sociétés non financières - Janvier 2014

Légère progression du crédit aux sociétés non financières
La progression des crédits aux sociétés non financières s'établit à +0,6 %, après + 0,2 % en décembre.
La croissance des crédits à l'investissement se renforce légèrement (+2,3%, après +2,0%) tandis que le repli des crédits de trésorerie se modère (-3,4%, après -4,9%).
Le taux d'intérêt moyen des crédits nouveaux est en hausse pour les montants unitaires inférieurs à 1 million d'euros (2,92 %, après 2,87 % en décembre), en baisse pour les montants supérieurs (1,98 %, après 2,08 %).
La production de crédits nouveaux (cvs) est quasi inchangée pour les montants ne dépassant pas 1 million d'euros (5,5 milliards d'euros, après 5,6 milliards en décembre) mais diminue pour les montants supérieurs (9,1 milliards d'euros, après 10,6 milliards en décembre).

Consulter ce Stat Info :
www.banque-france.fr/economie-et-statistiques/stats-info/detail/credits-aux-societes-non-financieres.html

Banque de France

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur

Vendredi 7 Mars 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs