Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Morning Briefing by Finyear Coffee - March 4, 2014


Marchés, cotations, indices et taux - Tableau de bord financier - Mises à jour quotidiennes. / Markets, quotations, indices and rates - Financial Dashboard - Daily updates. / Morning Briefing by Finyear Coffee.




Commentaires du jour

Morning Briefing by Finyear Coffee - March 4, 2014
Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading higher this morning managing to stage an early rebound after yesterday’s extensive losses. While the crisis between the Ukraine and Russia is far from being resolved traders are relieved that tensions haven’t increased overnight.
After Russia having flexed its muscles yesterday by displaying their military superiority, the news that Putin having suspended maneuvers close the Ukrainian border has been interpreted as a sign that the Russian President might be on a less confrontational course for now and instead might be ready to sit down and at least hold talks.
The economic and corporate data calendar is on the light side today, which doesn’t matter much anyway at this stage as the situation in Ukraine is expected to continue to dominate market action for the foreseeable future. Overall markets remain very fragile and it needs to be seen if stocks can indeed hold on to their gains as the day progresses.
It certainly wouldn’t take much to spook investors again, any intensifying of the conflict especially if this would bring us closer to an armed conflict between the two parties would hit stocks hard at least in the short-term.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black

www.peregrineblack.com


European Markets Rebound After Yesterday’s Steep Losses - ETX Capital Comment

Growing tensions in Ukraine rattled global markets Monday leading to steep falls in European and US markets in the previous session. Asian markets bucked the trend somewhat overnight, edging higher on regional data though Ukraine woes hampered moves to the upside. Regular pay in Japan increased under ‘Abenomics’, kicking up the Nikkei225 index while Australia’s current account deficit narrowed in Q4 and exports rose.

Asian share markets further stabilised amid reports early Tuesday that Russian President Putin has ordered troops to return to their bases after what Russia called an exercise – although this was the official line Russia went with, global markets have been anxious that the mobilisation of Russian troops could mean something more serious. Putin is set to speak shortly – his speech will be carefully dissected by the world. On Monday, market participants dumped risky assets in favour of traditional safe-havens on the prospects of a ‘new cold’ war, leading to deep falls for the Russian stock market and the Rouble currency.

This morning however, Russian stocks are rallying while the Rouble is on the rebound on news of Russian troops being sent back to their bases; a sign that military action is not imminent although cannot be ruled out between Russian and Ukrainian forces. This has led to risk appetite in Europe to improve too, further helped by a firmer an Asian session although market sentiment remains fragile and anxious at best with traders transfixed with developments in the Ukraine.

The question of economic collapse for Ukraine continues to weigh on sentiment as the country is now in desperate need for funding to service debts – at the moment, the IMF is in Keiv, negotiating a deal but this will undoubtedly have harsh conditions which are likely to devalue the tightly controlled Hryvnia currency. Looking ahead, other than Ukraine still being the major market focus, attention falls on Europe for PPI data and PMI construction data out of the UK.

Ishaq Siddiqi
Market Strategist
ETX Capital

www.etxcapital.com

Les marchés boursiers manquent actuellement de catalyseurs haussiers

Faute de convictions, les marchés actions poursuivent leur mouvement de consolidation. En Europe, les principaux indices ont calé depuis trois séances, un ralentissement prévisible après des prises de bénéfices (flirtant avec les 4 420 points, l’indice parisien s’est traité lundi dernier à des niveaux inédits depuis août 2008). Mais la perspective de plus-values par ces arbitrages ne suffit pas à expliquer le coup de frein des actions. Le regain d’incertitudes quant à la stabilisation de la situation politique en Ukraine et à l’orientation des indicateurs macroéconomiques américains pèse sur les places boursières et incitent les intervenants de marché à protéger leur portefeuille.

L’épisode ukrainien soutient la volatilité des marchés

En Europe de l’Est, les derniers évènements politiques suscitent un net regain de volatilité sur les actions. Avec la tentative de prise armée du Parlement de la République autonome de Crimée, par des groupes pro-russes, on observe un durcissement du dialogue entre la Russie et le Président provisoire ukrainien, Olexandre Tourtchinov. Malgré la perspective d’une sortie de crise par la constitution d’un gouvernement d’unité nationale, les incertitudes politiques et leurs conséquences géopolitiques sont de nature à déstabiliser, par contagion, la situation économique et les marchés boursiers d’autres pays émergents de la région.

Etats-Unis : Janet Yellen attend davantage de signaux de la part de l’ensemble des composantes économiques

Sur le plan macroéconomique, les derniers chiffres sur l’emploi américain sont ressortis en dégradation, avec une hausse inattendue des inscriptions hebdomadaires au chômage au cours de la semaine du 22 février (14 000 inscriptions supplémentaires, à 348 000). Cette publication mitigée fait suite à celle, quelques jours plus tôt, d’un indice PMI markit manufacturier en baisse. A 52,7, l’indice a perdu quatre points sur une semaine, un reflux accordé par les observateurs aux mauvaises conditions climatiques aux Etats-Unis.

Le ralentissement récent de l’expansion des indicateurs conjoncturels américains a été appréhendé avec précaution par Janet Yellen, la patronne de la Réserve Fédérale américaine, dont le discours au Sénat U.S. était hier attentivement suivi par les investisseurs boursiers. La responsable de la FED a notamment indiqué qu’il était difficile d’évaluer l’impact véritable des conditions climatiques sur la moins bonne orientation des indicateurs. Janet Yellen a surtout apporté quelques indications de premier plan sur le tapering de la Réserve Fédérale, insistant sur le fait que le seul objectif d’un taux de chômage plus faible ne pouvait constituer à lui seul un indicateur suffisant pour évaluer la bonne santé économique des Etats-Unis. Autrement dit, il faudra davantage de signaux de la part de l’ensemble des composantes de l’économie pour que la FED passe d’une réduction progressive de son programme d’achats d’actifs à une hausse de ses taux directeurs.

Sentiment « vendeur » sur les principaux indices actions

Le coup de frein des marchés se traduit assez logiquement par une orientation majoritairement vendeuse sur les différents indices actions. Selon le « Sentiment Clients », baromètre du sentiment des clients de CMC Markets (plus de 45.000 dans le monde) et établi quotidiennement à partir de leurs positions réelles, les flux sont significativement vendeurs sur les indices Cac 40 (vendeurs à 78%) et Dow Jones (à 63%). Ce dernier fait d’ailleurs l’objet d’un net changement de tendance, puisque le sentiment était globalement acheteur la semaine dernière (à 55%).

A contrario, le sentiment redevient optimiste sur le Dax allemand (courant acheteur à 51%), tandis que le Japan 225 suscite toujours autant d’appétit chez les investisseurs (acheteurs à plus de 75%).

Concernant les autres classes d’actifs, les investisseurs demeurent optimistes sur l’or (à l’achat à 66%), dont l’attrait est dopé par le regain de volatilité des marchés boursiers en ce début d’année, mais aussi sur le pétrole Brent pour lequel on observe un repositionnement à l’achat spectaculaire (à 65%, contre des positions vendeuses à 60% la semaine dernière). Ce mouvement favorable au baril d’or noir originaire de Mer du Nord fait figure d’ajustement, après la correction probablement excessive des cours ces derniers jours (-1,4% depuis le 19 février pour le Brent, -0,92% pour le WTI, en raison notamment d’anticipations baissières sur la demande énergétique en fioul de chauffage aux Etats-Unis).

Enfin, les devises sont toujours très jouées dans un environnement où les différentes banques centrales restent résolument actives. Le renchérissement programmé du dollar, orchestré par la FED et le resserrement progressif de ses conditions monétaires, reste le scénario privilégié par les cambistes. Cette perspective justifie aujourd’hui des positions exclusivement vendeuses sur les paires EUR/USD (à 85%) et GBP/USD (à 83%).

Par J. Danan, Head of Sales Trading de CMC Markets France
Le Commentaire de CMC Markets France
28 février 2014

Ce commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers.

A propos de CMC Markets : Fondé en 1989 par Peter Cruddas, CMC Markets est l’un des principaux courtiers en CFD dans le monde. A l’origine spécialisé sur le marché des devises (Forex), CMC Markets s’est rapidement positionné sur les CFD (Contract for Difference), avant de lancer en 1996 la première plate-forme globale de trading en temps réel sur le Forex. Présent en France depuis fin 2010, CMC Markets est agréé par la FCA au Royaume-Uni (Financial Conduct Authority) et enregistré auprès de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution en France.

Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers à effet de levier comportant un risque de perte supérieure au capital investi. Ces produits présentent un caractère hautement spéculatif. Ils sont destinés à des investisseurs avisés pouvant surveiller leurs positions de façon continue et ayant les moyens financiers de supporter un risque de perte en capital. Les CFD sont liés à des actifs sous-jacents extrêmement variés. Les CFD présentent des risques spécifiques qui peuvent varier grandement d’un produit à l’autre, par exemple s’agissant de la rapidité des variations des cours ou en matière de liquidité.

Chiffres du jour

Janvier 2014 : Le taux de chômage à 12,0% dans la zone euro

À 10,8% dans l’UE28.

Dans la zone euro (ZE18), le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s’est établi à 12,0% en janvier 2014, stable depuis octobre 20134.
Il se situait également à 12,0% en janvier 2013.
Dans l’UE28, le taux de chômage s’est établi à 10,8% en janvier 2014, stable depuis octobre 2013. Il se situait à 11,0% en janvier 2013. Ces chiffres sont publiés par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

EUROSTAT
ec.europa.eu/eurostat

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur

Mardi 4 Mars 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs