Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Morning Briefing by Finyear Coffee - 27 mars 2014


Commentaires marchés, actions, forex, matières premières, deals, chiffres éco. Tableau de bord financier : cotations, indices et taux. Plusieurs mises à jour quotidiennes by Finyear Coffee.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

09:30

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading moderately lower this morning following US markets which ended yesterday’s session on a fairly weak note after US President Obama seemed to intensify his calls for additional harsher sanctions against Russia in case of a further escalation and further land grab by Russia.
Although there haven’t been any new major developments in recent days this clear shows that markets still are very vulnerable and sensitive to any potential further escalation of the crisis surrounding the Ukraine.
A bit of the drag on markets are also the second set of US Bank stress test results which didn’t turn out quite as positive as the first ones a week ago with Citigroup and four others failing. Furthermore Fitch has downgraded the outlook of 18 EU commercial banks to negative.
Overall sentiment for stocks remains neutral for now, while the situation surrounding Ukraine still has potential to push European stocks lower traders are starting to increasingly focus on economic and corporate data.
There is a bit of economic data out today, in Europe focus will be on UK retail sales which are expected to rebound after last month’s decline and in the US pending home sales and weekly jobless claims will take centre stage.
Strong data is likely to help markets higher not only will it help to shift the focus off the Ukraine but also it will cement the notion that the global economy is indeed accelerating. No doubt US markets have seen a few substantial sell-offs over the past few days with the most recent one having been blamed on the ongoing crisis in the Ukraine and US President’s hard-line speech against Russian.
However in light that US markets have outperformed their European counterpart to a huge degree in the past few weeks and still remain very close to new all-time highs recent market action in the US is probably less likely caused by political events than by general profit-taking.
For many US markets have simply moved up too much and too quickly in the short term with traders consequently seeing better value in European stocks especially as the situation in the Ukraine seems to at least stabilise and has stopped to further escalate during the past few days.

Thank you.
Kind regards,

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

----------------------------

09:00

Ouverture en baisse dans un marché qui s’inquiète des valeurs technologiques

Marchés Actions : Wall Street a fini en territoire négatif hier dans une séance particulièrement volatile, notamment après les inquiétudes sur le marché des valeurs technologiques. La mauvaise introduction en bourse de King Digital, dont le titre a perdu 15,56% à 19 dollars pour son premier jour de cotation, a contribué à peser sur le moral des investisseurs. Facebook a également perdu 6,94% après avoir annoncé mardi soir l’acquisition pour deux milliards de dollars d’un concepteur de casques de réalité virtuelle. A la clôture, l’indice Dow Jones a cédé 0,6% à 16.268,99. Au final, le S&P 500 a perdu 0,7% à 1.852,56 points et le Nasdaq Composite a reculé de 1,43% à 4.173,58 points. Plus tard dans la nuit le président américain Barack Obama a déclaré mercredi que l'Union européenne et les États-Unis travaillent sur des sanctions plus sévères à l’encontre de la Russie, ce qui pourrait aggraver encore les tensions dans la région.

Ce matin, les principaux marchés boursiers européens sont susceptibles d'ouvrir en baisse dans un contexte de tensions géopolitiques grandissantes. Le future FTSE se situe en territoire négatif d’une quarantaine de points à 6563, et le Cac en baisse de 20 points à 4365 points. De son côté, le Fonds monétaire international devrait annoncer un plan de sauvetage 15 milliards de dollars pour l'Ukraine aujourd’hui. Plus tôt dans la nuit, en Asie, les marchés ont été partagés cette nuit après les propos du président Obama. Autre signe inquiétant, l'indice de Shanghai a chuté au milieu des craintes du resserrement des conditions de liquidité en Chine.

Forex : La parité EUR/USD recule ce matin encore d’environ 0.10% et cote aux alentours des 1.3772$ contre 1.3777$ au plus bas sur la journée d’hier. La parité pourrait revenir sur les 1.3750$ d’ici la fin de semaine si la tendance baissière se précise, d’autant plus que les investisseurs s’attendent à de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire de la Banque centrale européenne ; mesures qui rendrait la monnaie unique européenne moins attractive pour les cambistes, ce qui renforcerait à terme le billet vert. Nous attendrons sur la journée d’aujourd’hui d’importantes statistiques macroéconomiques de l’autre côté de l’Atlantique, susceptibles de renforcer la vigueur du cours du dollar américain : le PIB trimestriel aux Etats-Unis qui est attendu en hausse de 3 points de base à 2.7% contre 2.4% précédemment, ainsi que le chiffre mensuel des ventes de logement en attente, prévu en hausse à 0.3% contre 0.1%.

La parité EUR/GBP se rapproche rapidement du seuil des 0.83 livre sterling : elle cède 0.08% depuis l’ouverture ce matin et cote aux alentours des 0.8308 GBP, atteignant un plus bas à 0.8305 GBP. De plus, sur la journée d’hier, la parité recule de 0.59%, passant d’un plus haut à 0.8364 GBP à un plus bas à 0.8311 GBP. Les cambistes attendront aujourd’hui la publication mensuelle des ventes au détail en Grande Bretagne, attendues en hausse à 0.3% contre -1.5% le mois dernier. Si cette statistique s’avère bonne, le cours de l’EUR/GBP pourrait facilement franchir le seuil des 0.83 GBP.

Les principales paires en yens évoluent de manière mitigée ce matin dans le sillage des bourses asiatiques qui ouvrent en baisse. En effet, le yen regagne du terrain ; cependant, la parité USD/JPY progresse légèrement de 0.06% à 102.10 yens; par ailleurs, la parité EUR/JPY recule à hauteur de 0.05% à 140.63 yens et la tendance baissière pourrait s’accentuer prochainement.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les cours du baril de pétrole restent stables dans l’attente de plus d’informations sur la situation Ukrainienne. Les derniers indicateurs en provenance des Etats-Unis sont pourtant favorables à l’image des commandes américaines de biens durables qui ont enregistré une forte hausse de 2,2% sur le mois de prévu de février alors que les économistes tablaient sur une hausse de seulement 1,0%. En outre, le secteur privé américain affiche une croissance en hausse pour le mois de mars avec un indice des directeurs d’achats (PMI) qui est ressorti à 55,8 contre 54,1 le mois précédent. Des chiffres qui confirment le dynamisme de l’économie américaine et qui tendent à renforcer la confiance des investisseurs. Néanmoins, la question ukrainienne alimente un climat d’incertitude sur les marchés. Aujourd’hui, on suivra de près les inscriptions hebdomadaires au chômage outre-Atlantique ainsi que les promesses de vente dans l’immobilier pour le mois de février. Le Brent de la Mer du Nord se négocie proche de la barre des 107 dollars et le WTI s’affiche de son côté au-dessus des 100 dollars, à 100,26 dollars le baril.

Les cours des métaux précieux ont pour leur part souffert des bons chiffres américains. L’once d’or se négocie pour 1 303,16 dollars et l’once d’argent repasse sous la barre des 20 dollars pour se traiter autour des 19,75 dollars.

L'équipe Saxo Banque
www.saxobanque.fr

ALERTE PRESSE du 26 mars 18H00

« Malgré les nouvelles intentions affichées, il est peu probable que la Banque Centrale franchisse le pas d’un ‘quantitative easing’ »

Les récents propos de Jens Weidmann, membre du conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne (BCE) et président de la Bundesbank, ont surpris les marchés. Pourtant fervent défenseur de l’orthodoxie monétaire, Jens Weidmann a déclaré qu’il s’attendait à ce que la BCE engage désormais des mesures d’assouplissement quantitatif, à l’image du « quantitative easing » mené par la Réserve Fédérale américaine ces dernières années.

Pour Thibault Prébay, Directeur de la Gestion Taux chez Quilvest Gestion « jusqu’ici, la Banque Centrale est restée très consensuelle vis-à-vis des desiderata des dirigeants allemands, qui restaient très hostiles à toute forme d’expansionnisme monétaire non-conventionnel. Aujourd’hui, compte tenu du risque déflationniste sérieux auquel est exposée la zone euro, mais aussi du niveau très élevé de la monnaie unique, le discours est en train d’évoluer ».

Toutefois, Thibault Prébay estime que le changement de ton des gouverneurs de la BCE a peu de chances de se transformer en actes. « Cela n’aura pas d’impact immédiat sur les marchés et sur l’économie réelle. Même si les marchés financiers restent attentifs aux annonces de la BCE, on s’aperçoit que les décisions de la Banque Centrale ont toujours été trop timides pour pouvoir produire un véritable déclic. Malgré les nouvelles intentions affichées, il est peu probable que la Banque Centrale franchisse immédiatement le pas d’un quantitative easing ‘à l’américaine’. Dans le meilleur des cas, la BCE va très probablement abaisser son taux directeur de 10 à 15 points de base ».

Enfin, selon Thibault Prébay, « en zone euro, nous sommes dans une situation où les liquidités à faible coût sont volumineuses, mais trop peu redéployées dans l’économie. Cela contribue à expliquer les difficultés rencontrées par l’économie européenne dans son redémarrage. Le facteur devise joue aussi un rôle important. L’amplitude d’action de la BCE étant bien moindre que celle de la FED, la parité EUR/USD est essentiellement influencée par la politique monétaire américaine. Très peu par la politique monétaire européenne. Oscillant entre 1,36 et 1,39 dollars depuis le début de l’année, le niveau de la monnaie unique est handicapant. Il altère la compétitivité à l’international des entreprises européennes, un effet devise négatif qui pourrait se manifester dans les résultats du premier trimestre ».

Quilvest Gestion :
Quilvest Gestion est la société de gestion de Quilvest Wealth Management, Groupe Quilvest. Dédiée aux investisseurs institutionnels, Quilvest Gestion dispose d’une forte expertise de gestion sur les taux obligataires depuis 1993, sous formes de mandats et d’OPCVM. Quilvest Gestion compte aujourd’hui près de 3 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

--------------------------------------------------

LES SCÉNARIOS FINANCIERS À 3 MOIS AU 21.02.2014

SCENARIO 1 : CROISSANCE MONDIALE MODÉRÉE SANS NOUVEAU CHOC DE MARCHÉ

Aux Etats-Unis, la conjoncture reste modérée.
La zone euro sort graduellement de la récession grâce à une accélération de la croissance dans quasiment tous les pays.
Maintien des taux directeurs aux Etats-Unis (0,25%), au Japon (0,07%) et en zone euro (0,25%).
Remontée des taux longs aux Etats-Unis (3,00%), en zone euro (1,90%) et légère remontée au Japon (0,70%).
Hausse des marchés boursiers de 5% aux Etats-Unis au Japon et en zone euro.
Hausse du dollar contre euro (1,35).
Légère baisse de la volatilité autour de 15.

SCENARIO 1 : LES CRAINTES DE DÉFLATION S’INSTALLENT EN ZONE EURO
Les signes de déflation s’étendent à certains pays du noyau dur, affaiblissant une économie européenne toujours fragile.
Des craintes sur la stabilité économique et financière de certains Etats réapparaissent.
Maintien des taux directeurs aux Etats-Unis et au Japon.
Baisse des taux directeurs à 0,10% dans la zone euro.
Légère remontée des taux longs aux Etats-Unis (2,90%), stabilité au Japon (0,60%) et baisse dans la zone euro (1,40%).
Les marchés actions de la zone euro baissent de 7,50%.
Les Etats-Unis restent stables. Seul le Japon résiste (+2,50%).
La parité EUR/USD reste sur le niveau de 1,37.
Remontée de la volatilité à 24.

SCENARIO 1 : CRISE ÉMERGENTE
Le ralentissement des achats de la Fed et des chiffres économiques décevants exacerbent les tensions observées dans certains pays émergents.
Maintien des taux directeurs dans toutes les zones.
Légère baisse des taux longs en zone euro (1,50%) et aux Etats-Unis (2,60%).
Stabilité au Japon (0,6%).
Baisse des marchés variable selon les zones : -5% aux Etats-Unis, -7,50% au Japon et en zone euro et -12,50% dans les pays émergents.
Baisse de l’euro à 1,33.
Remontée de la volatilité vers des niveaux de 27.

www.cpr-am.fr

Corporate Finance : commentaires du jour

08H00

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Sodero Gestion investit dans Via Energica 27/03/2014
- Nouvelle levée de fonds de 4 M€ menée par CM-CIC Capital Innovation pour la start-up bretonne Hemarina 26/03/2014
- Quinten entre au capital d’Advestis 26/03/2014
- Synercom soutient le rachat de BET Poureau 26/03/2014
- Ermic Developpement boucle un tour de table de 10 M€ pour accompagner l’acquisition de la société Noval et financer la restructuration d’une partie de son capital 26/03/2014
- Althéo accompagne la reprise d’Espace Médical Santé par Gaël Becus 26/03/2014
- iXO Private Equity, Isatis Capital et Multicroissance accompagnent le Groupe HBF dans une opération de MBO 26/03/2014
- Analyse S&P Capital IQ LCD: European Leveraged Loans Regaining Ground Versus High-Yield Bonds for M&A Financing 26/03/2014
- Cellectis annonce un placement privé de 20,52 M€ souscrit auprès d’investisseurs institutionnels spécialisés basés aux États-Unis 26/03/2014
- La Cure Gourmande conseillée par PAX Corporate Finance lève des fonds auprès d’Amundi PEF 25/03/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr
FinActu est partenaire éditorial pour la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR.

Marchés : chiffres du jour

17 mars 2014

La croissance du PIB du G20 a ralenti légèrement au quatrième trimestre de 2013 pour atteindre 0,8%.

Le produit intérieur brut trimestriel (PIB) du G20 a augmenté de 0,8% au quatrième trimestre de 2013 contre 0,9% au trimestre précédent, selon des résultats provisoires.

Parmi les pays du G20, la Chine a enregistré le plus fort taux de croissance avec 1,8%, contre 2.2% au troisième trimestre, suivie de l’Indonésie avec une croissance de 1,4%, au même rythme qu’au trimestre précédent.
Au Canada et au Japon, la croissance du PIB est restée inchangée à 0,7% et 0,2% respectivement.
En Afrique du Sud et en Australie, la croissance du PIB s’est accélérée à 0,9% et 0,8% respectivement, contre 0,2% et 0,6% respectivement au troisième trimestre. Au Brésil, le PIB a crû de 0,7%, rebondissant après une contraction de 0,5% au trimestre précédent.
La croissance du PIB est restée soutenue en Corée, au Royaume-Uni et aux États-Unis (0,9%, 0,7% et 0,6% respectivement) malgré un léger ralentissement par rapport au trimestre précédent où elle atteignait 1,1%, 0,8% et 1,0% respectivement.

En France, le PIB a augmenté de 0,3%, après avoir stagné au trimestre précédent tandis que la croissance du PIB en Allemagne s’est légèrement accélérée à 0,4%. En Italie, le PIB a augmenté de 0,1%, une croissance positive pour la première fois après neuf mois consécutifs de baisse.

En Inde et au Mexique, la croissance du PIB a ralenti significativement à 1,0% et 0,2% respectivement au quatrième trimestre de 2013 après 1,8% et 0,9% au troisième trimestre.

En comparaison avec le même trimestre de 2012, le PIB pour la zone G20 s’est accru de 3,3% au quatrième trimestre de 2013, en hausse par rapport à 2,9% au trimestre précédent. Parmi les économies du G20, le taux de croissance le plus élevé (7,7%) a été enregistré en Chine alors que la contraction la plus forte a été observée en Italie (moins 0,9%).

Sur l’ensemble de l’année 2013, le PIB de la zone G20 a progressé de 2,8%, après une croissance de 2,9% en 2012.

Pour plus d’informations sur le G20 et le Groupe inter-agences de statistiques économiques et financières: http://www.principalglobalindicators.org/about_iag.aspx
Les dernières données du G20 peuvent être téléchargées à l’adresse suivante : http://stats.oecd.org/index.aspx?queryid=33940

Contributions à la croissance du PIB de l’OCDE – T4 2013 : 7 avril 2014
Croissance du PIB de l’OCDE – T1 2014 : 20 Mai 2014
Croissance du PIB du G20 – T1 2014 : 12 juin 2014

OCDE
www.oecd.org


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion
- la lettre digitale "GRC Manager" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/grcmanager

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres


Jeudi 27 Mars 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News