Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Moins d’activité, un peu plus de chômage - Lettre d’information octobre 2008 de Coe-Rexecode


Le ralentissement de l’activité s’étant accentué un peu partout dans le monde, le marché du travail devrait être moins bien orienté dans les mois à venir. Ainsi, après avoir entamé un mouvement baissier au milieu des années 2000 dans la plupart des régions du monde, le chômage augmenterait à nouveau d’ici la fin de l’année et probablement sur une grande partie de l’année 2009.




Hausse du taux de chômage dans les économies développées

Aux Etats-Unis, le taux de chômage, qui était tombé à presque 4 %, a amorcé une remontée dès le début 2007. Les créations d’emplois ont progressivement décéléré, pour déboucher sur une réduction des effectifs depuis le début 2008. En septembre, le taux de chômage, supérieur à 6 %, a ainsi retrouvé son point haut de la mi-2003. Dans la zone euro, le chômage ne s’est infléchi que début 2006. Jusqu’au deuxième trimestre 2008, des créations nettes d’emploi ont continué à être enregistrées. Mais les effectifs se sont probablement contractés dès le troisième trimestre, comme le laisse penser la remontée du taux de chômage de 7,2 % en mars à 7,5 % en août. Face au net affaiblissement de l’activité économique, le chômage est aussi orienté à la hausse au Royaume-Uni depuis le début de l’année. Il en est de même au Japon. Dans les pays émergents, la situation est plus difficile à apprécier compte tenu d’une organisation moins structurée du marché du travail, comme en Chine ou en Inde. Au Brésil ou en Russie, le taux de chômage continuait à baisser selon les données les plus récentes. Mais si l’activité ralentissait fortement aussi dans ces pays, le nombre de demandeurs d’emploi pourrait s’accroître.

Une remontée jusqu’où ?
L’ampleur de la remontée du chômage sera naturellement fonction de l’amplitude du ralentissement économique et de sa durée. Les conditions démographiques peuvent également jouer, notamment en Europe, où la progression de la population active devrait ralentir. Toujours en Europe, les réformes mises en oeuvre pour fluidifier le marché du travail pourraient aussi contribuer à limiter l’ampleur du mouvement haussier. Aussi bien dans la zone euro qu’au Royaume-Uni, en dépit de son augmentation récente, le taux de chômage reste bien inférieur au niveau atteint au milieu des années 1990.

Alain Henriot

www.coe-rexecode.fr

Vendredi 24 Octobre 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs