Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Mobilité : Comment aider les entreprises à aller vers le travail à distance ?


Le travail à distance se développe petit à petit en France. En effet, les télétravailleurs français sont, selon les dernières statistiques officielles de 2004 (1), moitié moins nombreux que leurs collègues européens.




Cependant, le télétravail est appelé à exploser. Outre les traditionnels travailleurs nomades (indépendants, freelance, commerciaux), les salariés plus « classiques » plébiscitent cette forme de travail, adaptée aux préoccupations actuelles : harmonisation de la vie privée et de la vie professionnelle, réduction des déplacements, économies…

Il existe encore de nombreux freins à l’adoption massive du télétravail par les entreprises françaises : management traditionnel non adapté, manque de contrôle, isolement des salariés mais aussi infrastructures techniques ou solutions technologiques non appropriées.

Le télétravail est pourtant une tendance qui tend à devenir une réalité et que les entreprises doivent anticiper pour être opérationnelles et opérer cette démarche en souplesse. OXYGEN a ainsi réuni des experts de la question, qui à travers leurs savoir-faire, participent au développement du télétravail, grâce à des solutions technologiques et managériales adaptées au travail 2.0 !

Yann Coirault, Consultant Formateur Coach et Pilote de l'Innovation chez CSP Formation
Le travail à distance est une réalité qui impacte aujourd’hui toutes les organisations. Passer d’un management de proximité à un management nomade exige des compétences et un mode d’organisation très spécifiques. Le travail nomade requiert un management qui peut paraitre paradoxal : à la fois plus structuré et plus souple. En effet, la distance exige de structurer le temps avec des règles de disponibilité, d’être rigoureux dans l’attribution des moyens, de piloter davantage, de manager avec plus d’anticipation et de réactivité, mais également de définir avec précision les responsabilités. Communiquer devient incontournable : les nouveaux médias, outils collaboratifs du management 2.0, sont au coeur des pratiques. Les enjeux, en revanche, se situent clairement dans le champ des compétences relationnelles : savoir imprimer un leadership efficace, conserver la motivation des équipes à distance, créer et alimenter la dynamique de groupe et la cohésion d’équipe.

Laure Van Der Hauwaert, Responsable offres conseil et communications unifiées au sein de SPIE Communications
Le contexte est plus que jamais favorable au développement du travail à distance en France : globalisation des activités, réduction des budgets alloués aux déplacements, réduction des émissions de CO2, et évènements récents (éruption des volcans, grèves des transports, fortes intempéries…). Les entreprises envisagent donc le travail à distance, voire le télétravail autrement.
Selon le rapport d'étude du Centre d'analyse stratégique - le CAS - 50 % de la population active française serait potentiellement concernée en 2015 par le travail à distance, contre 30 % aujourd'hui. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication s’inscrivent désormais dans cette démarche, sous réserve d’avoir une approche fonctionnelle et orientée métier, et d’accompagner le projet par une démarche de conduite du changement.

Edouard de Rémur, Directeur Commercial chez Oodrive
Selon une étude réalisée par ABI Research, la croissance annuelle moyenne sur le marché mondial de l'administration de terminaux mobiles sera de 80% d'ici 2013. Cette spectaculaire progression doit être reliée à une autre tendance : selon IDG, 95 % des DSI sont à la recherche d'une meilleure solution de gestion de leur parc mobile. En effet, ces appareils restent vulnérables et fragiles. Ils sont sujets à des pertes de données, à des vols, ou peuvent subir des dommages souvent problématiques pour les professionnels. Face à cette tendance, l’une des solutions pour accompagner les entreprises vers le télétravail, c’est donc de les libérer des risques liés à mobilité, grâce notamment à des plateformes de back-up en ligne performantes et sécurisées.

Eric Ruty, Directeur de Bodet Software
À l’heure du boom des smartphones et autres outils mobiles de communication (tablette, PC Portable), les services Ressources Humaines des entreprises doivent s’adapter à des populations de plus en plus mobiles et à cette nouvelle génération habituée aux technologies mobiles. La mobilité des salariés représente un réel intérêt pour le marché des solutions RH. Les entreprises expriment des besoins concrets car elles veulent prendre en compte les salariés itinérants comme n’importe quels autres salariés. La qualité technique et les fonctionnalités des téléphones portables de type « smartphone » permettent aujourd’hui de développer des solutions mobiles efficaces et reliées au SIRH. D’ailleurs, certains éditeurs développent des modules pour leur application de Gestion des temps permettant aux salariés itinérants de déclarer leur temps de travail et leurs activités. L’ensemble des salariés, itinérants ou non, sont ainsi pris en compte dans le même système d’information, offrant une gestion des temps de travail plus juste et un meilleur suivi analytique. Les entreprises et collectivités, qui mettent en place ces solutions de gestion des temps mobiles, sont motivées par une application conforme de la législation du travail pour tous leurs salariés, mais aussi un meilleur contrôle, car ces applications offrent également des fonctions de géo localisation.

Philippe Tiennot, Directeur général France de Brocade
La clé pour l’entreprise qui souhaite optimiser et développer le travail à distance, c’est son réseau. En effet, à une époque où les communications unifiées sont reines et où l’accès à distance aux outils professionnels se généralise, le réseau de l’entreprise doit suivre ce mouvement et anticiper sa montée en puissance. Ainsi, l’avantage des services de communications unifiées ne sont valables que si les communications sont livrées avec une qualité de service ininterrompu, de façon fiable, sécurisée et compatible avec les dispositifs basés sur l’IP, la vidéo et les applications convergentes de bureau multimédia. Latence élevée, perte de données ou interruptions de service ne sont tout simplement pas toléré par les utilisateurs ! Depuis que la voix, la vidéo et l’audio se sont enrichies de données qui « pèsent » sur le trafic, la pression placée sur les réseaux pour soutenir cette croissance augmente à un rythme exponentiel. Permettre à ses collaborateurs d’accéder et de travailler à distance ne requiert donc plus une simple connectivité réseau de base, mais un ensemble complet de commutation et de routage des solutions, qui aident les organisations mettant en oeuvre ces services d’en tirer parti à partir de leurs infrastructures réseau existantes.

Patrick Metzger, PDG de Swingmobility Group
La mobilité s’étend aujourd’hui à des secteurs auxquels nous ne pensions pas il y a quelques années. Les employés des services à la personne par exemple ont besoin d’outils performants leur permettant d’optimiser leur temps de travail. Gestion de planning, optimisation automatique des tournées, meilleure adaptation des qualifications en fonction des besoins, interface directe avec les gestionnaires, etc. toutes ces fonctionnalités jusqu’alors réservées à une branche commerciale se développent petit à petit sur d’autres secteurs. Elles offrent aux acteurs des outils performants et adaptés et aident à la professionnalisation du travail à distance. Tous les secteurs peuvent être concernés, à nous, entreprises spécialisées dans la mobilité, de les accompagner dans cette évolution en leur proposant des outils simples et efficaces.

(1) travail-emploi-sante.gouv.fr/IMG/pdf/publication_pips_200412_n-51-3_teletravail-en-france.pdf

Mercredi 5 Octobre 2011
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par PERRILLAT le 11/10/2011 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous ne sommes pas en retard sur le travail à distance mais sur l'encadrement d'équipes en collaboration, sur la reconnaissance et la valorisation du travail d'équipe, sur la promotion du collectif. Nous avons des structures hiérarchiques pyramidales à centralisation de la décision alors que la société du savoir portée par les avancées du numérique conduit à augmenter l'autonomisation et l'intégration dans des collectifs de projets. Les relations s'ouvrent. Ce n'est pas le cas des organisations ni celui des outils de communication collaborative qui restent fermés et non interopérable. Est-il possible de dialoguer en messagerie instantanée entre les deux univers les plus répandus de Google et de Microsoft ? Qu'en est-il pour les systèmes de visioconférence ? Est-ce plus interopérable ?

L'un des leviers se trouve dans la façon de flexibiliser les espaces de travail. Cette flexibilité sera apportée par un réseau d'espaces de travail professionnels de proximité pouvant constituer une alternative économiquement viable au domicile. Cette alternative est naturellement plus socialement acceptable car un espace professionnel conserve les règles et codes de la relation au travail. Il rend le travail à distance plus accessible pour des personnes de moindre autonomie. Il élargie ainsi considérablement la quotité de personnes à qui ces modalités peuvent mais surtout doivent être proposées.

Il n'y aura ensuite plus qu'un petit pas à faire pour passer du travail à distance individuel au travail à distance collectif.

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear


Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs