Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Mars/avril 2011 – Une météo exceptionnelle, un effet notable sur la consommation


Un temps durablement ensoleillé et chaud, atypique pour le printemps : Avril 2011 est annoncé comme le deuxième mois d’avril le plus chaud depuis 1900 avec une température moyenne supérieure de 4°C aux normales saisonnières (source Météo France). Et parmi le plus sec depuis 1959. Du 7 mars au 1er mai 2011, nous venons de vivre 8 semaines consécutives avec des températures moyennes hebdomadaires supérieures aux normales saisonnières.




Jean-Louis Bertrand
Jean-Louis Bertrand
Un impact notable sur la consommation : Un lancement des produits d’été réussi !

Les experts de METNEXT spécialisés dans l’analyse de l’impact météo-climatique, et NIELSEN, spécialiste de l’analyse des ventes en Grandes et Moyennes Surfaces, ont mesuré un effet important sur la consommation de certains produits d’été en ce début de saison.

Cette configuration météorologique exceptionnelle a permis de lancer, bien plus tôt que prévu, la consommation des produits dits d’été.

L’impact de cette météo particulière sur les ventes en GMS est quantifié par les indices METEOECO: ils mesurent le surplus de consommation d’un produit sous le seul effet de la météo.

Indices cumulés du 7 mars 2011 au 1er mai 2011 par rapport à 2010 :
- Surplus de consommation de +5% à +15% pour les boissons, dont 7% sur les eaux plates et 6% sur les eaux gazeuses
- Surplus de consommation de + 13 % pour les concentrés d’agrume
- +9% pour les crèmes dépilatoires en France avec des surplus de presque 20% la semaine la plus ensoleillée du 24 avril 2011. On note dans le Nord une hausse spectaculaire atteignant les +28% cette même semaine.
- Surplus de consommation de + 46% pour les insecticides
- Surplus de consommation de + 40% sur les glaces détente
- A l’inverse, les féculents enregistrent de leur côté un manque à gagner de 5% (impact négatif)
- Les légumes surgelés et les biscuits pâtissiers rejoignent eux aussi le baromètre des flops avec des manques à gagner de -6% et -3% respectivement sur la période.

« Depuis Juin 2006, nous n’avions pas rencontré deux mois ininterrompus au-dessus des normales saisonnières. Ensoleillement, chaleur, vacances de Pâques : tous ces facteurs ont été favorables au lancement précoce des produits d’été » explique Frédéric Bardoux – Président de METNEXT.

La météo et les variations climatiques ont une influence déterminante sur l’activité de nombreux secteurs économiques, les indices METEOECO® traduisent l’impact de la météo sur les ventes en Grandes et Moyennes Surfaces.

Jean-Louis Bertrand
Enseignant-chercheur à l’ESSCA Ecole de Management
Directeur de la Chaire Banque et Gestion des Risques
Consultant en gestion des risques météorologiques pour METNEXT

Mardi 10 Mai 2011
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News