Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Markets Morning Briefing by Finyear - January 31, 2014


Markets Morning Briefing by Finyear | Daily updates from our Markets Team in London. Mises à jour quotidiennes par nos experts marchés à Londres. Finyear, the Financial Year - L'exercice financier.




Markets Morning Briefing by Finyear - January 31, 2014
09:30AM

Good Morning Finyear Readers!

European equities are trading lower this morning despite some emerging market currencies like the Turkish Lira and the South African having managed to stabilise overnight. Souring the mood somewhat this morning are weak German Retail sales figures and disappointing after hours US earnings news. In Europe focus this morning will be on Euro-zone inflation and unemployment data, overall there is only little change expected in both of those compared to the previous month.
However if inflation would continue the move down it certainly would make the case for another cut in interest rates by the ECB in the near future more likely. In the afternoon there are once again plenty of economic and corporate data scheduled for release in the US. Main focus will be on the Chicago PMI, in light of that several sets of economic data have been disappointing during past few days and weather conditions have been rather extreme in the Chicago region during December it might easily be the case that estimates which only forecast a very slight drop turn out to be too optimistic.
So far yesterday’s modest gains in European and US stock markets don’t point by any means towards a turnaround in stocks just yet instead they can be rather considered as the result of some profit taking by shorts after the huge sell off from the previous day.

Also even with some of the under pressure emerging market currencies having started to show first signs of stabilising there is still plenty of uncertainty in the markets what these individuals countries are concerned and their ability to gain back investor’s confidence. In order to bring back calm into the markets, investors are also looking for assurances from organizations like the IMF, the World Bank and some of the major central banks that the global recovery won’t be in danger of being derailed by the current turmoil in some emerging market countries.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black

www.peregrineblack.com


Toutes les actions européennes ne sont pas bonnes à acheter

Par Dylan Baron, gérant Actions chez Quilvest Gestion.


Dans un marché européen dont la valorisation globale est désormais élevée, il est d’autant plus important d’identifier les titres affichant les décotes les plus attractives. En cas de révisions baissières de leurs résultats, l’impact sur le cours de bourse a de quoi être amorti par un multiple de valorisation déjà faible.

Ce type de valeurs est particulièrement bien représenté dans certains secteurs, comme l’automobile ou la finance.

Alors que le consensus de marché table sur une poursuite de la tendance haussière des actions européennes, anticipant notamment le rebond des résultats d’entreprises pour 2014, les marchés ont débuté l’année sur une note négative. Le coup de frein subi par les indices européens et leurs homologues à Wall Street, et plus encore la déstabilisation à laquelle sont exposés les marchés émergents, démontrent que les actifs risqués ne connaîtront pas une trajectoire aussi linéaire qu’en 2013. Le retour des facteurs d’incertitude et les distorsions géographiques, sectorielles ou thématiques, militent en faveur d’une gestion d’actifs des plus sélectives. Toutes les actions européennes ne sont pas bonnes à acheter.

Le « stock-picking » des investisseurs devra intégrer avec discernement, le véritable potentiel de revalorisaton des actifs boursiers. Ces deux dernières années, les analystes fondaient beaucoup d’espoirs sur l’amélioration des résultats d’entreprises. Anticipée positivement, la croissance bénéficiaire des sociétés a globalement été révisée à la baisse trimestre après trimestre. Ces déceptions n’ont pas empéché le rally des actions des marchés développés, dans la mesure où les multiples de valorisation restaient relativement faibles, donc attrayants, dans un contexte de reprise boursière.

Aujourd’hui le scénario d’une poursuite de la tendance haussière sur les actions sans amélioration matérialisée des résultats micoréoconomiques a peu de chance de se répéter. En Europe, le mouvement de revalorisation des actions au cours des derniers mois a déjà rehaussé le PE de l’indice Stoxx 600 à 13,6 fois les résultats estimés, un niveau élevé. Les prévisions de croissance bénéficiaire sont très positives pour cette année, de l’ordre de 10%. Mais en cas de révisions baissières, les investisseurs n’échapperont pas à une correction boursière. Les marchés en font l’expérience en ce début d’année, avec quelques entreprises européennes qui ont communiqué des profit warning (Alstom, Fiat, Shell, Essilor).

Dans un marché dont la valorisation globale est elevée, il est d’autant plus important d’identifier les titres affichant les décotes les plus attractives. En cas de révisions baissières de leurs résultats, l’impact sur le cours de bourse a de quoi être amorti par un multiple de valorisation déjà faible. La finance (banques et assurances, dont les PE sont respectivement de 11,7 et 10,3 fois les résultats) et l’automobile (PE à 10 fois les résultats) sont les secteurs où les opportunités d’un rebond structurel sont les plus évidentes. Par exemple, l’industrie automobile européenne sort d’un point bas : jamais les ventes de voitures neuves n’ont été aussi faibles depuis dix-sept ans. Comme pour tout secteur exposé au cycle économique, la reprise de la croissance européenne devrait permettre aux constructeurs automobiles de repartir de l’avant. Les groupes Renault (PE à 7,6) et Volkswagen (PE à 8,2) sont ceux dont l’activité est la plus exposée au marché européen (qui compte pour plus de 60% de leur chiffre d’affaires), cela devrait représenter un levier important pour une revalorisation boursière. En revanche, il est moins pertinent de jouer les équipementiers automobiles qui cotent sur des niveaux moins attractifs (Valeo à 12,3 fois les résultats, Faurecia à 12,6). En bourse, ces derniers ont donc un temps d’avance sur les constructeurs et leur potentiel de rattrapage est plus limité.

La répartition géographique de l’activité des entreprises va être un facteur de discrimination boursière important, tout au moins à court-moyen terme. Les fortes tensions sur les marchés émergents, pénalisés non seulement par le « tapering » américain qui encourage le retrait des capitaux étrangers, mais aussi par le ralentissement d’une Chine en pleine transition économique, justifient de sélectionner des valeurs de la zone euro peu exposées à l’international et en particulier à ces économies. Depuis un semestre, l’indice EuroStoxx surperforme sensiblement l’indice Stoxx Hors zone euro, un constat corroboré par de meilleures performances pour les valeurs domestiques européennes par rapport aux valeurs globales (surperformance de +25% en faveur des premières).

Et au sein de l’Union monétaire, les actions des pays périphériques retrouvent de leur attrait. L’aversion au risque sur les pays périphériques étant moins sensible qu’il y a quelques temps, le momentum de marché leur est très favorable, avec une décote qui ne restera pas aussi conséquente très longtemps.

À propos de Quilvest Gestion : Quilvest Gestion est la société de gestion de Quilvest Wealth Management, Groupe Quilvest. Dédiée aux investisseurs institutionnels, Quilvest Gestion dispose d’une forte expertise de gestion sur les taux obligataires depuis 1993, sous formes de mandats et d’OPCVM. Quilvest Gestion compte aujourd’hui près de 3 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

RATES

Tableau de bord financier - Financial Dashboard

Cotations, indices et taux. Mise à jour quotidienne par Finyear.
Quotations, indices and rates. Updated daily by Finyear.

Link : http://www.finyear.com/Tableau-de-bord-financier-Financial-Dashboard_a15066.html


Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur

Avertissement Légal

Les données chiffrées, commentaires, analyses, informations et recommandations ci-dessus :
- sont réservés à des investisseurs professionnels et non destinés au public
- sont uniquement préparés et communiqués à titre purement indicatif et informatif
- peuvent être modifiés sans préavis et ne sont pas contractuels
- ne constituent pas des conseils d’investissement, ni une offre
- ne constituent pas un prospectus ou une invitation appelant à traiter, à acheter ou vendre un titre de placement quel qu’il soit ou à participer à une quelconque stratégie commerciale
- ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement de l'auteur et/ou de la société signataire.
- reflètent le sentiment de leur auteur et/ou de la société signataire sur les marchés, leur évolution, leur réglementation et leur fiscalité, compte tenu de leur expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour et à partir de sources qu'ils estiment fiables.

Tout investisseur potentiel doit se rapprocher de son prestataire ou conseiller, afin de se forger sa propre opinion sur les risques inhérents à chaque investissement indépendamment de l'auteur et/ou de la société signataire de l'article et sur leur adéquation avec sa situation patrimoniale et personnelle.

Aucune responsabilité, directe ou indirecte, n'est assumée relative à une perte éventuelle, subie ou encourue par des lecteurs ayant utilisé cette publication pour prendre des décisions. Les investissements sont soumis à des risques. Votre investissement peut augmenter ou diminuer et les résultats obtenus dans le passé ne sont pas indicatifs des résultats futurs et ne peuvent être, en aucun cas, considérés comme tels. Tous les produits et tous les titres de placement mentionnés dans le présent document comportent leurs propres risques et conditions générales, qui doivent être consultés individuellement par chaque investisseur, avant d'entamer une transaction quelconque.

Au même titre que les auteurs, et dans la mesure permise par la loi, Finyear n'accepte aucune responsabilité découlant de l'utilisation de ces informations et/ou recommandations. Si une attention particulière a été portée à la rédaction des informations et/ou des recommandations ci-dessus, leur exactitude ou leur exhaustivité ne peut faire l'objet d'aucune garantie ou déclaration, implicite ou explicite. Ni Finyear, ni ses dirigeants, directeurs ou employés ne peuvent être tenus directement ou indirectement responsables des informations et/ou des recommandations, quelles qu'elles soient, contenues dans les textes ci-dessus.

-----------------

These communications (commentaries) are issued by their authors to investors only and is not research. It is for informational purposes and is not an official confirmation of terms. These communications are confidential and is the intellectual property of the authors and redistribution is prohibited. It is not guaranteed as to accuracy, nor is it a complete statement of the financial products or markets referred to. Opinions expressed are subject to change without notice and may differ or be contrary to the opinions or recommendations of other authors or the opinions expressed as a result of using different assumptions and criteria. The authors may maintain long or short positions in the financial instruments referred to and may transact them as principal or agent. Unless stated specifically otherwise, this is not a recommendation, offer or solicitation to buy or sell and any prices or quotations contained herein are indicative only. To the extent permitted by law the authors and Finyear do not accept any liability arising from the use of these communications.

Vendredi 31 Janvier 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs