Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Marchés de Taux - Le commentaire de Stelphia AM


Mouvements de spreads et données macroéconomiques maintiennent les taux près des plus bas




En l’absence d’une solidarité plus fortement affirmée entre les émetteurs européens, les achats de dettes publiques par la BCE seront insuffisants pour resserrer les écarts de rendement au sein de la zone. Ralentissement de la croissance américaine et baisse du prix du pétrole renforcent parallèlement les pressions à la baisse sur les taux allemands.

Les facteurs qui ont amené le rendement du Bund à leur niveau le plus bas sont toujours présents. La mise en place du FESF (Fonds Européen de Stabilisation Financière) n’a pas permis de faire baisser les spreads des émetteurs de la périphérie de la zone euro. Et les achats d’obligations publiques par la BCE (59 milliards d’euros depuis le 10 mai) restent insuffisants pour inverser la tendance en place depuis plusieurs mois et réduire les écarts de rendement, qui oscillent toujours autour de niveaux historiquement élevés. La mise en place du FESF était une mesure d’urgence nécessaire. On constate qu’elle est insuffisante. Il est possible que seule la création d’un émetteur commun à l’ensemble des Etats de la zone permette une amélioration significative. A défaut, les investisseurs risquent de continuer à demander une prime de risque conséquente aux pays réputés les plus vulnérables (Espagne, Portugal, Irlande et bien sûr, Grèce) et de leur préférer les obligations allemandes et dans une moindre mesure, françaises.

Dans ce contexte, les taux allemands devraient donc rester non loin de leurs niveaux actuels. Ils le feront d’autant plus que d’autres facteurs fondamentaux font désormais pression à la baisse sur les rendements. D’une part, les dernières annonces conjoncturelles aux Etats-Unis (marché du logement, emploi…) et les plans d’austérité annoncés en Europe laissent présager une croissance un peu moins forte dans les prochains mois. D’autre part, le recul du prix du pétrole atténue les perspectives de hausse des prix. Sauf annonce surprise (mais improbable dans un délai aussi court) d’une initiative radicale concernant la gestion de la dette des Etats de la zone euro, les taux allemands à 10 ans devraient continuer d’osciller entre 2,50% et 2,75% au cours des semaines à venir.

Ce commentaire est signé Etienne Pourny, Président Directeur Général de Stelphia Asset Management.

A propos de Stelphia Asset Management :
Stelphia Asset Management est une société de gestion indépendante française spécialisée sur les marchés de taux européens et sur les marchés d’Europe convergente et émergente. Son équipe fonde notamment sa méthodologie autour d’une vision analytique de la construction européenne et de la globalisation de l’économie mondiale. Société indépendante détenue majoritairement par ses fondateurs, Stelphia Asset Management compte Ofi Asset Management et La Banque Postale Asset Management à son capital. Les encours gérés s’élèvent à 225 millions d’euros (à fin mai 2010).

Dimanche 18 Juillet 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs