Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

M&A : les groupes français privilégient l’Europe


D’après l’enquête annuelle réalisée par PwC et l’Association des Responsables de Fusions–Acquisitions en Entreprises (ARFA), les opérations de M&A sont restées stables en volume depuis fin 2008, tout en restant loin des niveaux extrêmement élevés de 2007. Les acquisitions restent bien plus nombreuses que les cessions, et représentent environ 78% des transactions réalisées par les groupes français entre 2009 et 2011.




Depuis 2009, la France reste le pays préféré des groupes français en termes d’acquisitions, précédant la Grande-Bretagne et les Etats-Unis alors que seulement 3% des acquisitions ont été réalisées dans les BRIC. S’agissant des cessions, les groupes français visent soit à se recentrer sur leur cœur de métier, soit à renforcer leur structure financière. Les contreparties de ces cessions sont principalement des groupes français et européens – seules 9 opérations ont été réalisées avec des groupes basés dans les BRIC depuis 2009.

Avec 567 acquisitions réalisées en 2011 par les groupes français, dont 485 en Europe, les opérations M&A des entreprises françaises sont restées stables depuis le début de la crise.

Selon Stéphane Meffre, associé PwC responsable du pôle Transactions, « Si, entre 2007 et 2009, le nombre total des transactions réalisées par les groupes français a chuté de 23% par an, il reste plutôt stable voire a légèrement augmenté depuis 2009. »
Les acquisitions dépassent largement le nombre de cessions, tout au long de la période étudiée.

M&A : les groupes français privilégient l’Europe

La France reste le pays préféré des acquéreurs français

Entre 2009 et 2011, 77% en moyenne des acquisitions en Europe réalisées par les groupes français concernent une cible française. Le marché britannique est le plus attractif, après la France, grâce à de nombreux atouts : capacité d’innovation, présence sur des marchés géographiques complémentaires comme l’Asie et l’Amérique du Nord, régimes sociaux et fiscaux plus favorables et procédures simplifiées.
Plus généralement, les principales acquisitions en Europe réalisées par les groupes français en 2011 et début 2012 reflètent une volonté de renforcement de leurs positions à l’échelle européenne comme l’OPA lancée par Lactalis sur l’italien Parmalat pour devenir leader sur le marché des produits laitiers.

M&A : les groupes français privilégient l’Europe

Un tiers des acquisitions réalisées hors Europe ciblent les Etats-Unis, bien avant les BRIC

Sur la période 2009-2011, les groupes français ont réalisé 231 acquisitions en dehors de l’Europe, dont un tiers aux Etats-Unis.

M&A : les groupes français privilégient l’Europe

Ces acquisitions répondent à trois types de motivations :
1. La recherche de leviers de croissance sur des secteurs porteurs. C’est le cas notamment des sociétés acquises aux Etats-Unis, comme Sunpower par Total, Genzyme par Sanofi ou L1 Identity Solutions par Safran.
2. L’accroissement de la présence à l’international, comme l’acquisition de Global Industries par Technip.
3. Le positionnement sur des marchés à croissance élevée. C’est le cas des acquisitions dans les BRIC, comme celle de Puras do Brasil par le groupe Sodexo.

Des cessions réalisées par les groupes français pour atteindre leurs objectifs stratégiques

Selon Stéphane Meffre, « A travers leurs cessions (de 161 en 2009 à 139 en 2011), les groupes français se recentrent sur leur cœur de métier ou bien renforcent leur structure financière. »
En effet, la crise a poussé de nombreuses entreprises à rationaliser leur portefeuille d’activités, en cédant les activités non stratégiques ou insuffisamment rentables tel PPR avec la cession de Conforama au groupe sud-africain Steinhoff pour se recentrer sur le luxe et les marques « Lifestyle », ou GDF Suez qui cède son réseau de distribution de gaz naturel en Italie afin de recentrer l’activité du groupe dans ce pays autour de la production et de la commercialisation d’électricité et de gaz.

Seulement 5% des actifs cédés par les groupes français à des groupes étrangers ont été acquis par des groupes basés dans les BRIC

M&A : les groupes français privilégient l’Europe

Entre 2009 et 2011, sur 460 cessions des groupes français, 180 environ ont été réalisées avec comme contrepartie des groupes étrangers, dont 61% des groupes européens (Grande-Bretagne et Allemagne notamment) et 13% des groupes américains.

« Malgré un intérêt accru pour les opérations de M&A hors de leurs frontières, les groupes basés dans les BRIC ont acquis seulement 5% des actifs cédés par les groupes français à des groupes étrangers. Ce sont les groupes indiens qui ont été les plus actifs, avec 5 opérations entre 2009 et 2011 » précise Stéphane Meffre.

Cette étude a été présentée à l’occasion du 7ème Printemps de l’Arfa, qui s’est tenu le 12 juin 2012, autour du thème suivant : « Les M&A au service de la résilience des entreprises ».
Pour recevoir l’étude intégrale, rendez-vous sur www.pwc.fr

Méthodologie
Cette étude a été réalisée conjointement par PwC et l’association des Responsables de Fusions-Acquisitions en Entreprises (ARFA) entre janvier et mai 2012. L’étude présente les volumes d’opérations de M&A réalisées par les groupes français depuis le début de la crise et plus particulièrement sur la période 2009-2011. Elle a été préparée à partir de statistiques issues de la base de données Zéphyr. Ont ainsi été retenues les transactions portant sur 50% ou plus du capital : 50% pour les joint-ventures et au moins 50% dans le cas des opérations d’acquisition ou de cession.

A propos de l’ARFA
Créée en octobre 2003, l’ARFA a pour objectif de favoriser les échanges d’idées et de mettre en commun les expériences et les bonnes pratiques dans le domaine des Fusions-Acquisitions. Elle regroupe les personnes qui exercent une responsabilité dans ce domaine dans les entreprises industrielles et commerciales.

A propos de PwC
PwC développe en France des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil créatrices de valeur pour ses clients, en privilégiant des approches sectorielles.
Plus de 169 000 personnes dans 158 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de leurs clients et partenaires.
Les entités françaises membres de PwC rassemblent 4 000 personnes dans 25 bureaux.
www.pwc.fr

Vendredi 15 Juin 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs