Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Luc Meurant, Directeur des marchés Banque, Supply Chain et Entreprises de SWIFT


Luc Meurant, Directeur des marchés Banque, Supply Chain et Entreprises de SWIFT




Luc Meurant
Luc Meurant
Luc Meurant bonjour, vous êtes Directeur des marchés Banque, Supply Chain et Entreprises de SWIFT. Un an après son lancement, où en est la solution de signature électronique 3SKey ?

Lancée en octobre 2010 avec le concours de plusieurs banques majeures, la solution de signature personnelle 3SKey rencontre un très grand succès en France avec une adoption par la quasi totalité des institutions financières concernées par la migration ETEBAC. Nous comptons aujourd’hui plus de 18 groupes bancaires utilisateurs, environ 19 000 tokens 3SKey en cours de distribution et près de 35 fournisseurs d’application qui ont intégré 3SKey à leurs solutions. En parallèle, le nombre de banques internationales proposant cette solution de signature personnelle permettant de simplifier et de sécuriser les échanges d’informations avec les banques ne cesse d’augmenter, et avec elles le nombre d’utilisateurs. Lors de la conférence SIBOS en septembre dernier, deux grandes banques CITI et JP Morgan-Chase ont adhéré à 3SKey en vue d’une utilisation globale.

Quelles sont les clés du succès de cette solution universelle de signature ?

La clé du succès de la signature électronique 3SKey réside dans le fait qu’elle a été développée à la demande des acteurs majeurs du secteur bancaire et à celle de ses clients en France et à l’étranger et qu’elle répond donc au mieux à leurs besoins. 3Skey offre un système d’authentification simple et sécurisé grâce à une solution de signature personnelle multi bancaire et interopérable sur tout type de réseau. La solution garantit une intégration aisée et rapide dans les applications des entreprises et des banques alliant ainsi réduction des coûts et gain en efficacité. Le développement de 3SKey s’inscrit également dans la démarche de SWIFT de développer des standards pour l’industrie. Il faut aussi signaler que les prix attractifs de la solution contribuent à son développement et en font une parfaite alternative pour faire face au remplacement d’ETEBAC.

Quelles sont les perspectives d’évolutions de 3SKey ?

Nous travaillons actuellement sur le déploiement mondial de 3SKey à travers des projets ambitieux en collaboration avec de grands groupes bancaires. En France, nous souhaitons élargir le périmètre d’utilisation de la solution à d’autres métiers de la banque et également adapter notre offre aux nouveaux outils de communication mobile. Nous travaillons également au développement d’une version extrêmement innovante, apportant des avancées significatives pour la sécurisation des accès multi-portails.

Quelles autres solutions SWIFT développe-t-il en matière de Trade Finance ?

Parmi ses nombreuses initiatives au service de la communauté, SWIFT travaille en continu sur la standardisation et l’optimisation des outils mis à disposition du secteur bancaire. Dans ce sens, SWIFT a notamment signé lors de SIBOS un accord de coopération avec la Chambre de Commerce Internationale (ICC) en vue de permettre l’adoption de l’obligation de paiement bancaire (Bank Payement Obligation ou BPO) par l’ensemble du secteur bancaire (communiqué en PJ). A travers cette collaboration, SWIFT et la Commission Banque de l’ICC souhaitent offrir un nouvel instrument pour gérer les risques liés au commerce international et réduire les coûts, que ce soit pour les acheteurs ou les vendeurs.

SWIFT est également présent sur le marché de la facture électronique. Nous offrons maintenant aux principaux acteurs la possibilité d’utiliser le réseau SWIFT pour l’échange de factures électroniques standardisées. Cette offre est basée sur les standards de messagerie ISO 20022.

Quel bilan dressez-vous de l’édition 2011 de SIBOS ?

Cette année encore, SIBOS a permis de nombreux échanges entre les acteurs clés du secteur financier et s’est terminé par un appel à l’action. De nouveaux business model sont nés, les banques doivent diversifier leurs services et se concentrer sur leur cœur d’activité pour augmenter leur revenus et gagner en stabilité mais aussi s’adapter aux comportements des consommateurs. Le « Corporates Forum » dédié aux entreprises a placé au cœur des débats l’importance du développement de solutions collaboratives afin de se préparer au mieux à faire face aux nouvelles normes et réglementations.

SWIFT a également profité de SIBOS pour évoquer un des principaux enjeux que représente la migration sur SEPA. Afin d’encourager les institutions financières à adopter une démarche proactive, SWIFT a publié un livre blanc intitulé « Will the SEPA End date really change the game? » délivrant des conseils sur les actions que les institutions financières peuvent mettre en place en attendant l’annonce de la date butoir de la migration SEPA.

SIBOS a été l’occasion d’annoncer et de présenter de nouvelles initiatives mais aussi les avancées sur certaines solutions. On peut notamment citer l’EBAM Central Utility (E-CU) dont le pilote a passé la phase de test avec succès. L’E-CU adresse des solutions pertinentes à certaines problématiques du secteur financier (ouverture/fermeture de comptes, gestion des mandats) en créant une norme permettant de standardiser les échanges de données sensibles avec les établissements bancaires. SWIFT a présenté également le « Sanctions Screening » : un nouveau service centralisé de filtrage de flux incluant les principales listes de Sanctions au niveau mondial et permettant aux clients SWIFT de s’adapter plus facilement aux nouvelles réglementations. Ces outils permettront d’établir une méthodologie simple et automatique pour mieux faire face à ces challenges imposés par des normes en perpétuels changements.

L’annonce et la présentation de l’Index SWIFT a aussi recueilli un vif enthousiasme de la part de la communauté. Ce nouveau baromètre économique mondial pouvant servir d’indicateur avancé du Produit Intérieur Brut (PIB) répond aux fortes attentes de la part des banques mais aussi des analystes, des économistes et des décideurs politiques concernant la mise à disposition d’un indicateur de croissance économique mondial fiable.

Vendredi 16 Décembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News