Londres paradis fiscal


Vous ne trouverez l’Angleterre sur aucune liste noire ou grise du G20. Et pourtant l’Angleterre est le premier paradis fiscal Européen loin devant le Luxembourg et la Suisse.




Marc Fiorentino
Marc Fiorentino
L’Union Européenne s’acharne sur nos voisins suisses mais ferme les yeux sur une Angleterre qui pille toutes les ressources de matière grise financière depuis des décennies. Contrairement aux idées reçues, ce n’est ni par sa technologie, ni par son infrastructure, ni par son organisation, ni par son passé prestigieux que Londres a écrasé, entre autres, Paris et Francfort pour devenir la première place financière Européenne puis mondiale. Non. C’est par la fiscalité.

L’Angleterre a créé un statut fiscal « spécial » pour une catégorie de personnes : les « résidents non domiciliés » (avouez qu’il fallait oser utiliser un terme comme celui-ci…).Ces personnes qui vivent en Grande Bretagne ne paient pas d’argent sur les fonds qu’ils apportent si il s’engagent à terme (sans plus de précision) à retourner dans leur pays d’origine. Voilà pour les cadeaux faits à Lakshmi Mittal, aux oligarques russes et à des grands gérants de fonds. De même, et c’est grâce à cette mesure que Londres a attiré tous les talents financiers internationaux, ces « résidents non domiciliés » ne paient des impôts que sur les revenus générés pendant leur présence en Angleterre.

Il suffit donc de voyager souvent, même en vacances, pour parvenir à un taux d’imposition globale plus proche des 20% que des 60% confiscatoires en France. Le Big Bang de Londres a été fiscal et a permis à Londres de gagner dans les années 80 la guerre de la Finance. Au nez et à la barbe de l’Union Européenne dont elle fait partie sans en accepter les règles. Et cela risque de continuer.

Cette semaine, le Trésor Anglais a décidé de proposer aux fonds « Offshore » de quitter les Iles Vierges , les Iles Caimans et autres destinations exotiques pour venir à Londres en bénéficiant d’incitations fiscales tout en ayant un label « onshore ». Il faut dire, que dans la plus grande hypocrisie et le plus grand cynisme, la plupart des hedge funds domiciliés dans les îles sont ouvertement gérés par des équipes basées à Londres.

Pendant que la France fait la traque aux traders qui ont depuis longtemps quitté le pays, Londres affirme son statut de paradis fiscal…caché.

Marc Fiorentino
Président d'EuroLand Finance
Gérant d'Allofinance
www.allofinance.com

Mardi 17 Novembre 2009
Notez





1.Posté par Ardisson le 19/11/2009 14:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour cet article. On commence enfin à se rendre compte que la Suisse n'est que le bouc émissaire de l'Union soviétique européenne qui ne cherche qu'à casser une place financière concurrente importante.

Cordialement

A.

NDLR : pas tombé loin....à notre humble avis...

Nouveau commentaire :
Twitter

ENGLISH
Articles and press releases are provided as is and have not been edited or checked for accuracy.
Any queries should be directed to the company issuing the press release or to the author issuing the article.
If you have a question for the author, or would like to comment on this article, use the box above. Your comment will be moderated before publication.
Your comment or question will appear below and the author or Finyear editor will be able to respond. Please note that your name will appear next to your comment (not your email).
Finyear does not offer financial advice of any kind and the opinions of authors are not necessarily those of Finyear.
By posting your comment, you agree to our acceptable use policy. If you read anything here that you consider inappropriate or offensive, please contact the adress : contact (at) finyear.com
Finyear: Daily News & Best Practices for the Finance Executives (CFO, Treasurer, Controller, Credit manager, accountant, financial executive, etc...).

The Financial Year by Finyear. Copyright Finyear 2007-2013. You may share using our article tools.
Please don't cut articles from Finyear.com and redistribute by email or post to the web without permission: contact (at) finyear.com

FRANCAIS
Les articles et les communiqués de presse sont fournis tels quels et n'ont pas été modifiés ou vérifiés.
Toute demande de renseignement doit être adressée à la société émettrice du communiqué de presse ou à l'auteur de l'article.
Si vous avez une question pour l'auteur, ou si vous désirez commenter cet article, utilisez la boîte ci-dessus. Votre commentaire sera modéré avant publication.
Votre commentaire ou question ci-dessous apparaîtra et l'auteur ou l'éditeur Finyear sera en mesure de répondre.
Veuillez noter, s'il vous plaît, que votre nom apparaîtra à côté de votre commentaire (pas votre adresse email).
Finyear n'offre pas de conseils financiers de quelque nature que ce soit et les opinions des auteurs ne sont pas nécessairement celles de Finyear.
En postant votre commentaire, vous acceptez notre politique d'utilisation et nos mentions légales.
Si vous lisez quelque chose ici que vous considérez inapproprié ou offensant, s'il vous plaît contacter l'adresse: contact (at) finyear.com
Finyear: actus quotidiennes et meilleures pratiques pour les cadres financiers (CFO, trésorier, contrôleur, gestionnaire de crédit, comptable, cadre financier, etc ..).

The Financial Year by Finyear. Copyright Finyear 2007-2013. Vous devez utiliser nos outils de partage situés sur les articles.
SVP ne coupez-pas les articles issus de Finyear.com, ne les reroutez-pas par message sur le web sans autorisation : contact (at) finyear.com

Les derniers articles publiés sur Finyear


Lettres Finyear



Conférences


Magazine n°33


FY Research


Livres Blancs



L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30