Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Les résultats des entreprises entretiennent la dynamique haussière sur les marchés actions


L’annonce des résultats des entreprises, globalement positifs, confirme le scénario vertueux d’une reprise économique progressive. L’assainissement des fondamentaux économiques favorise la valorisation des marchés actions. Parmi les titres à privilégier, les valeurs de croissance offrent un profil attractif. Toutefois, le fardeau des dettes publiques dans les pays développés risque de peser, à terme, sur l’ensemble des agents économiques.




Les résultats des entreprises, un soutien important à la progression des marchés actions
Les premières annonces de résultats trimestriels confirment la tendance déjà entrevue lors des derniers mois de 2009 : l’environnement économique des entreprises est en nette amélioration. Les bénéfices et chiffres d’affaires officialisés ces derniers jours s’avèrent dans l’ensemble meilleurs qu’attendus (Intel, IBM, Google pour les technologiques américaines, LVMH, Roche ou Nestlé en Europe).

Ces « bonnes surprises » résultent finalement d’une hausse régulière des indicateurs conjoncturels avancés, notamment aux USA: indice des directeurs d’achat aux USA (ISM manufacturier) à 59,6 à fin mars contre 55,9 à fin décembre 2009, indice composite des indicateurs américains en hausse de 1,4 % en avril, révision à la hausse de la croissance mondiale en 2010 par le FMI à 4,1 %, hausse de la production industrielle en Europe (+0,9 % en mars)… Elles résultent également du retour progressif à la normale des conditions de financement et d’accès au crédit pour les entreprises, leur permettant d’investir, et de la fin du phénomène de déstockage, favorable à la consolidation des marges.

Nous maintenons donc le cap concernant l’allocation de notre portefeuille en surpondérant les actions, dont le rendement des dividendes reste attrayant, et en privilégiant les zones géographiques à croissance avérée, tout particulièrement les Etats-Unis et le Japon. Du côté des obligations, nous délaissons la dette souveraine des pays de la zone euro, au profit de celle des Etats-Unis, des émergents et du crédit aux entreprises (obligations High Yield).

Parmi les titres à privilégier, les valeurs de croissance à long terme qui offrent des dividendes pérennes: nous apprécions Sodhexo, Nestlé ou Eutelsat, dont le bénéfice net par action (BPA) est en progression constante. Concernant l’obligataire souverain, l’emprunt américain à 10 ans offre un rendement intéressant de 4 %.

Des entreprises en meilleure santé que les Etats…
L’amélioration économique en cours reste néanmoins exposée à la détérioration de la dette publique des Etats occidentaux (qui dépasse 100% du PIB aux Etats-Unis et au Japon). A terme, l’incapacité à résorber les déficits publics ou pire, à contenir simplement leur augmentation, risque de peser sur l’ensemble des agents économiques et donc, sur toute perspective de croissance soutenue et durable. Le cas grec en est l’illustration, les dettes publiques devront tôt ou tard être transférées vers la sphère privée. Cela implique une hausse de la fiscalité tant pour les entreprises que les ménages, limitant ainsi la faculté des uns à investir et des autres à consommer. Aujourd’hui, l’opposition entre une situation micro-économique saine et dynamique, et un endettement public fort, milite encore pour le maintien de politiques monétaires accommodantes de part et d’autre de l’Atlantique.
Les taux longs sont maintenus à des niveaux bas (3,20% à 10 ans pour le Bund allemand, 3,40% à 10 ans pour l’obligation française), exception faite du coupon grec qui se tend à un niveau record de 8,8%.

Ce commentaire est signé Christophe Brulé, Président d’Entheca Finance

A propos d’Entheca Finance
Entheca Finance est une société de gestion indépendante créée en novembre 2007. Après 22 ans passés sur les marchés financiers (Paribas AM, IXIS PCM et Compagnie 1818), Christophe Brulé a créé Entheca Finance dans le but de bâtir une structure à même de construire une relation réellement personnalisée avec chaque investisseur privé, tout en proposant une gestion patrimoniale qui réponde aux enjeux d’aujourd’hui. C’est pourquoi la gestion d’Entheca Finance est fondée sur une méthodologie d’allocation d’actifs dite flexible, qui permet le contrôle de la volatilité des portefeuilles.

Jeudi 29 Avril 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News