Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les rachats d’entreprises cotées par leurs actionnaires majoritaires : un phénomène à nouveau d’actualité


Le moral des investisseurs en actions européennes est bas en cette fin d’année 2011 : l’environnement global, économique et politique, est pour le moins incertain ; et pour les valeurs cotées, s’il est indéniable que les valorisations boursières sont historiquement faibles, il est prévisible que les publications des prochains trimestres seront bien inférieures aux attentes des analystes, qui anticipent une croissance de l’ordre de 10% des profits en 2012.




C’est pourtant dans de tels contextes d’incertitude et de valorisations basses que survient un type bien particulier d’opérations financières : les retraits de la cote par des actionnaires majoritaires, qu’il s’agisse de groupes industriels, financiers voire familiaux. Les exemples des périodes octobre 2002-mars 2003 et novembre 2008-mars 2009 attestent de l’abondance de telles transactions- peu fréquentes dans l’absolu lors de périodes de déprime boursière :

- Octobre 2002 : OPA de Ifil et Auchan sur Rinascente, coût 800 M€, prime 30%,
- Novembre 2002 : OPA de la famille Benetton sur le flottant de Autostrade pour 8 Mds€,
- Novembre 2002 : OPE de Carrefour sur Carrefour Spain, prime 20%,
- Novembre 2002 : OPA de Eni sur le flottant de Italgas, pour 2Mds€, prime 22%,
- Mars 2003: OPA aux Pays Bas de l’actionnaire familial sur le groupe de construction Volker Wessel, prime 60%
- Novembre 2008 : la famille Quandt rachète le flottant du groupe allemand de chimie de spécialité Altana pour 900 M€, prime 38%,
- Février 2009 : OPE de Generali sur sa filiale Alleanza, prime de 6%
- Mars 2010 : tentative d’OPE du cimentier Italcementi sur sa filiale Ciments Français, mise en échec par les porteurs de dettes.

Pourquoi ces actionnaires majoritaires osent-ils défier le consensus dans des marchés déprimés ? A cela plusieurs réponses. D’une part ils savent parfaitement ce qu’ils achètent, le risque de mauvaises surprises est inexistant ; de même ils ont une connaissance précise des économies et synergies, assez limitées au demeurant, qu’ils pourront tirer de cette opération : frais de cotation, autres réductions de frais généraux, et éventuelle intégration des achats. Enfin le risque managérial est à peu prés nul, puisqu’il ne s’agit pas de fusionner deux entreprises concurrentes avec des doublons hiérarchiques.

La reprise de telles opérations a commencé : le groupe suédois Sandvik a, le mois dernier, lancé une OPA sur les 31% de flottant de sa filiale Seco Tools (instruments de fraisage), pour 500M en offrant 30% de prime. Et tout récemment le groupe français Guyenne et Gascogne a retenu l’attention avec l’offre en cash proposée par son principal actionnaire Carrefour.

Les conditions de cette dernière opération ont déçu mais l’on voit bien qu’en général ces opérations procurent aux actionnaires des primes substantielles par rapport aux derniers cours cotés.

Comment en bénéficier ? Nous détenons de nombreux titres qui peuvent faire l’objet de telles offres, et dont les tailles de capitalisations boursières sont très variables ainsi qu’il apparaît ci-dessous :

Les rachats d’entreprises cotées par leurs actionnaires majoritaires : un phénomène à nouveau d’actualité

Nous espérons bien que 2012 sera l’occasion pour nos fonds de bénéficier de ces opérations !
Frédéric Redel, Gérant de CCR Mid Cap Euro

Le présent document est fourni à titre exclusivement informatif. Ce document a été élaboré par CCR Asset Management, Société Anonyme au capital de 5 304 000 euros, ayant son siège au 44 rue Washington, 75008 Paris ( 388 368 110 RCS Paris) et agréée par l’Autorité des Marchés Financiers en qualité de société de gestion de portefeuille en date du 30 novembre 1992 sous le numéro GP 92016.
Ce document s’adresse aux investisseurs institutionnels et aux partenaires de distribution. Il ne constitue en aucun cas une offre, ou un appel d'offre, ni même un conseil pour acheter ou vendre quelque placement ou produit spécifique que ce soit dans une quelconque juridiction. Bien que ce document ait été préparé avec le plus grand soin à partir de sources que CCR Asset Management estime dignes de foi, il n'offre aucune garantie quant à l'exactitude et à l'exhaustivité des informations et appréciations qu'il contient, qui n’ont qu’une valeur indicative. CCR Asset Management décline toute responsabilité à l’égard de toute décision d’investissement ou de désinvestissement qui serait prise sur la base des données figurant dans cette présentation.
Il convient pour chaque produit de se reporter, préalablement à toute souscription, aux documents d’information légaux (prospectus complet, dernier rapport annuel) ainsi qu'au dernier état périodique.
Vous pouvez obtenir ces informations en accédant librement à notre site Internet : www.ccr-am.com
Ces documents, qui comportent des informations en termes de risques, de commissions et de coûts, peuvent également être obtenus sur simple demande écrite à l’adresse suivante : CCR Asset Management - Washington Plaza - 44, rue Washington - 75008 Paris.

Mercredi 4 Janvier 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs