Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Les pratiques de paiement en Europe : taux de croissance variables


Les économies nationales de la Grèce, de la Pologne, de la Roumanie et de la Russie augmentent rapidement mais, dans certains cas, dans des conditions nettement différentes et avec des caractéristiques culturelles spécifiques, tel que clairement démontré dans les termes et les pratiques de paiement des différents pays. Ceci est juste l'une des conclusions du sondage de quatre nations EOS sur les << pratiques de paiement en Europe >> en 2007. Par le biais de cette enquête menée en octobre 2007, EOS et Ipsos, l'organisation indépendante de recherche de marché, ont sondé 200 entreprises en Grèce, en Pologne et en Russie, respectivement, et 45 en Roumanie, sur les pratiques de paiement les plus courantes dans leur pays.




Grèce: des termes de paiement souples
En Grèce, le niveau moyen de dette active en fonction du chiffre d'affaires total est de 25%. Plus d'un quart des entreprises sondées ont indiqué que le compte à recevoir moyen par débiteur est de plus de 10 000 EUR. Puisque les grecs ont aussi des conditions de crédit à long terme (105 jours en moyenne), il se peut que la liquidité manque dans d'autres domaines. Peu d'entreprises s'attendent à ce que la situation s'améliore à l'avenir, tandis que 35% s'attendent même à ce que le niveau des pratiques de paiement se détériore davantage.

Pologne : le respect des échéances de paiement rapporte gros
En moyenne, 9% des factures polonaises sont payées à temps. Cependant, à 10% des ventes, le niveau de dettes actives est nettement inférieur à celui des entreprises en Russie, en Grèce et en Roumanie. Les polonais n'allouent que 37 jours entre l'échéance du terme du crédit et la réception du paiement. Plus de deux tiers des entreprises polonaises ont leur propre gestionnaire de crédit, tandis que 75% travaillent avec des fournisseurs de services à l'externe.

Roumanie : la vérification des clients
Presque 90% des entreprises roumaines font examiner la côte de crédit de leur client avant de conclure les affaires. Ce taux n'a été dépassé que par la Grèce (92%). Les entreprises n'ont souvent pas d'experts en gestion de crédit en interne ni d'agences de recouvrement en externe.

Russie : moins de vérification du crédit
Malgré un grand pourcentage de nouveaux clients, en moyenne, un peu moins de la moitié des entreprises russes vérifie la côte de crédit de leurs clients potentiels avant de mener des affaires avec eux. Ceci se traduit par un risque de pertes liées aux créances irrécouvrables. Plus de la moitié des entreprises en Russie se servent d'experts en gestion de crédit. En moyenne, moins qu'un cinquième le font en externe.

EOS Group
Avec plus de 3 100 employés répartis dans 21 pays, le EOS Group, une entreprise de Otto Group, est l'un des prestataires de services financiers leaders en Europe. Les 37 entreprises oeuvrant au sein du Group sont actives dans les domaines d'affaires de la gestion de l'information, la gestion des arriérés et la gestion des comptes clients. Elles travaillent auprès de quelque 20 000 clients dans le monde, notamment des banques et des sociétés d'assurance, des usines de fabrication, des ventes par correspondance, des services publics, des cabinets de télécommunications et des entreprises de TI.
Toutes les conclusions du sondage d'EOS peuvent être visionnées sur Internet sur :
www.eos-solutions.com/surveys

EOS_Payment_Practices.pdf EOS_Payment_Practices.pdf  (1.26 Mo)


Mardi 29 Avril 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News