Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Les opérations de croissance externe menées en 2009 ne font pas le compte


Selon l’étude European Buy & Build Monitor publiée en 2010 par Silverfleet Capital en collaboration avec mergermarket, les sociétés de capital‐investissement européennes ayant souhaité créer de la valeur, en 2009, dans leur portefeuille grâce à des opérations de croissance externe (add‐ons) se sont retrouvées pour la plupart contrariées dans leurs efforts.




Cette étude publiée souligne une diminution de près de 50% des acquisitions réalisées en Europe par les groupes en portefeuille des sociétés de capital‐investissement, soit un nombre de 203 en 2009 contre 397 en 2008. Il s’agit du chiffre le plus bas enregistré depuis 2004. La valeur totale a également chuté à un peu plus de 3.3 milliards d’euros, bien loin des 26.2 milliards d’euros enregistrés en 2007. Cette valeur s’inscrit également comme la plus faible depuis 2003.

Les opérations de croissance externe menées en 2009 ne font pas le compte

Sources : mergermarket/Silverfleet Capital

L’étude met en exergue le recul de l’activité des fusions‐acquisitions dans sa globalité; les chiffres démontrent aussi plus particulièrement la forte baisse des add‐ons en proportion du volume du marché des transactions de type fusions‐acquisitions.
Volume d’opérations (Europe)


Les opérations de croissance externe menées en 2009 ne font pas le compte

Sources : mergermarket/Silverfleet Capital

En France
En France, 22 acquisitions d’entreprises dites « plateformes » ont été réalisées en 2009 sur un total de 165 acquisitions à l’échelle européenne. Il y a eu 32 add‐ons, soit 38% du montant total des opérations de capital‐investissement en France ; 20 ont été effectuées sur le territoire (soit 63%), contre 12 hors de France.
Ces dix dernières années, 173 acquisitions de sociétés plateformes ont été conclues en France sur un total de 1 267 opérations, ce qui place la France en quatrième position en Europe sur les dix dernières années. Sur cette même période, 171 add‐ons ont eu lieu en France contre 120 hors de France sur un total de 291 add‐ons issues d’entreprises plateformes basées en France.

Dans l’attente d’un retour à l’équilibre
Les entreprises ont été confrontées à de nombreux obstacles pour envisager des acquisitions, avec entre autre des d’actifs de qualité qui se sont faits rares, des vendeurs qui n’ont pas ajusté à la baisse leurs attentes de prix et un manque de financement bancaire. Les équipes dirigeantes ont eu également peu de marge de manoeuvre : un fort effet de levier précédemment engagé qui ne rassurait pas dans un contexte économique difficile.
Les entreprises qui ont effectué des add‐ons ont utilisé davantage de fonds propres et moins d’effet de levier. Ainsi, Silverfleet Capital a récemment syndiqué une partie de son investissement dans la société Kalle, basée en Allemagne, qui est une plateforme d’acquisition et de consolidation dans le marché des boyaux pour la charcuterie. De la sorte, le groupe a augmenté significativement les fonds disponibles pouvant être utilisés à tout moment pour le financement d’acquisitions, et ceci à un coût bien moins élevé que celui d’un engagement ferme de la part des banques.

Des perspectives encourageantes pour 2010
A quoi faut‐il s’attendre en 2010 ? Malgré les frustrations de l’an dernier, bon nombre d’entreprises commencent à percevoir des améliorations sur le marché. A mesure que l’économie se redresse, la visibilité sur les performances des entreprises s’améliore.
Jean‐Lou Rihon, associé chez Silverfleet Capital, reste convaincu que l’achat et la consolidation sont des stratégies déterminantes pour la création de valeur. « Même en 2010, les sociétés de capital‐investissement vont devoir payer le prix fort pour les sociétés destinées à servir de plateformes. Malgré la faible proportion d’add‐ons, les synergies qu’elles permettent seront essentielles pour obtenir un TRI acceptable pour les investisseurs. A mesure que le marché des fusions‐acquisitions se redressera et que les banques se montreront plus désireuses de soutenir les entreprises solides, la proportion d’add‐ons se rétablira en 2010‐2011. »

Source Silverfleet Capital

Jeudi 20 Mai 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News