Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les moyens de paiement en France


En 2005, 11,2 milliards d’opérations de paiement de détail ont été échangées en interbancaire, ce qui signifie que plus de 14 milliards d’opérations de paiement ont été réalisées par la clientèle des banques. Chaque année depuis 1997, le nombre de paiements de détail progresse en moyenne de 3,9%.




Avec 3,23 milliards d’opérations, le chèque accroît sa baisse : - 4 % par rapport à 2004. Depuis 1997, les chèques diminuent chaque année de 2,3 % en moyenne. Ainsi, ils sont supplantés par les paiements carte CB depuis 2003, et depuis 2004 également par les virements et les prélèvements réunis (3,6 milliards d’opérations).

Les paiements carte CB et les prélèvements sont les moyens de paiement à la croissance la plus dynamique, respectivement + 6,35 % et + 7 % en 2005 :
- La progression des paiements carte (CB) , avec 4,17 milliards d’opérations en 2005, confirme que depuis plusieurs années ce moyen de paiement est privilégié par les Français. Depuis 1997, il augmente de plus de 10 % par an.
- Les prélèvements sont bien adaptés à des paiements mensualisés et aux paiements des services numériques par abonnement. Avec 1,82 milliard d’opérations en 2005, les prélèvements dépassent pour la première fois les virements (1,78 milliard). En moyenne, les prélèvements augmentent de près de 8 % chaque année depuis 1997.

(1) Les statistiques des échanges interbancaires produites par le Système Interbancaire de Télécompensation (SIT) constituent un bon indicateur des tendances avec la plupart des paiements de détail. On estime généralement que les opérations échangées dans les systèmes interbancaires représentent 80 % de l'ensemble des opérations émises par la clientèle.


Opérations interbancaires de détail en France, évolution 1997 - 2005

Les moyens de paiement en France
Source : GSIT (et BDF jusqu’en 2002).

Les moyens de paiement en France
La sur-utilisation du chèque en France par rapport aux autres moyens de paiement scripturaux
tend à se réduire
Source : GSIT (et BDF jusqu’en 2002)

Comparaison de la part des différents moyens de paiement en 1997 et en 2005

Les moyens de paiement en France
En 8 ans, le chèque perd 18 points, au profit des paiements cartes CB et des prélèvements.

Les moyens de paiement en France
Source : GSIT (et BDF jusqu’en 2002)

En termes de capitaux, on observe la hausse du montant des transactions par virement

Les moyens de paiement en France
Ainsi, en interbancaire, le montant moyen d’un paiement par chèque est de 552 € en 2005 (contre 593 € en 2003). Il s’élève à 959 € par virement en 2005. Celui d’un prélèvement est de 315 € et d’un TIP de 311 € en 2005. Le montant moyen d’un paiement par carte bancaire CB s’élève quant à lui de 48,50 €.


Dimanche 26 Mars 2006
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Balthazard le 25/05/2006 21:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis à la recherche d'un tableau me donnant les données chiffrées de l'évolution des différents moyens de paiement en France ces 5 dernières années (monnaies divisionnaires, billets, monnaie scripturale)
je prépare un cours sur la monnaie en classe de 1re
merci

2.Posté par Laurent Leloup le 25/05/2006 21:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voyez le site de la Banque de France et aussi celui de la Fédération Bancaire Française : www.fbf.fr Merci beaucoup

3.Posté par canetti le 05/06/2007 11:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faudrait faire la dissociation entre les particuliers et les entreprises dans votre analyse. En effet la LCR reste encore pour les entreprises le muyen de paiement le plus utilisé légèrement en baisse par rapport aux virement bancaire. D'autre part le virement commercial (V.Com) mérite aussi qu'on s'y attarde. Or votre analyse ne fait pas ressortir son évolution étant mélangé au virement classique.
Il s'agit d'un point de vue d'un responsable credit mais comme votre analyse est intégré dans un sujet tel que le DSO qui ne concerne que les entreprises cette dissociation me paraît importante.

4.Posté par CFO-news le 11/06/2007 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Cette étude émane de la Fédération Bancaire Française et se veut généraliste...nous ne sommes pas les auteurs de tous les articles et études du magazine CFO-news....Pour des études plus en phase avec le DSO, voir la rubrique crédit. Merci.




Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News