Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les matières premières font des bulles


Nous vivons une situation de marché paradoxale. En effet, les prix augmentent sensiblement sur de nombreux marchés alors que la demande baisse bien plus vite que l’offre. C’est par exemple le cas de plusieurs matières premières dont les cours s’envolent. A Chicago, le maïs a vu son prix au boisseau passer de 300 cents début septembre à plus de 400 cents le 17 novembre. Pourtant le niveau de la production mondiale de maïs reste stable (-0,4%) et la demande baisse au rythme de la diminution de la consommation mondiale de viande, le maïs est en effet largement utilisé pour nourrir le bétail à viande.




Pierre-Antoine Dusoulier
Pierre-Antoine Dusoulier
L’explication de cette baisse n’est pas à chercher dans les lois économiques traditionnelles de l’équilibre entre l’offre et la demande. Cette situation paradoxale ne s’explique que par la disponibilité massive de liquidités résultant des plans de reprises lancés par tous les pays. Cet afflux de liquidité et des taux d’intérêt extrêmement bas encouragent la spéculation et donc la hausse des prix. Une hausse que l’on constate sur l’ensemble des marchés avec certains cas extrêmes comme le cours de l’or qui franchit record après record.

Sur les marchés des matières premières, les acteurs jouent sur des indices composés d’un panier de produit (blé, maïs, soja …). Les achats massifs de ces indices portent aujourd’hui sur des volumes incomparablement plus élevés que la production réelle. Bref, les prix montent artificiellement sur des produits en partie fantômes. Les matières premières font des bulles et nous devrions nous attendre à de sévères déconvenues … à moins que.

Face à une baisse prévisible, certains outils modernes de trading sont adaptés. C’est le cas des CFD (Contract For Difference ou Contrat sur différence). Les CFD permettent des trades à la hausse ou à la baisse sur différents sous-jacents : actions, devises ou indices dont les indices des matières premières. Il existe plus de 6000 CFD différents, et près de 20 CFD sur indice, sur 20 places boursières mondiales. Les CFD peuvent aussi être vendus à découvert, ce qui offre la possibilité d'enregistrer un gain sur un marché baissier. Le capital investi n’est pas garanti, mais l’effet de levier peut atteindre 20 pour dynamiser l’investissement.

Les CFD sont donc un outil particulièrement performant sur des marchés baissiers. Ils sont tout indiqués pour intervenir à bon escient sur des marchés de matières premières en pleine création de bulles et dont la baisse est donc inéluctable.


Bon trades

Pierre-Antoine DUSOULIER, Président de Saxo Banque
www.saxobanque.fr

Lundi 30 Novembre 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs