Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les marchés agricoles ont atteint leur point bas


L’évolution des prix des matières premières à la baisse pèse aujourd’hui sur les agriculteurs, dont elle a précipité la chute des marges et déstabilisé toute la filière agroalimentaire.




Comme souvent, la chute des cours a été encore plus violente que leur hausse préalable. Après plusieurs mois d’un renchérissement d’une vigueur inédite, les principales denrées agricoles ont en effet brutalement perdu presque la moitié de leur valeur. Pas un marché n’a été épargné. Prenons le blé. Le contrat janvier 2009 côté sur Euronext Paris s’est effondré de presque 60% depuis son pic historique atteint en février 2008. Le colza ne s’en sort guère mieux, avec une chute de 50% en seulement quatre mois !

Cette baisse est excessive et milite pour un rattrapage. Plusieurs forces de rappel devraient faciliter ce rééquilibrage attendu. C’est le cas des niveaux de stock, aujourd’hui non loin de leurs plus bas niveaux historiques. Ce n’est pas tout. La baisse des cours depuis plusieurs mois a amené de nombreux exploitants à travailler à contre-marge et donc, à envisager de réduire leurs surfaces plantées. D’où un déséquilibre prévisible entre une offre conjoncturellement sous pression et une demande qui reste vigoureuse. Car si la crise économique actuelle tempère la consommation, des tendances de fond structurelles vont continuer d’accroître la demande finale pendant encore de nombreuses années (alimentation de plus en plus protéinée dans les pays émergents, développement des biocarburants…).

Le problème s’est donc radicalement inversé en quelques mois à peine. Préjudiciable il y a peu pour le pouvoir d’achat des consommateurs, et notamment des populations les plus vulnérables, l’évolution des prix pèse aujourd’hui sur l’amont de la filière agroalimentaire, dont elle a précipité la chute des marges. Plus que tout autre actif, la recherche d’un prix d’équilibre est donc indispensable pour permettre un approvisionnement équilibré du marché mondial : trop hauts, les prix maintiennent les denrées alimentaires hors de portée des populations pauvres. Trop bas, ils empêchent les agriculteurs d’investir et menacent leurs récoltes futures. Les prix évoluant sans filet dans des amplitudes alarmantes, le risque d’une déstabilisation du marc é est donc important. D’autant qu’en l’absence d’un cadre réglementaire et administratif qui soit en mesure de canaliser les prix à l’échelle mondiale, la recherche d’un prix d’équilibre ne peut passer que par les forces de marché.

La déstabilisation vraisemblable de la filière agroalimentaire n’est pas sans rappeler l’industrie pétrolière qui, avec un baril à moins de 50 dollars, peine à trouver les ressources indispensables aux investissements vitaux, nécessaires au maintien de l’équilibre entre l’offre et la demande. Il est donc temps de tirer la sonnette d’alarme sur la chute des cours, qui met en difficulté l’amont de la filière qui aujourd’hui, non seulement manque de moyens, mais aussi voit réellement son activité menacée de faillite.

Dans ce contexte, les investisseurs financiers peuvent aider à corriger cette volatilité désormais structurelle des marchés agricoles en facilitant l’atteinte d’un prix d’équilibre. Reste que ces rééquilibrages se font en ordre dispersé, par à-coups, au rythme erratique de rebonds et de corrections techniques.

Le commentaire de PRIM’
Les marchés agricoles ont atteint leur point bas
Quel type d’exposition adopter, dans ces conditions, pour un investisseur ? Le contexte désormais structurellement volatile des marchés agricoles milite plutôt pour une gestion active, facilitant la détermination du prix en apportant de la liquidité au marché. Ainsi, elle offre des perspectives de performance sur le long terme pour les investisseurs, conciliables avec un comportement responsable.

A propos de PRIM’ :
PRIM’ est une société de gestion de portefeuille entrepreneuriale créée en 2002 par d’anciens collaborateurs de BNP Paribas. PRIM’ a développé une forte expertise en gestion de futures :
- Bêta : une gestion indicielle au service des matières premières (or, pétrole)
- Alpha : une gestion volatiliste sur les indices boursiers européens
- Kappa : un basculement opportuniste entre gestions Alpha et Bêta (sur les matières premières agricoles et les indices boursiers européens)

Mercredi 7 Janvier 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs