Les investisseurs sont plus exigeants en matière de capital-investissement responsable


Selon 88 % des sociétés de capital-investissement interrogées par PwC, l'investissement responsable devrait susciter plus d’intérêt au cours des cinq prochaines années.




L’étude « Investissement responsable : La création de valeur à partir des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance » réalisée par PwC montre également que la moitié des sociétés de capital-investissement interrogées ne présentent pas actuellement de politique ESG ou en matière d'investissement responsable. Or, sans les politiques et les capacités appropriées, les mesures prises par les sociétés risquent de ne pas satisfaire les exigences des investisseurs institutionnels. Ces nouvelles attentes des investisseurs sont le principal facteur qui les incitera à renforcer leurs actions concernant les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). D’autant plus que 94% des sociétés interrogées admettent que les activités ESG peuvent créer de la valeur d'investissement.

PwC a interrogé 17 sociétés de capital investissement pour analyser les mesures prises par le secteur du capital-investissement en matière d'investissement responsable. Parmi ces sociétés, six figurent parmi les dix plus grandes sociétés mondiales, et onze autres parmi les 50 plus grandes.

L’étude montre qu’il n’existe aucune corrélation entre la taille des sociétés de capital-investissement et la maturité de leur approche en matière d'investissement responsable. De même, l'approche en matière d'investissement responsable des sociétés de capital-investissement cotées et non cotées ne présente pas de nette différence.

Des progrès restent à faire
Selon PwC, la moitié des entreprises interrogées ne présentent pas de politique spécifique en matière d’investissement responsable. Seules 40% d’entre elles ont mis en place des systèmes pour mesurer la création de valeur par les activités ESG. Et elles sont 47 % à ne pas rendre compte publiquement de leurs programmes ESG.

Au regard de ces tendances, les priorités des sociétés de capital-investissement, portent sur la mise en place d’initiatives spécifiques, d’un système de mesures approprié et complet, et la diffusion d’un reporting rigoureux et systématique sur la stratégie, les actions et la création de valeur ESG.

Par exemple, l’étude montre notamment que si les due diligence ESG de pré-acquisition commencent à se généraliser, très peu de sociétés prennent en compte ces informations dans les objectifs fixés pour le traditionnel plan des « 100 jours ».

Selon Sylvain Lambert, associé PwC en charge de l’activité Développement durable « Il n’est pas étonnant de trouver peu de documents externes rendant compte des actions ESG, car la communication des fonds s’adresse essentiellement aux investisseurs. » Il ajoute « nous avons constaté que le manque d'expertise et de capacité interne ont fait obstacle au progrès en matière de gestion des questions ESG, c'est pourquoi les sociétés de capital-investissement ont dû se concentrer sur un sous-ensemble de sociétés sous-jacentes, plutôt que d'adopter une approche globale de portefeuille. »

94% estiment que les activités ESG peuvent créer de la valeur d'investissement
Les sociétés de capital-investissement admettent que les facteurs qui les incitent le plus à mettre en place des initiatives ESG sont les suivants :
- d’abord, pour mieux gérer le risque tout au long du cycle de vie de l’investissement ;
- ensuite, pour répondre à l’intérêt croissant des investisseurs, dont beaucoup sont signataires des indicateurs onusiens PRI. 41% es sociétés de capital-investissement interrogées étaient signataires de ces PRI à la date de l’étude.
- puis, pour réduire leurs coûts et augmenter leur efficacité opérationnelle.
- Enfin, la réglementation.

Le critère de la réduction des coûts est essentiel, puisque 94 % des sociétés interrogées estiment que les activités ESG peuvent créer de la valeur d'investissement, et plusieurs ont constaté des économies de coûts, des revenus supplémentaires grâce à de nouveaux produits, ou une meilleure réputation. Ainsi, Doughty Hanson estime à 21 millions d’euros le gain de revenus annuel lié à son programme d’investissement responsable. Le principal obstacle reste le fait que les sociétés manquent de données financières mesurées pour évaluer l’impact d’une politique ESG sur leur activité, leurs coûts et leurs revenus.

À propos de l’étude « Investissement responsable : La création de valeur à partir des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance »
PwC s'est entretenu avec 17 sociétés de capital-investissement, dont six figurent parmi les dix plus grandes sociétés mondiales de capital-investissement, 11 parmi les 50 plus grandes, et six parmi les sociétés de taille intermédiaire. 10 sociétés ont leur siège social en Europe et sept aux États-Unis. Sept des groupes sont signataires des Principes pour L'investissement Responsable de l'ONU. L'étude relève qu'un examen du processus de conformité pour les membres signataires des PRI était déjà en cours. Il est possible qu'à l'avenir une communication obligatoire soit exigée des signataires.

PwC
www.pwc.fr

Téléchargez ci-dessous l'étude complète en anglais (PDF 20 pages)

pwc___etude_private_equity_responsable_040412.pdf PwC - Etude Private Equity Responsable 040412.pdf  (6.81 Mo)


Mardi 10 Avril 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Finyear lettres métiers