Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les firmes multinationales anticipent une nouvelle croissance de leurs investissements internationaux d'ici 2009


Les flux d’investissements internationaux (IDE) devraient continuer à croître au cours des trois prochaines années malgré les inquiétudes concernant l’instabilité financière et une montée possible du protectionnisme dans certains pays : c’est la principale conclusion de l’enquête de la CNUCED « Perspectives de l’investissement mondial », rendue publique aujourd’hui. Les résultats sont basés sur les réponses de près de 200 dirigeants de firmes multinationales (FMNs) du monde entier. Plus des deux-tiers d’entre elles déclarent avoir l’intention d’accroître leurs dépenses d’investissement à l’étranger sur la période 2007 et 2009 (figure 1).




Cette croissance prévisible des investissements internationaux, qui touchera pratiquement tous les secteurs d’activité et tous les pays d’origine, est imputable à une conjonction de facteurs tels qu’une croissance économique mondiale soutenue, des niveaux élevés de profits et l’abondance des ressources financières externes. Les investissements de création de capacités constitueront le mode d’entrée le plus utilisé dans les pays en développement, tandis que les investissements dans les pays développés prendront davantage la forme de fusions et acquisitions (figure 2).

L’accès aux marchés de grande taille et/ou en croissance rapide constituera le principal motif de l’investissement à l’étranger (plus de la moitié des réponses), suivi par l’accès aux ressources (17% des réponses), tout particulièrement à la main d’œuvre qualifiée. L’accès à un faible coût du travail a également été mentionné dans un pourcentage significatif des réponses recueillies (9%).

Par ailleurs, les risques géopolitiques et financiers ont été mentionnés par les firmes comme les principaux facteurs d’incertitude susceptibles de compromettre la croissance de leurs investissements à l’étranger. L’éventualité de tensions protectionnistes a également été fréquemment évoquée. Plus de 80 % des réponses considèrent ces trois risques comme « importants » ou « très importants » (figure 3).

Outre la production et la distribution, l’internationalisation devrait de plus en plus affecter toutes les autres fonctions de l’entreprise. Près d’une firme sur deux envisage par exemple d’accroître la part de ses activités de recherche et développement au cours des trois prochaines années (figure 4).

Un nombre croissant d’entreprises s’intéresseront à des investissements lointains, à l’extérieur de leur région d'origine. L’intérêt porté aux économies émergentes, notamment en Asie et en Europe, devrait continuer à s’accroître. En particulier, l’Asie de l’Est et du Sud constituera une priorité de plus en plus affirmée pour les investisseurs. Les réponses recueillies font apparaître la Chine et l’Inde comme les deux destinations les plus attractives dans le monde, tandis que le Vietnam, classé à la sixième place, peut être considéré comme une étoile montante.

Globalement, l’Amérique du nord et l’Europe de l’Ouest demeurent des destinations prioritaires pour les investisseurs. Les Etats-Unis sont classés comme la troisième destination privilégiée dans le monde. Deux pays d’Europe de l’Ouest – Le Royaume-Uni et l’Allemagne – prennent également place parmi les 10 principales destinations, suivies de près par la France (figure 5). En Europe de l’Est, la Pologne obtient un très honorable 10ème rang mondial.

Les investisseurs expriment également un intérêt croissant pour les pays d’Europe du Sud-Est et la communauté des Etats Indépendants La Russie, mentionnée par 20 % des firmes, prend rang au sein du « top-5 » des destinations mondiales privilégiées par les investisseurs. En Amérique latine, Le Brésil et le Mexique prennent rang parmi les dix pays les plus attractifs. Par contre, l’Asie de l’Ouest et l’Afrique continueront à rester des destinations marginales, malgré l’existence de niches d’investissement dans les industries extractives et la croissance récente de l’investissement étranger dans certains pays du pourtour méditerranéen (Afrique du nord, Turquie…).

L’enquête sur les perspectives de l’investissement mondial 2007-2009 est la plus récente d’une série d’études prospectives sur le sujet, menées régulièrement par la CNUCED depuis 1995.

Figure 1. Evolution prévue des flux globaux d’investissements à l’étranger, 2007-2009

Source: CNUCED, Perspectives de l’investissement mondial
Source: CNUCED, Perspectives de l’investissement mondial

Figure 2. Mode d’implantation pour quelques pays d’accueil, M&As versus projets greenfield, 2007-2009

Source: CNUCED, Perspectives de l’investissement mondial
Source: CNUCED, Perspectives de l’investissement mondial

Figure 3. Impact de différents facteurs de risque sur les investissements à l’étranger, 2007-2009

Source: CNUCED, Perspectives de l’investissement mondial
Source: CNUCED, Perspectives de l’investissement mondial

Figure 4. Développement à l’international par fonction d’entreprise, 2007-2009

Source: CNUCED, Perspectives de l’investissement mondial
Source: CNUCED, Perspectives de l’investissement mondial

Figure 5. Les 20 pays les plus attractifs pour l’accueil des investissements internationaux,
2007-2009


Source: CNUCED, Perspectives de l’investissement mondial
Source: CNUCED, Perspectives de l’investissement mondial

Vendredi 19 Octobre 2007
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Thierry Castalan le 26/10/2007 13:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Super article ; les figures 4 et 5 sont malheureusement peu lisibles - pouvez-vous mes les envoyer dans une version améliorée ?
merci. Réponse de CFO-news : les voici par mail séparé. Merci




Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs