Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Les filiales de Legg Mason livrent leur analyse des opportunités à venir


Les filiales de Legg Mason livrent leur analyse des opportunités à venir ainsi que des thèmes qui devraient animer les marchés d’actions et d’obligations globales, et les marchés d’actions d’Asie-hors Japon et émergents :




Gérant de portefeuille chez Global Currents Investment Management, George Foley déclare au sujet des actions globales : «L’effondrement des résultats des sociétés et l’impact de la récession laissent ainsi augurer un nouveau cycle de valeur. Les valorisations intégrant désormais des résultats revus en baisse, les investisseurs peuvent, à condition de faire preuve de prudence, profiter des opportunités offertes par les sociétés de qualité qui dégagent des bénéfices et une croissance des dividendes confortables, et dont la structure financière est solide. Nous privilégions les sociétés cycliques qui ont été lourdement sanctionnées mais dont les prévisions sont prudentes et le potentiel de revalorisation élevé.

« Ailleurs, nos analystes évaluent les opportunités présentes dans les secteurs de la consommation discrétionnaire, des matériaux de base, de la santé et des technologies – dont les valorisations sont actuellement attractives. Malgré les pertes subies l’année dernière, l’histoire montre que le rebond des marchés d’actions intervient généralement bien avant la fin de la récession et s’accompagne de performances élevées. Par conséquent, les investisseurs qui tiennent le cap pourraient à terme être récompensés. »

Spécialiste produit senior chez Western Asset Management, Mike Zelouf déclare au sujet des obligations mondiales : « Nous continuons de privilégier les obligations du secteur privé, en particulier les obligations d’entreprises investment grade, actuellement les plus intéressantes du segment obligataire. Leurs valorisations intègrent en effet un taux de défaut encore inédit et qui ne se concrétisera très probablement jamais. Par ailleurs, en dépit du marasme économique, les sociétés affichent des bilans relativement solides. Nous restons convaincus que la dette subordonnée du secteur financier offre des valorisations très intéressantes. Selon nous, le marché a péché par excès de pessimisme et le prix de nombre de ces instruments reflète des scénarios très peu probables.

« Les Mortgage-backed securities (MBS, titres adossés à des créances hypothécaires) émis par Fannie Mae et Freddie Mac restent attractifs, compte tenu des rachats programmés par la Fed. Toutefois, dans la mesure où ces rachats font progresser les cours, nous envisageons de prendre nos bénéfices et de les réinvestir dans des obligations d’entreprises investment grade. »

Gérant de portefeuille senior chez Batterymarch Financial Management, Ray Prasad déclare au sujet des actions asiatiques : « Même si les grandes nations asiatiques sont - du fait de leurs partenariats commerciaux - plus vulnérables au ralentissement de l’économie mondiale que les autres marchés émergents, les perspectives de l’Asie restent prometteuses. Les pays asiatiques sont généralement consommateurs nets de matières premières, dont les prix ont reflué. Cette tendance profite donc à leur balance courante et à leurs réserves de change, ce qui accroît leur marge de manœuvre budgétaire et monétaire. Pour stimuler leur croissance domestique, ces pays ont ainsi les moyens de mettre en place des plans de relance reposant sur la baisse des taux d’intérêt, la relance budgétaire et d’autres initiatives qualitatives. Tirée par la Chine, l’Asie sera, selon nous, la locomotive de la croissance économique mondiale en 2009. Lors des précédents épisodes de volatilité induits par le pessimisme des investisseurs, notre modèle de sélection des titres a sous-performé et enregistré des performances négatives, à l’image de celles subies au quatrième trimestre 2008. Toutefois, tout regain d’appétit pour le risque devrait profiter aux sociétés de qualité et permettre à notre processus de sélection de créer de la valeur.

« Compte tenu de ses valorisations attractives, de ses perspectives de croissance supérieures à la moyenne et de la solidité financière des Etats, des entreprises et des ménages, nous restons confiants dans la capacité de l’Asie hors Japon à tirer son épingle du jeu à long terme. »

S’agissant des actions des marchés émergents, Ray Prasad déclare : « Bien qu’ils soient revenus à leur niveau de décote historique, les marchés émergents conservent - malgré la révision en baisse des prévisions de résultats - de meilleures perspectives de croissance bénéficiaire et de rentabilité que les marchés développés. Nous continuons d’y trouver des opportunités d’investissement, soutenues par la demande domestique. Le potentiel d’appréciation des devises, l’ampleur des réserves de change et la vigueur de la consommation domestique dans de nombreux pays émergents entretiennent un contexte favorable aux bénéfices des entreprises, qui devraient ainsi mieux résister à la crise actuelle des marchés financiers.

« Par ailleurs, les marchés émergents restent sous-capitalisés. Ils représentent plus de 80% de la population et de la superficie de la planète, près de 70% des réserves de change et plus de 50% du PIB (mesuré à parité de pouvoir d’achat) mais seulement 10% de la capitalisation boursière mondiale. Ce potentiel de croissance devrait donc se traduire par une hausse des cours et, à terme, par une croissance de l’offre d’actions. »

A propos de Legg Mason
Legg Mason, Inc., basée à Baltimore (Etats-Unis), est une société de gestion de fonds internationaux dont l’encours total sous gestion s’élève à 698 Md$ au 31 Décembre 2008. Présente dans 180 pays, Legg Mason se classe au 9ème rang des gestionnaires d’actifs internationaux1. Ses filiales de gestion d’actifs, détenues à 100% et dont l’exploitation est indépendante, gèrent des portefeuilles d’actions et d’obligations sur les grands marchés internationaux. Ensemble, elles offrent une large gamme de styles de gestion d’actifs.
www.leggmason.fr

(1) Source : Pensions & Investments, 26 mai 2008, classement d’après les encours sous gestion mondiaux au 31 décembre 2007.

Mercredi 25 Mars 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News