Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les entreprises plus exigeantes vis-à-vis de leur fonction audit interne


Les entreprises plus exigeantes vis-à-vis de leur fonction audit interne pour maîtriser un environnement de risque plus complexe




Enquête PwC 2012 sur l’état de la profession Audit Interne
Sans surprise, près des trois quarts des 1 530 dirigeants interrogés dans le cadre de l’enquête annuelle PwC sur l’état de la profession Audit Interne soulignent que le plus grand risque pour leur organisation en 2012 est l’incertitude économique internationale. Dans ce contexte, les entreprises attendent de leurs auditeurs internes qu’ils élargissent et approfondissent leur champ d’action, et les aident à naviguer à travers des risques qui évoluent rapidement, par exemple dans les domaines de la confidentialité et la sécurité des données, des réglementations et des impacts des politiques gouvernementales. Cependant, alors que 74% des personnes interrogées disposent d’un dispositif formel de gestion de leurs risques, seules 45% d’entre elles ont confiance en la maîtrise effective des principaux facteurs de risques.

Des risques accrus et pas totalement maîtrisés
Selon l’enquête menée par PwC, 80% des directeurs d’audit interne et parties prenantes interrogés considèrent faire face à un accroissement des risques. Or, 45% d’entre eux reconnaissent qu’ils n’ont pas confiance dans la maîtrise des 15 principaux risques ci-contre, et notamment dans la gestion des talents, les dépenses publiques/la fiscalité, la continuité des affaires et les grands programmes. Il est à noter que les risques considérés comme les « mieux gérés » par les comités d’audit diffèrent en France par rapport aux résultats obtenus au niveau mondial.

Comment les organisations gèrent-elles les risques suivants ?

Les entreprises plus exigeantes vis-à-vis de leur fonction audit interne

Risks well managed – according to CAEs
Ranking :
#France
#Global

Economic uncertainty
#1
#8

Fraud and ethics
#2
#10

Energy and commodity costs
#3
#2

Regulations and government policies
#3
#5

Reputation and brand
#5
#4

Government spending and taxation
#5
#9

Financial markets
#7
#1

Competition
#7
#3

Mergers, acquisitions & JV
#7
#11

Business continuity
#7
#13

Commercial market shifts
#11
#7

Talent and labor
#11
#15

Data privacy and security
#13
#6

New product introductions
#13
#12

Large program risk
#13
#14

Les exigences sont plus élevées pour les fonctions audit interne
Les fonctions audit interne doivent désormais répondre à des exigences plus élevées de la part des parties prenantes. Au-delà de leur rôle traditionnel en termes de conformité et sur le domaine comptable/financier, les fonctions audit interne sont amenées à renforcer leur intervention sur d’autres sujets, par exemple sur la gestion des talents et des ressources, ou bien encore les fusions-acquisitions.

Quels sont les risques qui ne sont pas assez traités par l’audit interne ?

Les entreprises plus exigeantes vis-à-vis de leur fonction audit interne

Jean-Pierre Hottin, associé PwC spécialiste des Services à l’Audit Interne, souligne : «Pour renforcer la confiance des parties prenantes et être considéré comme un partenaire indispensable à la bonne marche de l’organisation, l'audit interne doit faire beaucoup plus que des missions de contrôle financier et de revue de la conformité. Il doit couvrir une plus large gamme de risques métier, donner des analyses approfondies, mettre ses conclusions en perspective pour l’entreprise, tout en sachant aller à l’essentiel dans la restitution de ses travaux aux parties prenantes. »

Il ajoute: «Notre enquête confirme que les Conseils d’Administration et les Comités d’Audit veulent que l’audit interne leur apporte l’assurance que les risques critiques pour leur activité sont bien maîtrisés. Le défi pour le Directeur de l’Audit Interne est de trouver un moyen de répondre constamment à ces attentes croissantes. »

En effet, le rôle de l’audit interne sera de plus en plus de porter une appréciation sur le dispositif d’identification, de traitement et de suivi des risques, et de rester en lien avec le pilotage de l’entreprise. Ainsi, les fonctions audit interne les plus performantes construisent leur plan d’audit à partir d’une évaluation exhaustive et top-down des risques de leur organisation, en prenant en compte l’ensemble du dispositif de gestion des risques, et notamment les travaux et l’articulation des lignes de défense. Des progrès restent à faire en la matière puisque, selon les résultats de l'enquête, 45% des organisations ne construisent toujours pas leur plan d’audit selon une approche aussi robuste.

L’enquête montre également que les fonctions audit interne des entreprises les plus avancées vont au-delà des constats sur les faiblesses et ont un rôle beaucoup plus moteur dans l’amélioration des dispositifs de gestion des risques et des contrôles. Ainsi, 78% des répondants à l'enquête faisant état d’une gestion des risques performante affirment que les directeurs de l’audit interne jouent un rôle actif au sein des comités de direction. En outre, ceux-ci tiennent compte dans leurs travaux du processus de gestion des risques de leur entreprise et savent adapter leur approche rapidement lorsque des changements sont nécessaires.

Quels obstacles pour la fonction audit interne ?
La principale barrière citée pour que l’audit interne atteigne ces nouvelles exigences est la résistance au changement – aussi bien organisationnelle que culturelle. Vient immédiatement après le manque de ressources et d’expertise en audit interne, qui ne permet pas toujours de répondre aux questionnements des parties prenantes et aux analyses approfondies demandées.

Quelles sont les barrières à l’extension du rôle des fonctions audit interne ?

Les entreprises plus exigeantes vis-à-vis de leur fonction audit interne

C’est pourquoi de plus en plus de fonctions audit interne se tournent vers des modèles de co-sourcing, qui leur permettent d’accéder plus directement à des expertises pointues, et d’aborder de nouveaux domaines de risques.

Méthodologie
L’enquête 2012 sur l’état de la profession Audit Interne a été menée durant le quatrième trimestre 2011 et le premier trimestre 2012, période pendant laquelle 1 530 personnes ont été interrogées dans 16 secteurs d'activité distincts à travers 64 pays. Cette année, en plus d’interroger les auditeurs internes directement, PwC a également pour la première fois demandé leur avis à des intervenants extérieurs à la profession, en interrogeant des directeurs financiers, présidents de Comité d’Audit, PDG et autres parties prenantes afin qu’ils partagent leurs points de vue sur le rôle de l’Audit Interne dans l'organisation et sa capacité à soutenir les activités de gestion des risques de l'entreprise. Plus de 660 parties prenantes différentes de l’Audit Interne ont ainsi donné leur avis en participant à l'enquête 2012, en plus de quelques 870 Directeurs de l’Audit Interne (DAI) à travers le monde. En outre, des entretiens individuels ont été organisés avec près de 100 DAI et parties prenantes, permettant à PwC de bénéficier pour la première fois d’un regard extérieur sur la profession.

A propos de PwC
PwC développe en France des missions d’audit, d’expertise comptable et de conseil créatrices de valeur pour ses clients, en privilégiant des approches sectorielles.
Plus de 169 000 personnes dans 158 pays à travers le réseau PwC partagent idées, expertises et perspectives innovantes au bénéfice de nos clients et partenaires.
Les entités françaises membres de PwC rassemblent 4000 personnes dans 25 bureaux.
Rendez-vous sur www.pwc.fr

Jeudi 31 Mai 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs