Journal quotidien finance & innovation
Financial Year Financial Year

Journal quotidien Finyear : finance & innovation all the year

 
 
 
 
 
              



Les entreprises exportatrices ont une meilleure croissance que celles exclusivement tournées vers leur marché intérieur


Selon notre dernière enquête réalisée auprès de 19 000 professionnels, les entreprises tournées vers l’export se portent mieux que celles qui se focalisent uniquement sur leur marché local.



Frédéric Bleuse
Frédéric Bleuse
Ainsi, 48% des entreprises internationales ont enregistré une hausse de leur chiffre d’affaires sur les 12 derniers mois, alors qu’elles ne sont que 36% des entreprises nationales à faire ce constat. Parmi les avantages d’une présence hors de leurs frontières, les entreprises citent un meilleur taux de fidélisation clients (pour 81% d’entre elles), une résolution des problèmes simplifiée (pour 78%) et une satisfaction client grandissante (78%). Les entreprises françaises partagent d’autant plus cette observation que 33% d’entre elles font état d’une croissance des bénéfices au cours des 12 derniers mois, contre seulement 9% pour les entreprises non exportatrices.

Les principaux enseignements de l’étude en France

- Les entreprises françaises s’accordent pour dire qu’en travaillant depuis un lieu physiquement proche de leurs clients, elles améliorent l’efficacité de leurs stratégies marketing (76%) et ont une meilleure compréhension des clients et du marché (74%).
- Ces données sont encore plus vraies au sein des entreprises de 250 salariés et plus, qui citent la connaissance client et marché dans 82% des cas, et l’efficacité marketing dans 81%des cas.
- Pour 70% des entreprises en France, la proximité avec les clients permet d’améliorer leur niveau de satisfaction.
- Près de la moitié des entreprises (44 %) pensent qu’elles pourraient développer des produits de meilleure qualité en étant proches de ceux qui les consomment.
- Des conseils sur la partie juridique et sur les mesures de régulation à l’international seraient déterminants pour lancer une dynamique d’exportation pour 62% d’entre elles.

L’exportation comme facteur de succès…

« Cette enquête révèle que les entreprises exportatrices enregistrent en général de meilleurs résultats que les entreprises uniquement axées sur les marchés intérieurs. Cette situation est probablement due au fait que les entreprises exportatrices ont une base de prospection plus large ou qu’elles ont une portée géographique plus importante, ce qui leur permet de se focaliser sur les régions du monde où la demande pour leurs produits ou services est en hausse ».

En effet, trois quart des entreprises interrogées déclarent que l’export leur permet de booster les ventes. Cependant, le fait d’être présent dans les pays de ses clients comporte d’autres d’avantages non négligeables pour le business et l’image de l’entreprise : l’amélioration de la fidélisation client pour 81% des sondés au niveau global, la hausse de la satisfaction client et la facilitation de la gestion des problèmes clients pour 78%, et l’approfondissement de la connaissance du marché et des pratiques clients pour 77%.

Pour les entreprises françaises, 76% d’entre elles déclarent que l’efficacité du marketing va de pair avec la proximité physique. Elle entraîne une meilleure compréhension des clients et des marchés (74%), améliore le taux de fidélisation des clients (72%) et dynamise les ventes (72%).

« Aujourd’hui, on entend partout l’expression ‘se rapprocher des clients’, mais sur des secteurs spécialisés, elle peut être prise au sens littéral. Nos entreprises partenaires nous ont indiqué que le fait d’avoir une présence physique à proximité de leurs clients leur apportait une valeur ajoutée indéniable pour développer leur activité ».

… mais nécessitant un accompagnement spécifique

L’expansion à l’étranger est une étape importante pour chaque entreprise, quelle que soit sa taille et son domaine d’activités. Sans support, cette ouverture peut toutefois représenter une source de difficultés.

Au niveau mondial comme en France, la majorité des entreprises (62%) tombent d’accord sur la nécessité d’être soutenues sur les questions juridiques et réglementaires. Dans l’Hexagone, elles sont même près de deux tiers (64%) des structures de moins de 49 salariés à accorder une grande importance à cet accompagnement sur les enjeux administratifs. Les Gouvernements ont alors un véritable rôle stratégique à jouer.

« Malgré la mondialisation omniprésente, s’établir à l’étranger est une tâche difficile lorsque l’on ne bénéficie pas d’un soutien adapté. D’où le fait que les entreprises du monde entier expliquent que l’aide la plus utile qu’elles peuvent attendre de la part de la délégation commerciale de leur Gouvernement se décline en trois catégories : conseils juridiques et réglementaires (62%), informations sur la fiscalité et les douanes (43%), astuces concernant les endroits où se constituer un réseau et rencontrer des entreprises locales (44%). Les centres d’affaires Regus peuvent en complément constituer un levier intéressant de par leur réseau mondial étoffé : ils facilitent la mise en place d’un business en s’acquittant des démarches administratives liées leur installation, et ils permettent une flexibilité dans le travail en ajustant les effectifs et les pays d’implantation ».

Méthodologie :
Plus de 19 000 professionnels issus de 96 pays ont été interrogés en janvier 2014. Ces personnes interrogées sont issues de la base de données de contacts de Regus à l’échelle mondiale. Elle compte plus d’un million de travailleurs actifs, dont la vaste majorité est représentée par des cadres, des membres de la direction et des chefs d’entreprise.Les chiffres de cette étude résultent de questions portant sur leur vision de l’export. L’étude a été menée et gérée par l’organisme indépendant MindMetre (mindmetre.com)


Frédéric Bleuse, Directeur Général France de Regus
www.regus.fr

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur

Mercredi 27 Août 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Blockchain Daily News


Actus Nasdaq