Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les dommages collatéraux de la politique monétaire américaine


Comme attendu, la Réserve Fédérale américaine n’a rien changé à sa ligne de conduite quant à son « tapering ». La FED a réduit un peu plus ses achats d’actifs. Désormais les injections de liquidités sur les marchés financiers refluent à 65 milliards de dollars par mois, contre 85 milliards avant le mois de décembre 2013. Cette décision confirme pour le moins l’état d’esprit très « selfish » de la banque centrale américaine : alors que les marchés émergents sont vigoureusement secoués par le virage monétaire de la FED depuis quelques semaines, entre déstabilisation des devises et forte correction boursière, l’institution monétaire n’a pas envisagé d’éventuelle suspension temporaire de son resserrement monétaire.




Prompte à pressuriser sa monnaie, par des mesures non conventionnelles inédites destinées à redynamiser la compétitivité économique des Etats-Unis au moment de la crise, la FED n’est aujourd’hui focalisée que sur la reprise de l’économie outre Atlantique. Celle-ci justifie une normalisation des conditions monétaires, au détriment des marchés émergents pour lesquels la hausse des taux obligataires pèse sur les déficits budgétaires, mais surtout les flux de capitaux. La perspective de taux plus rémunérateurs à l’avenir sur les emprunts d’Etat « core » diminue l’attrait des actifs à risque que représentent les actions des pays émergents.

Conséquence, les marchés sont pénalisés par un regain de volatilité et d’aversion au risque. Les tensions sur les Bourses émergentes ont gagné les marchés occidentaux et plusieurs arbitrages sont privilégiés. Le dollar US s’apprécie quasiment contre toutes les monnaies et le billet vert est particulièrement joué contre les devises émergentes (la livre turque est sous pression), tandis que l’or retrouve de son attrait auprès des investisseurs actifs. L’once d’or qui s’est appréciée de +3.35% depuis le 1er janvier, permet de protéger les portefeuilles contre les mouvements de capitaux massifs, dans un marché de nouveau « risk-off ». Les indices européens ont corrigé entre 2 et 3% depuis le début de l’année, offrant des niveaux d’entrée un peu plus intéressants qu’en fin d’année 2013, après un an et demi de revalorisation des PE. Même son de cloche à Wall Street, avec une baisse de -4.39% pour le Dow Jones.

Par Fabrice Cousté, Directeur Général de CMC Markets France
31 janvier 2014


Ce commentaire présente un caractère purement informatif et ne constitue ni un conseil en investissement, ni une recommandation d’achat ou de vente d’instruments financiers.

A propos de CMC Markets : Fondé en 1989 par Peter Cruddas, CMC Markets est l’un des principaux courtiers en CFD dans le monde. A l’origine spécialisé sur le marché des devises (Forex), CMC Markets s’est rapidement positionné sur les CFD (Contract for Difference), avant de lancer en 1996 la première plate-forme globale de trading en temps réel sur le Forex. Présent en France depuis fin 2010, CMC Markets est agréé par la FCA au Royaume-Uni (Financial Conduct Authority) et enregistré auprès de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution en France.
Les CFD (contract for difference) sont des produits financiers à effet de levier comportant un risque de perte supérieure au capital investi. Ces produits présentent un caractère hautement spéculatif. Ils sont destinés à des investisseurs avisés pouvant surveiller leurs positions de façon continue et ayant les moyens financiers de supporter un risque de perte en capital. Les CFD sont liés à des actifs sous-jacents extrêmement variés. Les CFD présentent des risques spécifiques qui peuvent varier grandement d’un produit à l’autre, par exemple s’agissant de la rapidité des variations des cours ou en matière de liquidité.

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur

Mardi 4 Février 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News