Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les dividendes seraient-ils une bouée de sauvetage pour la récession ?


Dans les rentabilités attendues des actions, les dividendes tiennent une place de plus en plus importante depuis que leurs rendements sont à des niveaux comparables ou supérieurs à ceux des obligations gouvernementales.




L’histoire nous enseigne que les stratégies d’investissement centrées sur des entreprises versant de hauts dividendes ont tendance à bien performer durant les périodes de récession par rapport aux autres types d’investissements en actions.

Concernant la récession actuelle, en raison de la baisse des profits et parce que les entreprises sont encouragées à conserver leurs liquidités (crédits bancaires tendus et perturbations sur les marchés des obligations d’entreprises) il est probable que nombre d’entre elles réduisent leurs dividendes.

Nous pensons qu’en 2009 les marchés connaîtront de très importants mouvements et évolueront dans un large trading range. Pour observer une reprise plus durable, les investisseurs devront attendre que les marchés aient anticipés l’atteinte du plancher des bénéfices.

Durant cette période les dividendes peuvent fournir une base attractive de revenus à condition qu’ils ne soient pas drastiquement réduits.

Les paiements de dividendes devraient être diminués plus sévèrement que pendant les périodes de récessions précédentes. Cette fois-ci le secteur financier est au coeur des problèmes or ce secteur paye de forts dividendes et fut responsable l’année dernière d’un tiers des dividendes mondiaux.

Nous nous attendons donc à ce que de nombreuses banques réduisent temporairement leurs dividendes ou qu’elles les suppriment complètement pour financier leur recapitalisation. Globalement, nous pensons que le secteur financier dans son ensemble diminuera ses dividendes de 40%.

Les secteurs défensifs représentent, quant à eux, près de la moitié de l’ensemble des dividendes et ils devraient, en moyenne, avoir la capacité de maintenir leur paiement. En prenant en compte tous les secteurs, les dividendes mondiaux devraient diminuer de 15% à 20 % durant cette récession.

Cependant, même après une telle baisse, les rendements des dividendes devraient demeurer attractifs d’un point de vue historique et par rapport aux taux d’intérêt sans risque.

Pour conclure, nous pensons que les entreprises qui ont des rendements de dividendes élevés et durables vont être recherchées par les investisseurs dans les prochaines années. Elles représentent une source de revenus solide dont l’évolution des cours est bien meilleure que celle du marché mondial des actions.

Extrait de la Lettre mensuelle d’investissement de nov-Déc. 2008 (ING INVESTMENT MANAGEMENT)

Mardi 2 Décembre 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs