Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les directeurs financiers des fabricants de produits de consommation voient 2011 comme une année de croissance


Malgré un marché volatile et des tendances démographiques instables, les directeurs financiers des fabricants de produits de consommation voient 2011 comme une année de croissance




- Les fabricants de produits de consommation endurcis par la crise démontrent une certaine résistance à l'impact mondial des évènements survenus au Japon et au Moyen-Orient
- L'augmentation de la base de consommateurs et l'expansion de la classe moyenne dans les marchés émergents devraient stimuler les demandes et les dépenses des consommateurs
- En Amérique du Nord, on adopte des perspectives prudentes tandis que les coûts de production et des marchandises demeurent un thème central ; des dépenses plates sont attendues en Europe

Les fabricants de produits de consommation du monde entier affichent une surprenante résistance et un optimisme réservé en ce qui concerne les perspectives de croissance en 2011, malgré la volatilité continuelle du marché et les fluctuations des tendances démographiques, selon une nouvelle enquête de KPMG International.

<< Une part d'optimisme prudent est observable, mais nous restons dans une conjoncture aux fluctuations constantes >>, a déclaré Willy Kruh, Président mondial de la pratique des marchés de consommation de KPMG. << Nous assistons encore à une érosion des dépenses, car les consommateurs dépensent tout simplement moins, et il est donc crucial de continuer à se focaliser sur l'amélioration de la gestion des coûts.

<< De plus, les problèmes fondamentaux étayant les perspectives révisées de Standard and Poor's sur les états-Unis ainsi que la menace de l'inflation en hausse en Chine, pourraient avoir des répercussions sur les dépenses de consommation tant en Amérique du Nord qu'en Chine, bien qu'il soit encore trop tôt pour le dire. >>

Trois quarts des cadres de la consommation interrogés affirment prévoir une augmentation des dépenses de consommation sur leurs marchés cibles et des performances financières de leur propre société en 2011, par rapport à 2010.

<< La discipline de gestion que les fabricants de produits de consommation ont adoptée tout au long de la crise a rendu bon nombre d'entre eux plus flexibles et plus efficaces, créant une base plus solide à partir de laquelle poursuivre la réussite >>, a déclaré M. Kruh.

64 % pensent que la situation actuelle au Japon et au Moyen-Orient aura peu voire aucun impact sur leurs opérations commerciales à long terme, bien que pour l'Asie-Pacifique en particulier, 80 % de toutes les personnes interrogées prévoient un impact soutenu sur la croissance économique au cours des 6 à 12 prochains mois. Dans le monde entier, les répondants considéraient davantage la volatilité du prix de l'énergie comme l'impact le plus durable de ces crises, 51 % d'entre eux prévoyant un impact à court terme sur la volatilité du prix de l'énergie et 40 % voyant un impact à long terme.

Pour l'étude intitulée << CFO Insights: A global survey of Consumer Markets exécutives >> (Perspectives des directeurs financiers : une enquête mondiale auprès des cadres des marchés de la consommation - kpmg.com/Global/en/IssuesAndInsights/ArticlesPublications/Pages/cfo-insights-global-survey.aspx), KPMG International a travaillé avec CFO Research Services afin d'interroger 291 directeurs financiers de fabricants de produits de consommation, en vue de solliciter et d'examiner leurs perspectives sur les problèmes affectant leurs secteurs et leurs segments de marché. Peu après les crises survenues au Japon et au Moyen-Orient, KPMG et CFO Research ont mené un second sondage auprès de plus de 150 directeurs financiers de fabricants de produits de consommations afin d'évaluer leurs perspectives sur l'impact que ces évènements auraient sur leurs entreprises et la croissance économique.

(En raison de sa longueur, il peut s'avérer nécessaire de copier cet hyperlien et de le coller dans le champ d'adresse URL de votre navigateur Internet. Le cas échéant, veuillez supprimer les espaces.)

Un oeil sur les coûts et la croissance

Bien que la crise économique ait eu un impact significatif sur les bénéfices et la croissance pour de nombreux fabricants de produits de consommation au cours des trois dernières années, les sociétés ayant survécu à la crise en sont ressorties plus fortes : près de 50 % des cadres déclarent posséder de meilleures structures de coûts, avoir de meilleures perspectives de croissances et jouir de meilleures relations avec leurs fournisseurs.

<< Nous assistons aux débuts d'un agenda de coûts de croissance dans le secteur de la consommation >>, a déclaré Mark Larson, Directeur mondial des ventes au détail de KPMG. << Nous entrons dans un nouveau paradigme caractérisé par une refocalisation sur la croissance, tout en préservant les marges et en investissant dans les technologies de l'information. Le secteur a appris à ses dépens qu'il ne pouvait pas passer outre l'aspect de gestion des coûts. >>

75 % des personnes interrogées dans le monde entier s'attendent à une augmentation des dépenses de consommation en 2011 par rapport à 2010. Dans une autre partie du sondage, les répondants ont identifié des marchés émergents tels que l'Asie, l'Inde et l'Amérique latine comme des régions à forte croissance et ont considéré que la croissance de la base de consommateurs et l'expansion de la classe moyenne dans ces marchés émergents - ainsi que l'adoption de la technologie par les consommateurs - auraient un impact positif sur leurs entreprises.

En Amérique du Nord et en Europe, cependant, les perspectives sont plus modérées. Les tendances de consommation dans ces régions indiquent une plus forte focalisation des consommateurs sur les économies, un intérêt plus important pour la sécurité, la santé et la viabilité, une consommation moindre de produits de luxe et une population vieillissante.

Plus de 40 % ont déclaré que le maintien de marges bénéficiaires constituerait un défi en raison de la hausse des coûts de production, des escomptes, de la conformité réglementaire et de l'instabilité du marché des devises. De plus, 60 % pensent qu'ils auront des difficultés à augmenter leurs prix.

Un positionnement prudent pour la croissance

Les répondants déclarent pour la plupart qu'ils augmenteront leurs parts de marché principalement par le biais d'une croissance organique : 74 % comptent pénétrer de nouveaux marchés géographiques - via l'ouverture de nouveaux magasins, la création de nouveaux canaux de distribution, ou d'autres mesures.

Les personnes interrogées aux états-Unis et au Canada ont l'intention d'employer des méthodes de croissance organique comme principal outil pour accroître leurs parts de marché. Les cadres d'Asie-Pacifique, d'Amérique latine et d'Europe déclarent qu'ils poursuivront également des stratégies organiques mais complèteront leur croissance au moyen de fusions-acquisitions.

Et dans une économie mondiale où la volatilité peut devenir la nouvelle norme - économiquement, environnementalement et politiquement parlant - 42 % des répondants, lorsqu'on les a interrogés sur l'impact des crises survenues au Moyen-Orient et au Japon, ont déclaré qu'ils étaient le plus susceptibles d'apporter des modifications à leurs politiques de gestion des risques, tandis que 40 % ont l'intention d'ajuster leurs programmes d'approvisionnement.

Des améliorations d'efficacité de la chaîne logistique sont cruciales pour les stratégies de croissances de plus de 50 % des personnes interrogées, qui ont l'intention d'améliorer leur structure de distribution, d'investir dans la technologie, de réduire leur inventaire et de consolider leurs fournisseurs.

L'investissement dans les technologies de l'information (TI) joue également un rôle significatif dans les initiatives de croissance stratégiques et celles liées aux coûts. Plus de 70 % des répondants déclarent que leurs sociétés investiront dans des systèmes informatiques pour la gestion de leurs relations avec la clientèle, la planification des ressources institutionnelles, la veille économique et leurs prévisions.

<< Face à une conjoncture du marché aussi volatile - s'ajoutant aux risques économiques créés par l'impact d'autres tendances sociales et environnementales - les détaillants et fabricants devront réfléchir à la manière de développer des plans de contingence et d'adapter leurs opérations et leurs stratégies pour répondre rapidement à ces changements spectaculaires. >>

KPMG & CFO Research

Vendredi 13 Mai 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs