Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les bénéfices des NTIC pour les entreprises


Il y a quelques semaines, Nathalie Kosciusko-Morizet a présenté le très attendu volet numérique du Plan de relance. Bilan : on reste sur notre faim ! Comme l’ADEN (cf. leur « lettre ouverte pour un New Deal numérique à la française»), je pense que ces annonces ne sont pas encore suffisamment ambitieuses au regard du formidable potentiel de ce secteur.




Les bénéfices des NTIC pour les entreprises
Bien sûr qu’insérer le numérique dans le plan de relance à hauteur de 800 M€ est une bonne nouvelle que nous nous devons de saluer – bien qu’ils étaient prévus avant même la crise économique que nous traversons – mais il faut aller au-delà. Les nouvelles technologies ne sont pas qu’un secteur à part, c’est aussi et surtout un outil au service de la compétitivité de nos entreprises. Elles doivent donc décrocher la place qu’elles méritent : grâce à leur valeur d’usage, elles permettent une productivité plus importante et sont nécessaires au développement des entreprises. En favorisant les NTIC, c’est donc une productivité dans tous les secteurs de l’économie qu’on encourage.

Ceci est particulièrement vrai dans le contexte actuel de crise et de perpétuelle mutation car c’est bien aujourd’hui qu’il faut agir pour être « au niveau » dans les prochaines années ! Ceux qui prendront de l’avance seront les leaders de demain. Par exemple, la dématérialisation des échanges entre les entreprises ou vers les administrations est un véritable enjeu des prochaines années mais encore trop peu développée et utilisée. La faible part de ces échanges s’explique notamment par la nécessité d’une « masse critique » qui crée un effet de seuil : pour qu’il y ait un intérêt à s’équiper, il faut qu’il y ait un volume de messages échangés suffisant. Un autre frein est la faiblesse des services accompagnant la dématérialisation. Les bénéfices sont, quant à eux, indéniables : simplicité, fiabilité, rationalisation et automatisation des processus qui permettront d’affecter des collaborateurs à des tâches à valeur ajoutée plus forte et donc d’améliorer la productivité de l’entreprise.

Pour que la prise de conscience de l’intérêt des NTIC pour l’économie ait lieu, il faut d’abord faire un travail de pédagogie sur ces pratiques auprès des PME. Un appui des pouvoirs publics serait le bienvenu ! L’Etat doit avoir un rôle en modernisant et en prenant en charge ces politiques structurelles qui permettront à la France de rester concurrentielle. Il doit accompagner les initiatives innovantes et porteuses de valeur ajoutée. Espérons et travaillons pour que cette prise de conscience ait lieu !

Pascal Houillon
Pascal Houillon tient un blog sur l’entrepreneuriat et la reprise d’entreprise : www.pascal-houillon.com
Il a fondé le 23 septembre 2008 l’Institut Sage afin de contribuer au développement des PME en France : www.institut-sage.com

Jeudi 16 Juillet 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs