Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les actifs mondiaux des fonds de pension atteignent de nouveaux sommets


Les actifs gérés dans les régimes à cotisations définies devraient dépasser en montant ceux gérés dans les fonds à prestations définies dans quelques années.




L'étude « Global Pension Assets Study » (1), publiée aujourd'hui par Towers Watson sur les actifs mondiaux des fonds de pension, indique que les principaux fonds de pension ont vu leur encours augmenter de 6% en 2014 dans les 16 principaux marchés (contre une augmentation d'environ 10 % en 2013) atteignant ainsi l'encours record de 36 000 milliards US$. Cette croissance s'inscrit dans la poursuite d'une tendance débutée en 2009 quand les actifs avaient augmenté de 18% en réaction à la chute de 22% de 2008 lorsque les encours étaient descendus à 20 000 milliards de US$. Les encours mondiaux des fonds de pensions ont augmenté de 6% en moyenne par an (en dollar US) depuis 2004.

Selon l'étude, les actifs des régimes à cotisations définies se sont rapidement développés dans les 10 années précédant 2014 avec un taux de croissance annuel composé de 7% à comparer à un taux de 4% pour les régimes à prestation définies. En conséquence, les actifs des fonds de pension à cotisations définies sont passés de 38% du total des encours des fonds de pension en 2004 à 47% en 2014 et devraient dépasser les actifs des régimes à prestation définies dans les toutes prochaines années.

Thierry de la Noue, Consultant senior Investment de Towers Watson France précise: « Le basculement de nombreux régimes vers un modèle à cotisations définies, que nous voyons devenir majoritaire très prochainement, indique clairement que celui-ci est en train de devenir le modèle de référence dans l'univers des fonds de pension mondiaux. Ce changement de paradigme va générer un transfert des risques et rebattre les cartes dans les modèles de gouvernance et de contrôle des fonds de pension, ce qui ne manquera pas de mettre à l'épreuve à la fois les gouvernements et l'industrie des fonds de pension à travers le monde. Les milliards de nouveaux membres de ces régimes vont avoir des attentes élevées et immédiates dans un univers où les rendements sont bas et où, dans bien des cas, les bénéfices de la mutualisation ne sont pas complètement mis à profit. Cette pression devrait générer une revue en profondeur de la chaîne de valeur pour améliorer son efficacité avec une étude attentive du retour sur investissement de chaque dépense. Le recours aux stratégies d'investissement passives et smart beta permettra aux fonds de pension à cotisations définies de réduire leurs frais. Ce mouvement de recherche d'économies à jusqu'à présent été limité, mais il va inévitablement prendre de l'ampleur pour devenir une grande force de changement pour le secteur. »

Les encours des fonds de pension s'élèvent à ce jour, selon l'étude, à 84% du PNB mondial, une progression notable par rapport aux 54% qu'ils représentaient en 2008.

D'après Thierry de la Noue : « Même si les bilans des fonds de pensions dans le monde se sont significativement améliorés depuis la crise financière, de nombreux fonds de pensions à prestations définies sont eux toujours dans des situations délicates du point de vue de leur solvabilité. Alors que les actifs des fonds de pension ne représentent toujours que 84% du PNB mondial, l'industrie des fonds de pension n'est pas reconnue comme un fournisseur de valeur ajoutée pour les salariés et les retraités. Pour démontrer leur efficacité, les régimes de retraite nationaux devraient parvenir à faire monter leurs actifs à 150% du PNB. Si, en parallèle, la bonne gouvernance des entreprises et l'investissement durable se voyaient reconnus comme de réelles sources de plus-values, l'univers des fonds de pension verrait son image s'améliorer radicalement. »

Selon l'étude, le prisme national pour les actions a perdu de son importance, l'actif investi en actions domestiques dans les portefeuilles des fonds de pension est passé, en moyenne, de 65% en 1998 à 43% en 2014. Les fonds de pensions américains sont ceux qui, au cours des dix dernières années, ont maintenu le plus fort intérêt pour les actions de leur marché domestique (67% en 2014), celui-ci s'étant même renforcé lors des trois dernières années. Les fonds canadiens et suisses sont ceux qui ont l'exposition la plus faible à leurs marchés actions nationaux (33% et 34% respectivement en 2014) et les fonds britanniques ont réduit leur exposition à leur marché action domestique de 50% depuis 1998 pour la ramener à 36%. Les fonds canadiens et américains ont, selon l'étude, gardé une très forte orientation nationale pour leurs investissements obligataires, et ce depuis que l'étude existe (respectivement 98% et 91% en 2014) alors que les fonds australiens et suisses ont significativement réduit leur exposition aux obligations domestiques depuis 1998 (respectivement de 31% et 17% au cours de la période).

Les allocations en produits alternatifs, en particulier dans les fonds investis dans l'immobilier et, dans une moindre mesure, les hedge funds, les fonds de private equities et les fonds de matières premières, sont passés, selon l'étude, de 5% à 25% dans les plus grands marchés. La plupart des pays ont augmenté leur exposition aux produits alternatifs lors des dix dernières années: L'Australie est le pays avec la plus forte progression (passant de 10% à 26%), elle est suivie par les Etats Unis (passés eux de 16% à 29%), la Suisse (de 16% à 28%), le Canada (de 13% à 22%) et le Royaume Uni (de 7% à 15%).

D'après Thierry de la Noue : « La tendance à la baisse des investissements en actions domestiques reflète un intérêt accru pour la gestion des risques et la diversification des actifs des portefeuilles. Suite à de nombreuses discussions avec les responsables des investissements de fonds de pension, il semble cependant que ce recentrage sur la gestion des risques les a fait se répartir entre deux groupes bien distincts : ceux qui ont diminué leur appétit au risque et ceux qui souhaitent en prendre davantage pour ne plus être en déficit. Il convient donc de bien comprendre le contexte à complexité croissante de l'univers des fonds de pension pour appréhender son état actuel et anticiper correctement son évolution. »

Autres éléments importants issus de l'étude :

Données relatives aux actifs des pays du P16 en 2014

- Le taux de croissance moyen à dix ans des actifs des fonds de pension internationaux (en monnaie locale) s'élève à un peu plus de 8%.
- Les marchés les plus importants sont les Etats Unis, le Royaume Uni et le Japon qui représentent respectivement 61%, 9% et 8% du total des actifs des fonds de pension.
- Tous les marchés couverts par l'étude ont un taux de croissance à dix ans composé positif (en monnaie locale).
- Le Mexique est le pays qui a le taux de croissance à dix ans composé le plus fort avec 19%, suivi de l'Afrique du Sud (13%), l'Australie (11%), Hong Kong (10%), le Brésil (10%) et le Royaume Uni (9%). Les pays avec les taux les plus bas sont le Japon (1%), la France (3%) et la Suisse (3%).
- Les chiffres sur dix ans indiquent que ce sont les Pays Bas qui ont le plus augmenté leurs actifs consacrés à la retraite en proportion de leur PNB, les faisant passer de 51% à 166%. Ils sont suivis par le Royaume Uni (de 37% à 116% du PNB) et les Etats Unis (de 32% à 127% du PNB).

Allocation d'actifs pour les pays du P7

- L'allocation en produits obligataires dans les marchés du P7 a diminué au total de 9% lors des 19 dernières années (passant de 40% à 31%) Durant la même période, l'allocation en actions a diminué de 7% (la réduisant à 42%).
- Les allocations en produits actions se sont réduites dans tous les marchés du P7. L'allocation en produits actions des fonds de pension japonais est passée de 48% en 2004 à 33% en 2013 pendant que celle des fonds de pension britannique est passée de 67% à 44% au cours de la même période. Cette allocation Actions est passée de 39% à 30% aux Pays Bas et de 51% à 41% au Canada. Les fonds de pension Australiens sont ceux qui ont maintenu la plus forte allocation en actions au cours de la période, celle-ci est de 51% en 2014.
- Les fonds de pension britanniques ont, au cours de la période, augmenté leur exposition aux produits obligataires (de 44% à 57%), de même que les fonds de pension japonais (de 44% à 57%); les deux seuls pays recensés par l'étude à avoir réduit leur allocation aux produits obligataires sont l'Australie (de 21% à 15%) et la Suisse (de 43% à 26%).

Répartition des actifs en fonds à cotisations définies et fonds à prestations définies dans les pays du P7

- L'Australie a la plus forte proportion des actifs investis en fonds à cotisations définies par rapport à ceux investis en fonds à prestations définies : 85% / 15%, viennent ensuite les Etats Unis : 58% / 42%. Seuls l'Australie et les Etats Unis ont davantage d'encours placés en fonds à cotisation définies plutôt que dans des fonds à prestations définies.
- Le Japon, le Canada et les Pays Bas sont des marchés dominés par les régimes à prestations définies avec respectivement 97%, 96% et 95% des actifs investis dans ce type de régime. Ces marchés, historiquement uniquement sous régime de prestations définies montrent aujourd'hui des signes d'évolution vers un régime à cotisations définies.

Notes

- P16 fait référence aux 16 plus grands marchés de retraite inclus dans l'étude, soit l'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Australie, le Brésil, le Canada, la Corée du Sud, les Etats Unis, la France, Hong Kong, l'Irlande, le Japon, la Malaisie, le Mexique, les Pays Bas, le Royaume Uni et la Suisse. Les pays du P16 représentent environ 85% des actifs totaux consacrés à la retraite
- P7 fait référence aux 7 plus grands marchés de retraite (soit presque 94% du total des actifs inclus dans l'étude), ce qui exclut l'Afrique du Sud, l'Allemagne, le Brésil, la Corée du Sud, la France, Hong Kong, l'Irlande, la Malaisie, le Mexique,
- Toutes les données sont arrondies et les données pour 2014 sont estimées.
- Toutes les dates se réfèrent à la fin de l'année calendaire concernée.

À propos de Towers Watson
Towers Watson (NYSE, NASDAQ: TW) est l'un des plus importants cabinets mondiaux de conseil au service des entreprises pour améliorer leur performance dans les domaines du capital humain et financier et de la gestion du risque. Avec 15 000 collaborateurs dans le monde, nous proposons conseils, technologies et solutions en matière de politiques d’avantages sociaux, de gestion des talents, de rémunération, de gestion du risque et des actifs qui y sont liés. De plus amples informations sur le site Web : towerswatson.com/fr-FR

(1) http://www.towerswatson.com/en/Insights/IC-Types/Survey-Research-Results/2015/02/Global-Pensions-Asset-Study-2015

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Lundi 16 Février 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News