Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les Services informatiques dans l’attente d'un retour de la croissance


Après un premier trimestre 2009 où la majorité des grands intégrateurs ont vu leurs revenus décroître en Europe, le second semestre n'a pas été meilleur avec une baisse d'activité d'environ 3%. Seules les deux sociétés indiennes Wipro et HCL Tech tirent leur épingle du jeu avec une croissance positive sur les deux trimestres. C'est ce qui ressort des rapports publiés par le cabinet The BathwickGroup.




Ce n'est donc pas encore la reprise dans le domaine des services informatiques en Europe. Le cabinet d'analyse de marché anglais rappelle que les décisions d'outsourcing sont en général très longues à prendre avec néanmoins des signatures de contra assez rapides motivés par la volonté des clients de boucler avant la fin du trimestre. Alors que le nombre de projets se contracte, l'utilisation des moyens offshore pour faire baisser les coûts et donc les prix augmente, tout particulièrement dans les secteurs manufacturiers et télécoms.

Intérêt et doutes sur les applications on-line

Les DSI lancent de nouveaux investissements dans des domaines qui peuvent rapidement apporter de la valeur : par exemple des « petits contrats » SaaS pour des applications départementales. Bathwick note en particulier un intérêt des DSI autour de Google Apps. La récente annonce de Microsoft avec Office Web Apps (même si Microsoft reste sur son modèle Software + Services selon lequel le Web vient en complément et non en remplacement) ne peut que conforter l'intérêt des DSI et pour ce nouveau modèle et les rassurer sur sa pertinence. A l'inverse les dysfonctionnements à répétition du service de messagerie Gmail de Google peuvent susciter quelques inquiétudes sur la disponibilité des applications.

Le cabinet note une tendance forte vers le Green IT, un sujet qui est plus au cœur des préoccupations des décideurs en Europe que de leurs homologues américains. Par exemple, le programme anglais Carbon Reduction Commitment Plan, qui sera applicable à partir de l'année prochaine, affectera quelque 2000 organisations.

Alors que l'environnement économique semble en voie d'amélioration, les sociétés de services informatiques européenne doivent engager un rééquilibrage de leur effectifs afin d'avoir jusqu'à la moitié de leur salariés dans les zones émergentes. Il s'agit désormais de fournir à la fois des services qualité pour un coût toujours inférieur. Toutefois, le climat général actuel ne facilite par les choses dans la mesure où cela passe par des réductions d'emplois en Europe. Du coût, ces derniers temps, les fournisseurs ont réduit leur communications sur leur stratégie en matière d'emploi.

Parmi les sociétés qui ont accompli un large rééquilibrage dans les deux dernières années, Steria est particulièrement exemplaire. Cette année, La filiale indienne de Steria sera l'entité la plus importante du groupe et devrait atteindre jusqu'à 40 % des salariés. L'inde, la Pologne et le Maroc sont désormais totalement intégrés dans le mécanisme de « delivery » des services.

Steria s'est aussi considérablement développé en Angleterre en rachetant la société Xanta il y a deux ans. De telle sorte que le Royaume Uni - en particulier le secteur public - est le pays où l'intégrateur réalise son plus gros chiffre d'affaires (environ 40%), en s'appuyant évidemment sur ses ressources à l'offshore.

Mercredi 21 Octobre 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs