Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Les « Jobs en or » 2015-2016


Quels sont les postes les plus attractifs et les plus rémunérateurs par Robert Half, leader mondial du recrutement spécialisé.




Avec 174 000 recrutements de cadres prévus cette année*, soit une hausse de 3% par rapport à 2014, le marché de l’emploi des cadres s’avère toujours plus ouvert. Cette conjoncture encourageante est une opportunité pour faire évoluer sa carrière. Afin de disposer d’éléments objectifs sur les métiers les plus porteurs, Robert Half, leader mondial du recrutement spécialisé, révèle les 7 « Jobs en or » 2015-2016 :

- Le Contrôleur de Gestion Opérationnel (Finance et Comptabilité)
- Le Comptable Auxiliaire (Finance et Comptabilité)
- L’Analyste Risques de Marchés (Financial Services)
- L’Actuaire Tarification IARD (Financial Services)
- Le Responsable des Relations Sociales (Juridique et Fiscal)
- Le Manager de la Sécurité des Données Numériques (Technologie)
- Le Directeur de la Stratégie Digitale ou Chief Digital Officer (Technologie)

L’avis d’Olivier Gélis, Directeur Général de Robert Half France

L’une des conditions pour réussir son évolution professionnelle - en interne comme au sein d’une nouvelle entreprise - est de se mesurer au marché de l’emploi. Ainsi, un candidat ou un collaborateur en poste, qui maîtrise ces données, peut mieux se positionner puis, le cas échéant, négocier – notamment sa rémunération. Dans notre contexte actuel, nos Jobs en Or sont des vrais indicateurs de gestion de carrière.

5 experts de Robert Half France analysent ces métiers :
- Bruno Fadda, Directeur de Robert Half Finance et Comptabilité
- Baptiste Lambert, Manager de Robert Half Financial Services
- Sophie Hauret, Manager de Robert Half Juridique et Fiscal
- Fabrice Coudray, Directeur de Robert Half Technologie
- Christophe de Bueil, Manager de Robert Half Technologie

‘Job en or’ Finance – Le Contrôleur de Gestion Opérationnel H/F

L’analyse de Bruno Fadda, Directeur de Robert Half Finance et Comptabilité

Proche du « terrain », le métier de contrôleur de gestion opérationnel permet à ceux qui l’exercent de comprendre en détail l’activité de leur entreprise et ainsi d’apporter une véritable valeur ajoutée en matière d’aide à la décision. La demande du marché sur cette fonction clef reste toujours très soutenue.

Quelle est sa fonction ?
Le contrôleur de gestion opérationnel fait souvent l’objet d’un double rattachement :
- Hiérarchique, avec un responsable d’activité (direction de site industriel, marketing et commerciale…)
- Fonctionnel, avec un responsable de la filière gestion/finance (directeur de contrôle de gestion, directeur financier, contrôleur financier…)
Les fondamentaux de la fonction sont les mêmes que ceux d’un contrôleur de gestion siège ou central :
- Coordination du processus budgétaire
- Elaboration des reportings et des tableaux de bord
- Production d’analyses et de recommandations
La particularité de cette fonction réside dans sa proximité avec les activités de l’entreprise :
- Il s’agit d’un contrôleur de gestion industriel quand il est affecté sur un site de production et qu’il est en charge de la détermination des prix de revient, de la valorisation des stocks et du suivi de la performance des équipements et de la main d’oeuvre
- Un contrôleur de gestion commerciale accompagne la direction des ventes dans l’analyse des revenus et des marges par produit ou par ligne de service.
- Un contrôleur de gestion SI (systèmes d’information) est en charge du suivi des budgets et des projets de la direction informatique.

Quel est son profil ?
- Diplômé(e) d’une Ecole Supérieure de Commerce ou d’une formation universitaire du type Master 2 en gestion finance
- Maîtrise de l’anglais, d’Excel et des différents outils de reporting de Business Intelligence et surtout d’un ERP pour les grands groupes.

Quelle évolution de carrière ?
Il peut compléter son parcours en passant par du contrôle de gestion en siège et central, ou évoluer vers un poste de contrôleur financier ou de responsable du contrôle de gestion.

Opportunités/Challenges 2015-2016
Les enjeux de l’entreprise liés au poids des fluctuations économiques placent le contrôle de gestion opérationnel au coeur des processus de décision organisationnelle et stratégique.

-------------

‘Job en or’ Comptabilité – Le Comptable Auxiliaire H/F

L’analyse de Bruno Fadda, Directeur de Robert Half Finance et Comptabilité.

Le marché de l’emploi sur les métiers de la comptabilité est particulièrement dynamique et notamment pour les profils qui présentent une grande polyvalence. C’est donc le cas pour les comptables auxiliaires et plus particulièrement pour ceux qui ont un bon niveau d’anglais et qui maîtrisent un ERP.
Les « Jobs en or » 2015-2016

Quelle est sa fonction ?
Il s’agit d’un poste que l’on retrouve essentiellement dans les PME / PMI et filiales de groupes. Souvent rattaché à un chef ou un responsable comptable, le comptable auxiliaire a un rôle polyvalent qui couvre à la fois la tenue de la comptabilité des fournisseurs et clients, mais également de la comptabilité bancaire.
- Facturation des clients, enregistrement comptable des opérations de vente, suivi de la balance âgée, recouvrement…
- Enregistrement des factures fournisseurs, règlements, gestion des notes de frais…
- Rapprochements bancaires
- Justification des comptes
Ces différentes responsabilités viennent en complément de celles du comptable général qui intervient pour sa part notamment sur les déclarations fiscales courantes, mais aussi sur la révision des comptes en vue de l’établissement des bilans.

Quel est son profil ?
Diplômé d’un bac + 2 type BTS ou DUT comptabilité gestion, il a pu débuter sa carrière sur un poste d’aide comptable ou de collaborateur en cabinet d’expertise.

Quelle évolution de carrière ?
Il peut évoluer vers un poste de responsable de la comptabilité des fournisseurs ou des clients dans une plus grande structure, mais également vers un poste de comptable général en fonction de sa formation initiale et de sa polyvalence technique.

Opportunités/Challenges 2015-2016
Avec ses compétences clés pour l’entreprise, le comptable auxiliaire est un profil recherché. C’est pourquoi le marché de l’emploi peut afficher une pénurie de candidats. Ceux qui présentent une bonne polyvalence technique, des capacités d’adaptation et une dimension internationale auront le choix dans les opportunités qui leur seront offertes.

------------

‘Job en or’ Banque – L’Analyste Risques de Marchés H/F

L’analyse de Baptiste Lambert, Manager de Robert Half Financial Services.

Ces dernières années ont vu les banques soumises à de nouvelles obligations règlementaire plus contraignante (Bâle 3) pour lesquelles les Analystes Risques de Marchés jouent un rôle central. Concernant ces profils, la triple compétence Financière - Quantitative - Informatique est très recherchée.

Quelle est sa fonction ?
- Responsable du développement des méthodologies de mesure et de suivi des risques de marché (variations de taux d’intérêt, change ou cours)
- Garant de la minimisation du coût du risque des différents métiers
- Chargé du suivi de l’implication des variations de marché sur la valeur de l’actif ou du passif d’une banque, d’un asset manager ou d’un assureur.

Quel est son profil ?
- Ecole d'ingénieurs, de commerce avec spécialisation en finance ou Bac +5 universitaire en mathématiques financières et finance
- Bonne connaissance des activités de marché et des produits financiers
- Très bonne maîtrise des outils informatiques et du VBA
- Maitrise de l'anglais

Quelle évolution de carrière ?
L’évolution la plus fréquente est verticale vers un poste de management ou horizontale vers un poste similaire dans une structure différente (banque d’investissement, asset management, assurance, société de conseil).

Opportunités/Challenges 2015-2016
Ce poste très exposé requiert à la fois des connaissances techniques en mathématiques financières et un bon niveau de compréhension macroéconomique. Il implique également une bonne communication en transverse avec d’autres départements car les risques directement liés aux opérations de marché ne comprennent pas le risque de crédit ni les risques opérationnels.

------------

‘Job en or’ Assurance – L’Actuaire Tarification IARD H/F

L’analyse de Baptiste Lambert, Manager de Robert Half Financial Services.

Les changements réglementaires (Loi Hamon notamment), ainsi que la transformation progressive des canaux de distribution (Internet) amènent les acteurs d l’assurance à renforcer leurs équipes et à changer leur façon de travailler sur une population de candidats historiquement pénuriques.

Quelle est sa fonction ?
Elle comprend trois grands champs :
- Améliorer la compétitivité des tarifs proposés aux clients
- Comprendre et modéliser le comportement du client
- Mener des études actuarielles afin d’optimiser le ratio sinistre /rentabilité des produits

Quel est son profil ?
Il est généralement titulaire d’une formation supérieure en mathématiques, statistiques ou actuariat. Il dispose d’une première expérience en actuariat inventaire, provisionnement ou solvabilité 2. Il doit avoir la maîtrise de SAS, ainsi qu’une capacité à manipuler aisément d’importantes bases de données

Quelle évolution de carrière ?
Les perspectives qui s’offrent à l’Actuaire Tarification IARD sont celles de Responsable d’actuariat produit. Il existe des passerelles possibles vers des postes de Data Scientist et d’actuariat R&D.

Opportunités/Challenges 2015-2016
Dans le contexte de la Loi Hamon, la nécessité de comprendre plus finement le comportement des clients, leurs évolutions et leur élasticité s’impose à la plupart des compagnies d’assurances. Ces dernières sont amenées à renforcer leurs équipes.

--------------

‘Job en or’ Ressources Humaines – Le Responsable des Relations Sociales H/F

L’analyse de Sophie Hauret, Manager de Robert Half notamment spécialisé en Ressources Humaines.

A l’image d’une société en perpétuelle transformation, les valeurs et les comportements en entreprise évoluent. Les DRH (Directeurs des Ressources Humaines) prennent en considération les nouvelles attentes des salariés qui s’expriment moins exclusivement en termes matériels, mais plus en termes de qualité de vie au travail et d’épanouissement personnel. Ils font également face à des exigences réglementaires en matière d’environnement de travail (prévention du harcèlement, de discriminations ou de risques psychosociaux…). Dans ce contexte, les DRH placent le Responsable des Relations Sociales comme un acteur incontournable dans le maintien d’un climat et d’un dialogue social constructifs.

Quelle est sa fonction ?
Rattaché généralement au DRH, le Responsable Relations Sociales travaille en étroite relation avec les juristes droit social et l’ensemble des Responsables des Ressources Humaines. Garant de la qualité du dialogue social avec les représentants du personnel et les organisations syndicales, ses principales responsabilités résident dans :
- La définition de la stratégie et du calendrier social en cohérence avec les enjeux opérationnels
- Le pilotage des relations avec l’ensemble des instances représentatives du personnel
- La préparation et l’animation de la négociation des accords collectifs
- La gestion des contentieux individuels et collectifs en matière sociale
- La veille juridique et la mise en conformité avec les nouvelles réglementations législatives et conventionnelles.

Quel est son profil ?
Diplômé d’une formation supérieure en droit social, il a idéalement effectué une première partie de carrière en cabinet d’avocats où sa technicité en relations individuelles et collectives a été éprouvée. Il a ensuite évolué au sein d’une Direction des Ressources Humaines de taille significative et influente.

Quelle évolution de carrière ?
S’il sait naviguer dans un environnement politique, le RRS pourra évoluer naturellement sur une fonction de Direction Relations Sociales France. Doté d’un profil international il pourra envisager de briguer une fonction de DRH Europe. Il est également courant de bifurquer vers un poste plus généraliste opérationnel de ‘Human Resources Business Partner’.

Opportunités/Challenges 2015-2016
Dans un environnement réglementaire qui tend à se renforcer et des entreprises qui s’internationalisent, la fonction est de plus en plus intégrée dans la décision stratégique et se positionne comme un véritable vecteur de performance globale et durable permettant de gérer autrement le capital humain des organisations.

------------

‘Job en or’ Technologie - Le Manager de la Sécurité des Données Numériques H/F

L’analyse de Fabrice Coudray, Directeur de Robert Half Technologie.

Le Big Data est au centre de l’économie numérique. La question de la sécurité des données devient une problématique à laquelle se confronte toute entreprise opérant une transformation digitale. Au sein du top management de l’entreprise, le Manager de la Sécurité des Données Numériques est le garant de la protection des actifs en termes de données et de système d’information.

Quelle est sa fonction ?
- Responsable de la mise en place d’une stratégie, en conformité avec les aspects juridiques, sociaux, managériaux de la sécurité.
- A la tête d’une équipe de taille variable selon le type d’entreprise, en charge d’identifier, développer, mettre en oeuvre et maintenir les processus, de façon transverse dans l'organisation, visant à réduire les risque informatique et à augmenter la sécurité des données.
- Son équipe traite les incidents, fixe les normes en matière de sécurité, définit les procédures et politiques de sécurité, et effectue les contrôles nécessaires, tout en veillant à prévenir l’obsolescence des technologies de sécurité informatique acquise par l’entreprise.

Quel est son profil ?
- Connaissance fonctionnelle des métiers relatifs au secteur d’activité de l’entreprise et des éventuelles règlementations inhérentes
- Expertise en Systèmes, Réseaux et Sécurité informatique qu’il a acquis lors d’un début de carrière en tant qu’ingénieurs système et/ou réseaux dans un département Infrastructure ou en tant que consultant dans un Datacenter (chez un opérateur télécoms par exemple.)
- Bonnes compétences en gestion de projets SI
- Solides connaissances en droit numérique et droit des entreprises.
- Communiquant et fin négociateur : il doit souvent convaincre sa direction d’engager des sommes importantes en technologies de sécurité informatique bien en amont de la matérialisation d’un risque palpable par un non informaticien.

Quelle évolution de carrière ?
Il peut évoluer en tant que Directeur Infrastructure ou Directeur des Systèmes d’information dans un secteur impliquant une forte criticité des données.

Opportunités/Challenges 2015-2016
La sécurité, souvent parent pauvre des Directions des Systèmes d’Information, même au sein de groupe de taille importante, fait aujourd’hui l’objet d’une règlementation européenne, mettant les multinationales du continent face à la nécessité d’investir dans le domaine.
Le Manager de la Sécurité des Données Numériques devra opérer cette mise en conformité avec le souci de présenter à sa Direction Général une stratégie cohérente avec la réalité des risques propres à l’activité de l’entreprise, l’évolution rapide des technologies, les éventuelles contraintes budgétaires qui s’impose à lui.

-------------

‘Job en or’ Digital – Le Directeur de la Stratégie Digitale ou Chief Digital Officer H/F

L’analyse de Christophe de Bueil, Manager de Robert Half Technologie.

Opérant chez un annonceur issu d’un business model traditionnel, le Directeur de la Stratégie Digitale ou Chief Digital Officer est en charge d’initier ou d’accélérer une transformation digitale (et/ou omnicanale) d’envergure au sein de l’organisation. Aujourd’hui, environ 10% des entreprises du CAC 40 sont dotées d’un Chief Digital Officer, et on estime que ce chiffre va bien évidemment exploser dans les années à venir. C’est donc bien un Job en or !

Quelle est sa fonction ?
Il influence les décisions stratégiques globales pour qu’elles puissent idéalement prendre en compte tous les enjeux liés au Digital.
Il est de plus en plus souvent rattaché à la Direction Générale. Auparavant, le Chief Digital Officer dépendait plutôt de la Direction de la Communication, du Marketing voire de la DSI.

Quel est son profil ?
D’une formation d’école de commerce ou d’ingénieurs, ce type de profil n’est pas issu d’une filière type.
Très polymorphe, le parcours du candidat « idéal » a pu épouser différentes formes : entrepreneur digital chevronné désireux d’apporter son expérience à des organisations complexes issues de l’ancienne économie ou bien encore expert ayant déjà participé à une transformation digitale d’envergure au sein d’une organisation.

Quelle évolution de carrière ?
Le Chief Digital Officer tend par la suite à prendre des responsabilités plus globales, avec gestion d’un P&L à part entière sur un scope résolument cross-canal. Le poste de COO ou CEO est une prochaine étape cohérente.

Opportunités/Challenges 2015-2016
Tous les secteurs sont concernés, et les profils doivent être capables de faire muter des organisations complexes.

Au-delà des compétences liées à la vision du candidat, à la mise en place et au suivi de grands chantiers, il faut avoir du drive, être capable d’évoluer dans des environnements très matriciels, et pouvoir déployer cette vision sans l’imposer de manière trop verticale en suscitant une adhésion collective forte.

-------------

À propos de Robert Half
Fondé en 1948, le groupe Robert Half, pionnier du recrutement spécialisé temporaire et permanent, est aujourd’hui leader mondial de ce secteur pour tous les métiers de la finance, de la comptabilité, de la banque, de l’assurance, du juridique et du fiscal, de la technologie et de l’assistanat.
▪ Présent à Paris, La Défense, Versailles, Stade de France, Massy, Lyon, et Aix-en-Provence,
▪ Compte plus de 340 bureaux dans le monde (Etats-Unis, Canada, Europe, Australie, Asie, Nouvelle-Zélande).
www.roberthalf.fr

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 30 Juin 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News