Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les Français plus europhiles que la moyenne européenne


Le dernier sondage Eurobaromètre montre que le soutien à l'UE atteint son plus fort niveau en France depuis 15 ans. L’Eurobaromètre réalisé à l’automne 2007 témoigne d’une nette amélioration de l’image de l’UE.




Un contexte national plus porteur
Les Français continuent à juger que la situation économique de leur pays est mauvaise (72%), mais ils sont plus nombreux à parier sur une amélioration dans un proche avenir, contrairement à l'opinion de la plupart des Etats membres.
Le chômage reste le problème le plus important en France (38%), suivi de l'inflation (27%, +6 points). La place de l’insécurité (17%, -7) régresse.

Des indicateurs de soutien à l’UE en forte hausse
60% des Français (+8 depuis le printemps dernier) estiment que l’appartenance de leur pays à l’Union est une bonne chose, soit le résultat le plus élevé depuis une quinzaine d’années. Seulement 12% (-9) la considèrent négativement. La cote de confiance de l’UE reste stable, à 51%, mais la défiance recule de 7 points, à 34%.

Une action perçue comme plus légitime
Avec 86% des sondés qui pensent que la voix de leur pays compte dans l’UE, la France se place en tête. 44% (+5) croient que cette influence va s’accroître dans le futur.
Pour 14 domaines des 21 qui ont été testés, les Français préfèrent que les décisions soient prises au niveau communautaire par exemple, en matière de lutte contre le terrorisme (87%), de recherche (81%), d'environnement (80%), d'énergie (80%) ou de défense et de politique étrangère (75%). En revanche, le niveau national est préféré pour ce qui touche aux retraites (76%), à la fiscalité (69%) ou au système éducatif (68%).
Concernant les thèmes prioritaires pour l'Europe au cours des prochaines années, l'environnement arrive en tête (41%), devant l'immigration (36%) et la lutte contre l'insécurité (31%).

Cette étude est la première de cette ampleur réalisée depuis l’élection présidentielle et l’accord obtenu en juin dernier sur le traité de Lisbonne. Elle prend un relief particulier six mois avant la présidence française de l’Union.

Pour de plus amples informations : ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm

Jeudi 17 Janvier 2008
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs