Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Les 9 tendances IT pour 2009 par Citrix


Arrivé à la tête de Citrix Europe il y a à peine 6 mois, Scott Herren, le nouveau vice-président et directeur général de Citrix EMEA (voir biographie ci-dessous), fait un point sur les tendances technologiques de l’année écoulée et dresse un aperçu des tendances qu'il entrevoit pour 2009.




Scott Herren
Scott Herren
"Alors que l’Europe se trouve confrontée aux pires conditions économiques rencontrées depuis 70 ans, il est désormais essentiel de détecter les technologies capables de réduire les dépenses informatiques des entreprises quelle que soit leur taille". Scott Herren, vice-président et directeur général de Citrix EMEA

1 - La centralisation de la gestion informatique
Les entreprises chercheront de plus en plus de nouvelles façons de centraliser la gestion de leur informatique quotidienne afin de contrôler leurs dépenses. Les outils d’optimisation répondront parfaitement à ce besoin. L’entreprise se reposera sur des environnements de gestion et de déploiement des postes de travail suffisamment simples pour permettre à moindre coût les mises à jour inévitables vers les nouveaux systèmes (Microsoft Vista, Windows 7) et les applications de correctifs de sécurité. Les technologies de virtualisation des postes de travail sont une des solutions qui permettent la centralisation des postes : des postes de travail virtuels sont créés et réunis au sein du centre de données, ce qui permet une maintenance et une sécurisation simplifiées et à moindre coût.

2 - Le green IT
Importante en 2008, l’informatique verte est en passe de devenir primordiale en 2009. Devant la fluctuation incessante du prix du pétrole, la capacité à réduire sa consommation d'énergie sera un atout essentiel pour contrôler ses dépenses dans un contexte de crise économique. Consolider l’espace serveur et simplifier les environnements d’exploitation grâce à la virtualisation constitue un moyen efficace d’atteindre cet objectif. Les entreprises pourront également opter pour la consolidation de leurs agences associée à un développement du travail à distance, s'appuyant alors sur la mise à disposition d'applications. Pour les centres de données, il y aura en 2009 une prise de conscience accrue de l’importance de facteurs autres que la consommation d'énergie : la gestion des actifs, l'analyse des charges applicatives et une vision des systèmes informatiques à l'échelle de l'entreprise trouveront toute leur importance aux yeux de dirigeants qui comprennent désormais que se contenter de réduire la consommation d’énergie ne permet pas d’adopter une véritable approche environnementale.

3 - Le "Software as a Service" (SaaS)
Elément spécifique de l’informatique en nuage, le SaaS demeurera en 2009 un atout majeur pour l'entreprise, quelle que soit sa taille. Les entreprises ont besoin de nouveaux logiciels mais ne souhaitent pas attribuer un budget informatique précieux à leur développement ou à l’achat d’applications standards nécessitant une infrastructure spécifique et dédiée. Elles opteront donc sans hésiter pour des logiciels hébergés et gérés à distance. Cette approche réduit les coûts grâce à un contrôle centralisé et à une grande simplicité de gestion et de déploiement. Elle garantit aux utilisateurs une expérience cohérente et de grande qualité sur des applications et des données accessibles en toute sécurité depuis tout endroit.

4 - Adoption de l’informatique en nuage
La plupart des projets d’informatique en nuage étaient jusqu’à présent l’apanage des grandes entreprises, du fait de la nécessité de modifications organisationnelles importantes interdisant le plus souvent toute économie à court terme sur l'infrastructure. Cependant, le concept du nuage demeure attractif pour un nombre croissant d'entreprises. Il permet aux entreprises même modestes d’accéder à des technologies sophistiquées sans avoir à investir des sommes considérables dans une nouvelle infrastructure.

5 - L’internalisation favorisée par l’informatique en nuage
Selon moi, en 2009, les grandes entreprises diffèreront d'une manière générale leurs projets d'informatique en nuage. Cependant, on peut raisonnablement s’attendre à un développement de l’internalisation de certaines activités stratégiques de l’entreprise, comme la reprise après sinistre. Or cette internalisation s’appuie en grande partie sur certaines fonctionnalités de l’informatique en nuage. Si les entreprises faisaient jusqu’alors appel à des tiers pour gérer certains de leurs processus, elles chercheront désormais à économiser de l’argent en utilisant les ressources disponibles dans leurs serveurs virtuels.

6 - La protection centralisée des données
En matière de sécurité des données, la fin de l’année 2008 aura été marquée à la fois par le renforcement des règlementations en vigueur et par le développement des menaces. De très gros scandales liés à des pertes de données ont fait cette année la une de la presse et, depuis peu, dans de nombreux pays, la police est autorisée à demander des clés de chiffrement pour accéder aux informations à partir de n'importe quel périphérique. Dans ce contexte, la protection de la propriété intellectuelle contre le risque de perte de données lors des déplacements professionnels (tout particulièrement à l'étranger) constituera en 2009 l’une des premières priorités de l'entreprise. La tendance sera sans doute de rendre l’information stratégique accessible depuis n'importe quel périphérique, mais son stockage uniquement possible sur un serveur central.

7 - Repli vers des technologies connues et maitrisées
Les budgets rétrécissent, mais l’importance de l’informatique dans l’entreprise s’accroît. Certains domaines incontournables comme la sécurité et la conformité réglementaire ne seront pas impactés ou seront même renforcés, malgré des budgets moindres, tout particulièrement dans les secteurs d’activité fortement réglementés (comme la finance, par exemple). Dans ce contexte, la tentation de coller à des technologies déjà testées et maitrisées sera grande, et seuls les plus courageux oseront s’aventurer dans de nouvelles directions.

8 - Report des projets secondaires
Les fonctions véritablement stratégiques et indispensables draineront l’essentiel des budgets, et de nombreux projets considérés comme secondaires ou optionnels seront reportés sine die. En clair, les projets étendus, complexes et coûteux de type architectures orientées service (SOA), tellement populaires au début 2008, seront sans doute reportés du fait d'un retour sur investissement trop lent. Même si cette approche peut apparaître sage, les entreprises qui cesseront d’innover et sacrifieront ainsi une stratégie à plus long terme souffriront en fin de compte d'un manque de croissance et pourraient même ne pas survivre à la crise.

9 - Diminution du rôle moteur de l’utilisateur
Vecteur majeur de l'innovation informatique en 2008, l'adoption populaire des technologies par l'utilisateur puis son intégration subséquente dans l’entreprise pourrait bien ralentir fortement en 2009. Les consommateurs ressentant de plus en plus fortement le durcissement des conditions du crédit, l’adoption étendue de nouvelles technologies apparait de moins en moins probable. Associée à la tendance précédente (le report des projets secondaires), cette évolution aura pour conséquence de pousser l’entreprise à décider uniquement en fonction de l’efficacité financière d’une solution et non plus de son intérêt pour l'utilisateur. Mais ces deux caractéristiques ne sont pas systématiquement antinomiques, et certains projets remplissant les deux critères (tels l'initiative BYOL : Bring Your Own Laptop) connaîtront sans doute un succès renforcé auprès de directions informatiques aux budgets déclinants.

R. Scott Herren - Biographie
Directeur général de Citrix Systems EMEA, Scott Herren est responsable des ventes, des services et du support sur l’ensemble de la zone. Son groupe représente environ 45% du chiffre d’affaires total de Citrix Systems et connait une croissance supérieure à la moyenne du secteur.
Avant d’exercer cette fonction, Scott Herren avait été vice-président et directeur général de la division Application Virtualization Group de Citrix, en charge des produits de virtualisation des applications Windows (dont Citrix XenApp, Citrix Access Essentials et Citrix Password Manager). Sa division compte près de 600 collaborateurs répartis dans 5 pays.

Auparavant, Scott Herren avait été vice-président des opérations de Citrix EMEA et avait eu à gérer l’ensemble des fonctions back-office de la zone : service client, services généraux, ressources humaines, services informatiques, commandes, approvisionnement, fabrication des produits, gestion du parc immobilier, gestion des opérations et des programmes commerciaux. Son action à ce poste est marquée par le développement très significatif du service après-vente : en moins de deux ans, le nombre d’adhésions au programme Subscription Advantage connaît une croissance de 130%. Scott Herren a également été vice-président des finances pendant trois ans, et responsable à ce titre des opérations de fusion et d’acquisition, du licensing des technologies entrantes et des relations avec les investisseurs.

Scott Herren a rejoint Citrix en mars 2000, après avoir exercé différentes fonctions de direction générale et financière chez Federal Express durant trois ans, et de direction des opérations et des finances chez IBM durant 13 ans. Il est titulaire d’un diplôme universitaire en ingénierie industrielle obtenu à Georgia Tech et d'un MBA délivré par l'Université de Columbia.

A propos de Citrix
Citrix Systems, Inc. (Nasdaq:CTXS) est le leader mondial dans le domaine des infrastructures de mise à disposition d’applications. Plus de 215 000 entreprises dans le monde font quotidiennement confiance à Citrix pour la mise à disposition de toutes leurs applications au profit des utilisateurs, quel que soit l'endroit où ils se trouvent, dans des conditions de performances, de sécurité et de coûts optimales. Citrix compte parmi ses clients 100 % des entreprises du Fortune 100 et 99 % des entreprises du Fortune Global 500, mais également des centaines de milliers de PME. Citrix dispose d'un réseau de 8 000 revendeurs et partenaires répartis dans plus de 100 pays. Le revenu annuel de l'entreprise a atteint 1,4 milliard de dollars en 2007.
www.citrix.fr

Lundi 12 Janvier 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs