Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

' Le tissu productif français face aux enjeux de la compétitivité internationale ' - Météo des secteurs Euler Hermes SFAC


Avec une croissance française inférieure de presque 1% à celle de la zone euro, la compétitivité de la France est remise en cause. En effet, l’industrie perd des parts de marché à l’export et la faiblesse du commerce extérieur fait presque perdre un point de croissance à la France en moyenne chaque année depuis 2003.




' Le tissu productif français face aux enjeux de la compétitivité internationale ' - Météo des secteurs Euler Hermes SFAC
Selon l'assureur-crédit Euler Hermes SFAC, l'appareil productif français présente aujourd'hui un flagrant contraste avec d'un côté un secteur (construction, services) globalement prospère car il peut exploiter le dynamisme de la demande interne à l'abri de la concurrence internationale ; de l'autre, un secteur exposé à la concurrence (industrie manufacturière) qui est en grande difficulté.

1. Construction et services, à l'abri de la concurrence internationale

-Construction, des perspectives 2007 qui restent favorables malgré un ralentissement du secteur en 2008 La croissance de la construction est restée très vigoureuse en 2006 (+9 % en valeur), le dynamisme des volumes permettant la poursuite de la hausse des prix (+5 %alors que les capacités de production manquent en raison d'une pénurie de main d'œuvre. Les perspectives 2007 restent favorables avec une croissance de 3 % en volume et des prix en hausse de 3 %, mais la hausse des taux d'intérêt de ces derniers mois associée à celle des prix immobiliers limitent désormais fortement la capacité de financement des ménages. Le ralentissement du secteur devrait se poursuivre en 2008.

- Des services bien orientés
Les services sont restés bien orientés, notamment les marges brutes dans le commerce grâce au dynamisme de la consommation des ménages (+2,7 % en 2006) malgré les effets négatifs de la réforme de la loi Galland qui érode d'environ 0,3 % la marge d'exploitation de la grande distribution alimentaire. La vigueur de la construction dope également les services immobiliers et financiers. La consommation devrait rester assez vigoureuse en 2007 et continuer de soutenir globalement les services et les transports (passagers, et dans une moindre mesure, marchandises).

2. La majorité des secteurs exposés à la concurrence sont en difficulté

- L'automobile pèse sur la croissance
Les industries manufacturières sont en grande difficulté. La croissance en volume (+1,4 %) en 2006 est certes en reprise par rapport à 2005, mais elle très inférieure à la croissance des autres pays industriels développés (Etats-Unis, Japon, zone euro) où elle est de l'ordre de 3 à 5 %. Elle est tirée vers le bas par l'effondrement de la production automobile, en chute de 20 % par rapport au pic de production de l'automne 2004. Cette chute de l'automobile qui concerne les constructeurs et les équipementiers coûte à elle seule 0,2 % de la production nationale totale en 2006. Il faut rajouter à cela une contribution négative au moins équivalente de ses sous-traitants (métallurgie, plasturgie), pour aboutir à une perte de croissance nationale de l'ordre de 0,5 %. La déflation pèse sur l'automobile. La filière automobile a été confrontée à la flambée des prix des matières premières, difficile à répercuter. La rentabilité de tous les acteurs s'en est trouvée ainsi fortement réduite." Les perspectives 2007 restent sombres, avec peu de nouveaux modèles et une poursuite des délocalisations des modèles d'entrée de gamme. Les volumes automobiles seront au mieux stabilisés. Les perspectives 2008 sont un peu plus favorables. Mais entre temps le secteur risque de faire les frais d'un ajustement important des capacités de production ", commente Yann Lacroix, responsable des études sectorielles Euler Hermes SFAC.

- Les biens de consommation en difficulté
La crise du vêtement et de la chaussure se poursuit avec des baisses respectives de 8,6 % et 5,1 % en valeur en 2006. La crise du meuble se développe elle aussi avec d'une part l'arbitrage des consommateurs en faveur des produits numériques et d'autre part la concurrence des meubles bon marché fabriqués dans les pays de l'Est nouvellement membres de l'Union Européenne. Quant à la pharmacie, elle reste solide en volume, mais connaît une érosion des prix.

- Les biens d'équipements face à des perspectives plus sombres
L'aéronautique bénéficie de carnets de commande biens garnis. Mais les perspectives se sont assombries, avec une obligation de réduire les coûts pour compenser la hausse de l'euro (+37% depuis 2001). Cette perte de compétitivité va engendrer des plans drastiques de productivité qui auront des répercussions sur l'ensemble des sous-traitants.

" Alors que les prix de la construction et des biens intermédiaires sont restés soutenus (+4%), les prix (à la production) des biens de consommation ont été à nouveau en baisse en 2006 de -0,2 %. Cette tendance devrait se poursuivre en 2007-2008, reflétant l'intensification de la concurrence internationale (habillement, meubles, électronique grand public) et l'apparition de la déflation dans un domaine jusqu'alors très protégé, la pharmacie. La déflation menace aussi l'automobile, où les grands constructeurs domestiques pourraient emboîter le pas à Fiat et VW, en privilégiant la reconquête de parts de marché au maintien des marges d'exploitation ", conclut Philippe Brossard, directeur de la recherche Euler Hermes SFAC.

N°1 de l'assurance-crédit en France, Euler Hermes SFAC, filiale du groupe Euler Hermes, contribue au développement rentable des entreprises en garantissant leur poste clients. Sa mission est de prévenir le risque clients, recouvrer les créances impayées et indemniser les pertes subies.
Euler Hermes est le leader mondial de l'assurance-crédit et l'un des leaders de la caution. Avec 5 500 salariés présents dans 48 pays, Euler Hermes offre une gamme complète de services pour la gestion du poste clients et a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 2,01 milliards d'euros en 2006.
Filiale d'AGF, membre du groupe Allianz, Euler Hermes est coté à Euronext Paris. Le Groupe et ses principales filiales d'assurance-crédit sont notés AA- par Standard & Poor's.

Vous trouverez également en pièce jointe un focus sur les secteurs de la pharmacie, des biens de consommation et de l'imprimerie.

Source : Euler Hermes SFAC
www.eulerhermes.com

2007_02_EULER_HERMES_SFAC_biens_de_conso.pdf 2007 02 EULER HERMES SFAC biens de conso.pdf  (80.47 Ko)
2007_02_EULER_HERMES_SFAC_imprimerie.pdf 2007 02 EULER HERMES SFAC imprimerie.pdf  (187.44 Ko)
2007_02_EULER_HERMES_SFAC_pharmacie.pdf 2007 02 EULER HERMES SFAC pharmacie.pdf  (73.29 Ko)


Mardi 20 Mars 2007
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News