Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Le secteur européen de l'assurance devrait progresser en dépit de la conjoncture économique incertaine


Selon les prévisions 2009 d'Ernst & Young, le secteur européen de l'assurance devrait poursuivre sa croissance cette année, même si celle-ci sera plus faible que les années précédentes.




D'après Ernst & Young, l'adaptation au paysage financier en mutation pourrait offrir de nombreuses opportunités aux assureurs, et ce, malgré la crise économique et la préparation du secteur à l'introduction de trois systèmes de réglementation majeurs en 2012. Selon Ernst & Young, l'une des conséquences pour le secteur européen de l'assurance sera l'élaboration de structures de produits plus simples et plus transparentes.

Points essentiels en 2009
Marcel Stalder, responsable de l'organisation d'assurance Suisse et de l'International Insurance Center d'Ernst & Young à Zurich considère que: "Les difficultés auxquelles sont confrontées les compagnies d'assurances persisteront encore cette année dans la mesure où aucune amélioration des marchés financiers n'est en vue actuellement.

Il incombera donc au secteur des assurances de faire face aux adversités exceptionnelles tout en saisissant les opportunités extraordinaires qui se présenteront. En raison de leur rôle essentiel dans le secteur financier, les mécanismes fondamentaux de l'assurance présentent, dans un contexte de crise, une rare clarté qu'il s'agit maintenant d'exploiter afin de prendre des mesures ciblées et radicales. Les compagnies qui ressortiront renforcées seront celles qui auront su opérer avec succès et audace des changements fondamentaux. Une dotation en capital adéquate et une protection contre la dévaluation des placements et des revenus sont indispensables dans ce contexte.

La crise financière entraînera immanquablement un élargissement des exigences réglementaires. Tant les autorités de surveillance que les investisseurs réclament une plus grande transparence en matière de compliance. Le secteur de l'assurance doit faire tout ce qui est en son pouvoir afin de relever les défis qui l'attendent: opérer un revirement de tendance et respecter la date de mise en oeuvre de Solvabilité II, des normes IFRS 4 et de la Market Consistent Embedded Value, de 2012.

Les cinq objectifs principaux pour les assureurs en 2009 seront les suivants:
1. rétablir la confiance envers le secteur financier;
2. vérifier et orienter la stratégie de l'entreprise et des produits;
3. renforcer les bilans et la dotation en capital;
4. relancer les discussions sur les questions opérationnelles;
5. se préparer aux changements concernant l'autorité de surveillance.
Certains de ces objectifs sont abordés plus en détail ci-après.

Assurances vie
- Les assureurs qui tireront leur épingle du jeu seront ceux qui reconnaîtront les véritables besoins de tous les segments de consommateurs dans les domaines de l'épargne et de la prévoyance et qui leur proposeront des produits simples et transparents.
- Cependant, avec pour toile de fond une année 2008 décevante, une hausse des besoins de provisions pour les garanties de produit et d'intérêt accordées et surtout des consommateurs finaux complètement désorientés face à leurs décisions d'épargne et de placement, il faut s'attendre à une année 2009 marquée par des revenus toujours en chute libre.
- Les assureurs doivent s'atteler à développer des techniques degestion des actifs et des passifs encore plus différenciées. Outre les aspects habituels, tels que l'efficacité du capital et la modélisation des risques biométriques, il faut maintenant prendre en compte la tourmente des marchés.
- Pour la réassurance, cela signifie des occasions probablement attrayantes sous forme de transactions classiques ou alternatives. Nous tablons pour 2009 sur une orientation sensible vers ce domaine.

Assurances non-vie
- Dans les assurances non-vie, la concurrence restera rude en 2009. Nous attendons de la part des compagnies une concentration renforcée sur les secteurs présentant des avantages compétitifs.
- Les domaines et les secteurs d'entreprise qui ne peuvent pas atteindre les attentes de rendement au long terme seront à l'avenir davantage mises à l'écart et les portefeuilles des secteurs stratégiques clés seront renforcés par des acquisitions, en fonction des possibilités.

- Nous comptons sur l'examen continu des questions relevant de la gestion des risques quantitatifs et qualitatifs, notamment au sein des petites et moyennes entreprises. A cet égard, l'analyse approfondie des capacités de risque dans le domaine des assurances et des placements prend une place significative.

Bilans et dotation en capital adéquate
- Peu de compagnies d'assurances ont pu échapper aux conséquences du recul des valeurs patrimoniales et des revenus du capital et, pour 2009, de nouvelles dévalorisations sont à attendre. Le revenu du capital risque encore de chuter puisque les banques centrales continuent de baisser leurs taux directeurs.
- Les assureurs devront faire attention aux conséquences liées aux charges, telles que la hausse des frais de couverture, les pertes consécutives aux couvertures inefficaces et la volatilité des devises.
- En outre, l'efficacité des différents paquets conjoncturels ficelés par les Etats sera décisive. Si l'impact de la crise sur l'économie réelle entraîne une augmentation sensible des emprunts d'entreprise non honorés, les bilans des assureurs exposés pourraient s'en trouver considérablement affectés en raison de corrections de valeurs obligatoires.

Relancer les discussions sur les questions opérationnelles
- Les technologies développées ces 18 derniers mois auront des effets concrets en 2009. Elles réduiront les charges administratives et amélioreront le service à la clientèle.
- Les initiatives complémentaires de réduction des coûts et les restructurations opérationnelles seront décisives en 2009 pour soutenir la profitabilité à long terme.

Bref portrait d'Ernst & Young
Ernst & Young est un des leaders mondiaux dans les domaines de l'assurance, la fiscalité, les transactions et le conseil. Nos 135'000 collaborateurs, répartis dans le monde entier, partagent les mêmes valeurs et un engagement inébranlable pour fournir une qualité de haut niveau. En Suisse, Ernst & Young est un des leaders en audit et en conseil. Elle offre également ses services dans les domaines de la fiscalité et du droit ainsi qu'en matière de transactions et de comptabilité. Nos 1'900 collaborateurs ont d'ailleurs dégagé un chiffre d'affaires de CHF 563 millions pour l'exercice 2007/08. C'est en aidant nos employés, nos clients et les communautés auxquelles nous appartenons à donner le meilleur d'eux-mêmes que nous faisons la différence.
www.ey.com/ch

Ernst & Young désigne l'organisation mondiale des sociétés membres d'Ernst & Young Global Limited, chacune d'entre elles étant une entité juridique séparée. Ernst & Young Global Limited, société britannique, ne fournit aucun service aux clients.

Vendredi 6 Mars 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News